Intermédiation : Freeland acquiert son homologue Codeur

Hubert Camus (directeur général de Freeland),à gauche aux côtés de Serge Roukine (Fondateur de Codeur) et Patrick Levy-Waitz (président fondateur de Freeland) ont décidé d’unir leurs forces pour accélérer sur le marché des freelances IT en Europe. (Crédit photo : Freeland)

Hubert Camus (directeur général de Freeland),à gauche aux côtés de Serge Roukine (Fondateur de Codeur) et Patrick Levy-Waitz (président fondateur de Freeland) ont décidé d’unir leurs forces pour accélérer sur le marché des freelances IT en Europe. (Crédit photo : Freeland)

Avec l'acquisition de Codeur, Freeland spécialisée dans le placement d'indépendants met à disposition des entreprises une communauté de 375 000 freelances spécialisés dans les technologies. Le groupe ainsi formé vise l'Europe d'ici 2027 et un objectif de 1 Md€ de CA dans cinq ans.

Spécialisée dans le placement de prestataires freelances, Freeland s'agrandit en procédant à l'acquisition de son homologue Codeurs, une marketplace regroupant 250 000 indépendants qualifiés sur les métiers des nouvelles technologies :  développeurs IT, experts UX/UI designers, chefs de projet web, professionnels du réseau, jusqu'aux professions du graphisme, du marketing, et de la traduction, en passant par le SEO, la vidéo ainsi que les data constituent sa communauté. Créée en 2006 par Serge Roukine et Sébastien Peltey, l'entreprise Codeurs a installé son siège social à la Roche-sur-Foron (Haute-Savoie). En réalisant cette opération, le groupe Freeland -fondé et présidé par Patrick Levy-Waitz et dirigé par Hubert Camus -  va proposer à ses clients un accompagnement sur un vaste éventail de métiers numériques tout en complétant son offre de services.

Désormais, il capitalise sur une communauté de 375 000 profils de freelances IT et revendique plus de 14,6 millions de visites organiques par an sur ses sites. Rentable, avec 400 M€ de chiffre d'affaires attendus en 2022, l'entreprise vise un objectif d'1 milliard € de revenus dans les 5 prochaines années.  Objectif ? Après la France, son ambition est de se développer pour devenir l'un des leaders du marché européen du freelancing d'ici à 2027, ce dernier étant estimé à 355 milliards d'euros. En tant que plateforme de services aux indépendants, Freeland s'est donné pour but de faciliter le développement de leur activité avec des prestations diverses : choix du statut, payrolling, conseils juridiques et financiers, apport de missions, bureaux virtuels, gestion, assurances, formation, sécurisation du paiement, recouvrement etc. 

Un modèle basé sur le virtuel et l'humain

Aux entreprises, elle intervient dans le placement des ressources et leur gestion au quotidien. Historiquement construit autour du portage salarial, le groupe a acquis plusieurs acteurs sectoriels du freelancing comme, FC immobilier et Auto-Entrepreneur qui l'ont positionné comme l'une des principales plateformes d'intermédiation.

Son modèle hybride digital/physique fournit un service centré sur les rencontres humaines, avec notamment un réseau de correspondants régionaux allant régulièrement au contact direct des entreprises et des freelances, et des offres entièrement dématérialisées.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité