Le cloud public de Google remporte ses premiers succès

Kevin Baillie, co- fondateur d'Atomic Fiction, est venu témoigner de ses besoins en ressources de calcul. (crédit : D.R.)

Kevin Baillie, co- fondateur d'Atomic Fiction, est venu témoigner de ses besoins en ressources de calcul. (crédit : D.R.)

Après la baisse de ses tarifs cloud et l'introduction de plusieurs fonctionnalités intéressantes, Google tente toujours de rivaliser avec AWS et réussit même à lui prendre des clients. 

Google commence à montrer des clients qui font figure de références sur le marché après avoir relancé la guerre des prix et des fonctionnalités dans le cloud. A l'occasion de la manifestation Google Cloud Platform Live (le 4 novembre à SF), la firme de Mountain View a ainsi mis en avant plusieurs entreprises qui avaient commencé à utiliser sa plate-forme en ligne au lieu de - ou en complément - d'Amazon Web Services. Parmi les clients cités, on retiendra Airbnb, Netflix, Citrix, Rovio (l'éditeur d'Angry Birds) ou encore Atomic Fiction (spécialisé dans les effets spéciaux), qui ont été présentés comme des anciens clients d'AWS. Lors de cette manifestation, Google a également cité Office Depot, Zulily (vente de matériel en ligne) et WiX (web agency).

Depuis des trimestres, Google n'a pas ménagé sa peine pour attirer des nouveaux clients en cassant les prix et proposer des services inédits comme le gestionnaire de containers Open Source Kubernetes, repris par Microsoft pour supporter la technologie Docker dans Azure.

Des tarifs alléchants dans le cloud

Parmi les clients arrivés sur la plate-forme cloud de l'éditeur Airbnb a décidé d'utiliser les services Google App Engine (GAE) et BigQuery pour le stockage et l'analyse de données. « Ils [Airbnb] ont commencé à utiliser les ressources de GCE (Google Compute Engine) », a indiqué Shailesh Rao, directeur des activités cloud chez Google lors d'une conférence de presse. Amazon a longtemps utilisé Airbnb pour promouvoir sa plate-forme cloud, mais la start-up semble avoir décidé de profiter des conditions financières alléchantes de Google pour développer ses activités.

Kevin Baillie, co- fondateur de la société Atomic Fiction à Emeryville en Californie, est venu indiqué que sa compagnie avait besoin d'une infrastructure cloud pour apporter à ses artistes la vitesse et la puissance de calcul dont ils avaient besoin pour créer rapidement et avec efficacité leurs effets spéciaux. « Nous aimons les films, pas les datacenters », a souligné M. Baillie lors de la manifestation. « Voilà pourquoi nous sommes maintenant ici. Sans vouloir offenser personne. Nous ne sommes tout simplement pas des geeks passionnés par les datacenters... [ Avec le cloud], les artistes peuvent travailler rapidement et obtenir un aperçu de leur travail. Ils peuvent ainsi réaliser des changements et faire preuve de plus de créativité ».

Google dépassé par Microsoft Azure

Toutes ces annonces suggèrent que Google veut bien sûr travailler avec des start-ups, mais également avec des entreprises déjà bien installées. Des accords récents avec des partenaires comme PwC montrent que la firme de Mountain View veut aussi gagner la confiance de grandes entreprises comme Office Dépôt. Des technologies comme les machines virtuelles ou les containers permettent aujourd'hui aux entreprises de passer plus facilement d'un environnement cloud à un autre. Et elles peuvent ainsi se concentrer sur la gestion des applications, au lieu des plates-formes d'exécution.

Alors qu'Amazon domine toujours le marché global du cloud computing et que ses principaux challengers, Microsoft Azure et IBM Softlayer, progressent régulièrement, Google redouble d'efforts. Il y a quelques mois, Synergy Research Group a publié une étude qui montre que Microsoft et IBM ont gagné du terrain sur le marché des services d'infrastructure cloud, accentuant leurs pressions sur Amazon et dépassant Google. Amazon reste le leader mais Microsoft a fait preuve d'une bonne dynamique, dépassant Google en termes de croissance. Google, selon les analystes, a besoin d'intensifier ses efforts afin de ne pas perdre son pied dans le cloud computing. Avec cette manifestation à SF et la mise en avant de clients significatifs, tout ne semble pas perdu.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité