Le périmètre des centres de services partagés évolue

Le cabinet Deloitte vient de publier sa septième enquête sur les Centres de Services Partagés (CSP). Le périmètre des CSP évolue, tout comme leur lieu d'implantation et leur gouvernance.

Selon la septième enquête du cabinet Deloitte sur les Centres de Services Partagés (CSP), le périmètre fonctionnel concerné, la gouvernance et le lieu d'implantation de ces CSP sont en pleine évolution. Les premiers CSP concernaient la compatibilité avec les systèmes d'information associés. Ceux-ci, aujourd'hui, ont ajouté une corde d'optimisation fiscale à leur arc dans 35% des cas. Les CSP de services transversaux opèrent également, aujourd'hui, dans le domaine immobilier et celui des équipements. La tendance observée par Deloitte et qui se renforce d'étude en étude consiste à créer des CSP multifonctions en dehors du domaine financier.

Deux gouvernances-types ont été isolées par Deloitte : certains CSP sont des unités de gestion autonome au sein de leur groupe, au même titre qu'une filiale (34% des cas), mais dans 22% des cas, les CSP se contentent de regrouper les ressources (notamment humaines) continuant d'appartenir à diverses entités et s'occupant du périmètre concerné par le CSP. Le transfert des fonctions internes dans un CSP groupe reste une option offerte sans être une obligation dans 22% des cas. Mais 45% des répondants ayant le choix estiment que la qualité du service des CSP est le premier critère pour y avoir recours. Jusqu'à présent, l'automatisation et la mutualisation étaient à l'origine des économies réalisées qui justifiaient la mise en place de CSP. Mais la dernière étude de Deloitte insiste sur le désir des entreprises, désormais, de profiter de ces CSP pour offrir un meilleur service aux clients.

Baisse du taux de rotation

Les CSP bénéficient également de la crise économique. Leur taux de rotation de personnel est en baisse, passant entre l'étude de 2011 et l'édition 2013 de 9%/an à 8%/an. La création d'une culture d'entreprise pour lutter contre un taux de rotation trop élevé reste un objectif des groupes concernés.

Enfin, le choix de localisation du CSP évolue également. Comme en 2011, le choix reste commandé par trois critères qui sont, dans l'ordre, la qualité de la prestation possible avec les équipes locales, le coût du CSP et la disponibilité. Mais de nouveaux pays entrent dans les possibilités prises en compte par les entreprises. Ainsi, si aucun CSP n'avait été réalisé en Chine dans l'étude précédente, 6% des créations de CSP ont eu lieu dans ce pays entre la précédente et l'actuelle étude.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité