Illinks veut convertir les experts comptables à la GED

« Le coût des solutions de GED proposées aux experts-comptables pour gérer les échanges avec leurs clients TPE est prohibitif », explique Thierry Kock, le cofondateur d’Illinks. Crédit photo : D.R.

« Le coût des solutions de GED proposées aux experts-comptables pour gérer les échanges avec leurs clients TPE est prohibitif », explique Thierry Kock, le cofondateur d’Illinks. Crédit photo : D.R.

La jeune société Illinks propose aux experts-comptables une solution de dématérialisation des documents de clients gratuite car financée par la souscription des TPE à l'un de ses services.

« Environ 95% des experts comptables ne sont pas équipés de solution de GED. Ils perdent souvent beaucoup de temps à classer et à retrouver leurs documents dans des arborescences Windows. Deux raisons à cela : le coût prohibitif des solutions qu'on leur propose, et le fait qu'aucune d'entre elles ne mette le client au coeur de la relation entre l'expert-comptable et l'éditeur. » Partant de ce constat, Thierry Kock, ancien directeur des services de Sage auprès des experts comptables, a cofondé avec Philippe Gorse la société Illinks à l'été 2017. Sise à Toulouse, l'entreprise propose aux professionnels de la comptabilité la solution de dématérialisation en mode SaaS Illiged basée sur les technologies de Docuware. A travers elle, ils disposent notamment d'un espace d'échange hébergé avec les TPE comptant parmi leurs clients. Encore faut-il que celles-ci utilisent le service Illibooks qui leur permet de numériser leurs documents comptables et de les mettre à la disposition de leur prestataire dans l'espace de stockage cloud prévu à cet effet. Un scanner Brother ADS 1600w configuré pour envoyer directement les documents numérisés par les clients dans le cloud leur est fourni.

Une stratégie de recrutement de clients à deux étages

La grande originalité du modèle économique d'Illinks est qu'Illiged ne coûte rien aux experts comptables. La société tire en effet ses revenus de la vente d'Illibooks (320 € pour le scanner puis 24,75 €/mois) qui est uniquement commercialisé en ligne. « Lorsqu'un client commande Illibooks, nous lui indiquons qu'il aura accès à la solution sous réserve que son expert-comptable soit équipé d'Illiged », indique Thierry Kock. Lorsque ce n'est pas le cas, Illinks se tourne vers l'expert-comptable en question pour lui proposer de devenir un usager de sa solution. A l'inverse, Illinks compte aussi sur les prestataires de services de comptabilité pour élargir le nombre d'utilisateurs d'Illibooks. La société les démarche et si un accord est trouvé avec un expert-comptable, celui-ci lui communique son fichier de clients afin qu'Illinks les démarche. « Nous ne versons aucune commission aux experts-comptables », précise le dirigeant d'Illinks.

Recruter une centaine d'experts-comptables par mois

A l'heure actuelle, Illinks revendique environ 200 clients TPE et 20 experts-comptables utilisateurs d'Illiged. D'ici trois ans, elle compte disposer d'au moins 4000 clients TPE. Quant aux experts comptables, elle compte les recruter à raison d'une centaine par an. A cet effet, la société travaille à la constitution d'une force de vente terrain dont le seul représentant est aujourd'hui Thierry Kock. L'homme active son réseau d'anciens collaborateurs de Sage parmi lesquels il voudrait recruter des agents puis en faire des salariés. Illinks compte aussi beaucoup sur sa présence lors du prochain congrès de l'ordre des experts comptables, qui se tiendra en octobre à Clermont-Ferrand, pour assoir sa notoriété auprès de la profession. Le fournisseur a été sélectionné sur dossier par les organisateurs de l'événement pour présenter sa thématique. Il est soutenu par Docuware pour supporter les frais financiers liés à sa présence.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité