Kubernetes a toujours la faveur des entreprises, le serverless un peu moins

Au premier trimestre 2021, 5,6 millions de développeurs utilisaient Kubernetes se:on l'étude de SlashData. (Crédit GitHub)

Au premier trimestre 2021, 5,6 millions de développeurs utilisaient Kubernetes se:on l'étude de SlashData. (Crédit GitHub)

Publiée le 20 décembre, l'étude « State of Cloud Native Development » du CNCF révèle que le nombre de développeurs utilisant Kubernetes a augmenté de 67 % en 12 mois.

Selon une étude commandée par la Cloud Native Computing Foundation (CNCF), de plus en plus de développeurs utilisent le système d'orchestration de conteneurs Kubernetes (K8s). Par contre, l'adoption de l'architecture serverless est en baisse. Intitulé « The State of Cloud Native Development », ce rapport sur l'État du développement Cloud Native s'appuie sur une enquête réalisée entre fin 2020 et début 2021 par le cabinet d'études SlashData auprès de plus de 19 000 développeurs de 155 pays. Celle-ci a révélé que, au premier trimestre 2021, 5,6 millions de développeurs utilisaient Kubernetes, soit une augmentation de 67 % par rapport aux 3,9 millions de développeurs Kubernetes comptabilisés au premier trimestre 2020. K8s était utilisé par 31 % de tous les développeurs back-end, soit une augmentation de quatre points de pourcentage par rapport aux 12 mois précédents. Parmi les développeurs edge, l'utilisation de Kubernetes a augmenté de 11 points pour atteindre 63 %. La technologie Edge a enregistré le taux d'adoption de K8s le plus élevé de tous les secteurs concernés par l'enquête.

Par contre, selon cette même enquête, la proportion de développeurs impliqués dans l'architecture serverless a chuté de 27 à 24 %. L'informatique serverless implique l'allocation dynamique de cycles de calcul via des services comme AWS Lambda. Selon le rapport, cette tendance à la baisse pourrait être liée au manque de flexibilité des solutions serverless, les entreprises craignant d'être bloquées par le lock-in de fournisseurs spécifiques. AWS Lambda reste la solution serverless la plus populaire puisqu'elle est utilisée par 53 % des développeurs pour le serverless, même si Google Cloud Run gagne des adeptes. Dans l'ensemble, les technologies natives du cloud attirent moins les développeurs back-end en Amérique du Nord, en Europe de l'Est et au Moyen-Orient/Afrique. Le rapport indique qu'il y a 6,8 millions de développeurs cloud-native dans le monde, soit une augmentation de 0,3 million, dont 4,6 millions utilisent des outils d'orchestration de conteneurs et 4 millions des plateformes serverless, 1,8 million de développeurs utilisant les deux.

3 800 personnes interrogées dans le monde  Selon les précédents rapports du CNCF commandés en mai 2020 et en août 2020 à SlashData, le cabinet d'études avait dénombré 4,7 millions et 6,5 millions de développeurs cloud-native respectivement. Dans le même temps, la proportion de développeurs back-end utilisant des technologies cloud-natives avait diminué de trois points de pourcentage, à 41 %, en raison d'une baisse dans l'adoption de l'architecture serverless. L'augmentation de la population de développeurs « cloud-native » a été stimulée par une augmentation du nombre total de développeurs « back-end », qui sont passés de 14,7 millions à 16,6 millions, indique également le rapport. L'approche cloud-native est typique de technologies comme les microservices, l'infrastructure immutable et les API déclaratives. 

L'enquête de SlashData a été réalisée de novembre 2020 à février 2021. Parmi les personnes interrogées, plus de 3 800 participants ont répondu à des questions relatives au développement de services back-end et aux technologies qu'ils utilisaient.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité