Les bénéfice trimestriels d'Oracle chutent pour la première fois depuis 2 ans

Selon Larry Ellison, les ventes de services cloud sont une activité très rentable.

Selon Larry Ellison, les ventes de services cloud sont une activité très rentable.

Oracle rapporte une forte baisse de son bénéfice pour le trimestre qui vient de s'achever : les clients ont plus dépensé dans ses services cloud que dans le logiciel qui fait tourner leurs propres datacenters. Mais le président d'Oracle, Larry Ellison, en tire une conclusion positive : selon lui, sur le long terme, Oracle peut gagner plus d'argent en vendant des services cloud. Mais pour ce dernier trimestre, ce basculement n'est pas encore suffisant, d'autant que les résultats ont également été minés par un dollar fort. Et en plus de deux ans, c'est la première baisse des ventes globales enregistrée par l'éditeur.

Pour le quatrième trimestre de son exercice financier, le chiffre d'affaires et le bénéfice d'Oracle restent loin des prévisions des analystes financiers, et ses actions ont chuté de près de 7 % après l'annonce des résultats, mercredi. L'activité cloud d'Oracle semble croître fortement, et, en un an, les revenus générés par le logiciel vendu en tant que service ont grimpé de 29 %, à 416 millions de dollars, comme l'a indiqué l'éditeur. Mais par rapport au reste, cette activité demeure relativement modeste pour Oracle, et elle ne suffit pas à compenser ses médiocres performances par ailleurs. Les ventes de nouvelles licences logicielles, qui représentent environ un tiers du chiffre d'affaires global d'Oracle, ont diminué de 17 % en un an. De plus, le quatrième trimestre est généralement le plus fort de l'exercice financier, parce que les équipes de vente sont très agressives pour atteindre leurs quotas. Les revenus provenant de la mise à jour des licences et du support ont mieux résisté, mais, à niveau égal par rapport à l'an dernier, en raison du lissage provoqué par un taux de change défavorable. Un dollar fort entame les bénéfices des multinationales basées aux États-Unis, parce que la valeur des ventes est réduite quand elle est reconvertie en devises étrangères.

AdTech Ad Lors d'une téléconférence organisée autour des résultats, Larry Ellison a déclaré que les services cloud étaient une activité intéressante pour Oracle, mais qu'il fallait du temps pour en récolter les bénéfices. « Par exemple, si un client débourse 1 million de dollars pour acheter de nouvelles licences logicielles, Oracle gagne 1 million de dollars immédiatement, et recueille 3 millions de dollars en support et en maintenance au cours des 10 années suivantes », a-t-il expliqué. « Dans le cas des services de cloud, si un client signe pour un abonnement de 1 million de dollars, Oracle ne gagne rien à l'avance, mais encaisse 1 million de dollars chaque année pendant 10 ans. C'est donc pour nous une activité bien plus lucrative », a encore expliqué le président d'Oracle. En théorie du moins, puisque rien ne garantit que le client renouvellera son contrat pendant 10 ans. Et la vente de services cloud à court terme a un impact négatif sur la rentabilité parce que, même si Oracle ne reçoit pas d'argent immédiatement, il doit quand même régler les commissions et autres coûts. « Ce basculement vers le cloud a pour effet d'abaisser à court terme le bénéfice par action, mais dans le temps, il augmentera de manière significative », a déclaré la coCEO Safra Catz.

Des marges très confortables sur le cloud

Selon Larry Ellison, les services cloud sont une activité très rentable. « Ça va vous choquer, mais les marges bénéficiaires sur les ventes de logiciels cloud sont à peu près les mêmes que celles de la vente de licences et de support. C'est même incroyablement rentable », a-t-il déclaré. Au cours de cette conférence, ce dernier a aussi pris beaucoup de temps pour expliquer que la croissance d'Oracle était plus rapide dans les applications cloud que celle de ses rivaux Salesforce.com et Workday - même si ce n'est pas très surprenant, dans la mesure où cette activité est tout à fait récente pour Oracle. « De toute évidence, notre activité cloud est entrée en hypercroissance », a ainsi déclaré le président d'Oracle. « Notre chiffre d'affaires total pour le trimestre clôturé au 31 mai était de 10,7 milliards de dollars », a indiqué l'éditeur. « C'est 5 % de moins qu'il y a un an et ce chiffre n'atteint pas les 10,9 milliards de dollars prévus par les analystes financiers », selon Thomson Reuters. Le bénéfice net a atteint 2,8 milliards de dollars, en baisse de 24 % par rapport à l'an dernier. Sans tenir de compte de certains éléments non récurrents, le bénéfice par action était de 0,78 dollar, bien en deçà des prévisions des analystes qui tablaient sur 0,86 dollar. L'activité d'Oracle a montré des signes de ralentissement : par rapport à l'année précédente, au dernier trimestre, ses ventes sont restées stables, mais c'est la première fois en plus de deux ans que ses ventes globales chutent. Cette baisse est en grande partie le fait de l'appréciation du dollar, qui fait que les produits américains sont plus chers à acheter à l'étranger. Oracle a déclaré que sans l'effet de change son chiffre d'affaires total aurait augmenté de 3 %. Mais même en tenant compte de l'effet de change, les ventes de nouvelles licences logicielles ont diminué de 10 %. Les revenus provenant des mises à jour de licences et les frais de support ont grimpé de 8 % sur cette base, et les recettes totales en hardware ont grimpé de 5 %.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité