Les licenciements se poursuivent chez Zendesk

Arrivé en novembre 2022 au poste de CEO de Zendesk, Tom Eggemeier opte aujourd'hui pour une seconde série de licenciements au sein de l'entreprise. (Crédit : Zendesk)

Arrivé en novembre 2022 au poste de CEO de Zendesk, Tom Eggemeier opte aujourd'hui pour une seconde série de licenciements au sein de l'entreprise. (Crédit : Zendesk)

Avec cette seconde tranche de licenciements, Zendesk est dans une mauvaise passe. Six mois plus tôt, l'entreprise a licencié 300 personnes et embauché un nouveau CEO pour faire face aux difficultés macroéconomiques.

L'éditeur de logiciels de gestion de la relation client (CRM) Zendesk réduit encore de 8 % ses effectifs en invoquant l'incertitude macroéconomique, six mois seulement après avoir licencié 300 personnes pour la même raison. « C'est une nouvelle difficile à partager, mais j'ai pris la décision de réduire nos effectifs de 8 % chez Zendesk », a écrit le CEO Tom Eggemeier dans un courriel adressé à tous les employés, qui a ensuite été publié sur un blog. Selon le dirigeant, cette dernière vague de licenciements s'explique par la persistance de l'incertitude macroéconomique et l'intensification de la concurrence. « Lorsque j'ai rejoint l'entreprise à la fin du mois de novembre, j'espérais que l'amélioration des conditions macroéconomiques et la rationalisation des coûts nous permettraient d'éviter ce moment. Malheureusement, les conditions macroéconomiques ne se sont pas améliorées et nous nous trouvons sur un marché de plus en plus concurrentiel », écrit-il.

En novembre dernier, Zendesk a licencié environ 300 personnes sur un effectif mondial de 5 450 employés afin de réduire les dépenses d'exploitation, car l'entreprise avait embauché plus d'employés que ne le permettaient ses prévisions de croissance. « De 2020 à 2022, nos embauches ont dépassé nos réalités commerciales », poursuit Tom Eggemeier. L'équipe dirigeante de Zendesk avait assumé la responsabilité de la première série de licenciements qui a eu lieu quelques mois après l'acquisition de l'entreprise par un consortium de fonds d'investissement pour un montant de 10,2 milliards de dollars.

S'adapter aux demandes des clients Tom Eggemeier a également souligné que les entreprises clientes de Zendesk envisageaient d'adopter des technologies telles que l'IA générative et a déclaré que la société ajusterait sa structure d'employés pour aider les clients à atteindre leurs objectifs souhaités. « En regardant vers l'avenir, je crois que nous avons une opportunité incroyable de mener la nouvelle ère du CX [expérience client, ndlr]. Les nouvelles solutions que nous avons introduites à Relate - Zendesk AI et Conversational Commerce - aideront nos clients à transformer la façon dont ils font des affaires », indique Tom Eggemeier.

L'indemnité de départ pour les employés concernés comprendrait trois mois de salaire de base, une partie proportionnelle d'un bonus annuel, des prestations d'assurance maladie et une aide à l'immigration, entre autres choses, a écrit le CEO. Plusieurs entreprises technologiques telles qu'Amazon, Meta et Microsoft ont procédé à plusieurs séries de licenciements depuis le mois d'octobre de l'année dernière en raison de la faiblesse de la demande due à l'incertitude macroéconomique et à des phénomènes mondiaux tels que la guerre entre la Russie et l'Ukraine. Ces licenciements se sont poursuivis en 2023, le nombre de personnes licenciées étant supérieur à celui de l'année précédente. Selon les données compilées par Layoffs.fyi, l'observatoire en ligne des pertes d'emploi dans le secteur technologique, 726 entreprises technologiques ont licencié environ 200 846 personnes depuis le début de l'année, contre 164 709 l'année dernière.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité