Le chiffre d'affaires d'AWS bondit de 33 %, mais la croissance ralentit

Brian Olsavsky, CFO d'Amazon, a déclaré qu'il s'attendait à ce que les marges bénéficiaires d'AWS fluctuent. (Crédit Photo : DR)

Brian Olsavsky, CFO d'Amazon, a déclaré qu'il s'attendait à ce que les marges bénéficiaires d'AWS fluctuent. (Crédit Photo : DR)

Malgré près de 20 Md$ de revenus au T2 2022, AWS enregistre une baisse de 4 points de sa croissance par rapport au T1. Le fournisseur américain se prépare ainsi aux conséquences d'une éventuelle récession. 

Avec un chiffre d'affaires de 19,7 Md$ au deuxième trimestre, Amazon Web Services (AWS) enregistre une croissance globale de 33 % par rapport à l'année précédente, mais en légère baisse comparée au T1 2022. Le segment des services cloud d'Amazon avait alors enregistré une progression de 37 % de ses revenus à 18,44 Md$.

Interrogés sur l'éventualité d'un ralentissement de la croissance au cours des prochains trimestres, un phénomène auquel se préparent des rivaux tels que Microsoft et Oracle, les responsables de la société ont déclaré qu'ils s'attendaient à ce que les marges bénéficiaires fluctuent. Ils prévoient tout de même une croissance globale de l'activité.

« Le taux de marge va connaître des variations sur cette branche », a précisé Brian Olsavsky, CFO d'Amazon, lors de la conférence sur les résultats de la société. « Il sera toujours un facteur d'investissements, comme la main-d'oeuvre, les régions cloud, les capacités d'infrastructures, compensé par ses gains d'efficacité que nous constatons et les questions de tarifs lorsque nous prolongeons les contrats », a-t-il ajouté.

Les craintes de récession vont-elles freiner la croissance ?

La société prévoit d'ajouter 24 zones de disponibilité (terme utilisé par AWS pour désigner les centres cloud locaux) dans huit régions, en plus des 84 déjà existantes réparties sur 26 sites. Certains de ces emplacements comprennent des sites en Australie, au Canada, en Inde, en Israël, en Nouvelle-Zélande, en Espagne, en Suisse et aux Émirats arabes unis. Microsoft et Oracle ont également déclaré qu'ils allaient investir dans la création de régions cloud au cours de la prochaine année fiscale.

Plusieurs fournisseurs de services cloud ont toutefois expliqué qu'ils s'attendaient à ce que la crainte d'une récession ralentisse les taux de souscription, les entreprises prenant plus de temps pour étudier les conditions et la durée des contrats.

Cependant, AWS considère que si certaines entreprises diminuent leurs abonnements cloud, la société pourrait malgré tout tirer profit des conditions économiques incertaines. Cette conviction est fondée sur des expériences similaires vécues en 2008 et 2020. En effet, selon Brian Olsavsky la plupart des entreprises préféreraient investir dans le cloud en période de récession plutôt que d'acheter des équipements de centres de données.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité