Les tarifs des SSD appelés à baisser au T3 2022

Exploitant le format E.3S, le CD7 de Kioxia supporte l'interface PCIe 5.0 avec une capacité maximale de 7,68 To. (Crédit Xioxia)

Exploitant le format E.3S, le CD7 de Kioxia supporte l'interface PCIe 5.0 avec une capacité maximale de 7,68 To. (Crédit Xioxia)

Selon le cabinet d'études TrendForce, l'accumulation des stocks conduit à une offre excédentaire de NAND flash. Résultat, les prix des SSD devraient chuter de 5 % à 10 % au troisième trimestre 2022.

Les prix des processeurs sont peut-être en train d'exploser, mais grâce à une offre excédentaire de NAND flash, ceux des SSD sont orientés à la baisse. Ce ralentissement de la demande dans tous les segments de l'activité des mémoires NAND avec la réticence des fondeurs à investir dans des capacités supplémentaires expliquerait cette situation selon le cabinet d'études taïwanais TrendForce.  

Ainsi, il prévoit que les prix des lecteurs flash grand public baisseront de 8 à 13 % au troisième trimestre 2022, tandis que les SSD d'entreprise chuteront de 5 à 10 % à la même période. Cette situation pourrait se poursuivre au quatrième trimestre si la demande ne s'améliore pas. En effet, selon le cabinet, la conjoncture économique impacte les expéditions de matériel des fabricants de serveurs et freine les achats de SSD par les entreprises.

« Le volume des commandes des entreprises continue de baisser, ce qui devrait affecter la dynamique d'achat des SSD d'entreprise au troisième trimestre 2022. Par ailleurs, nous nous attendons à ce que les commandes des fournisseurs de services cloud en Chine faiblissent également et que la demande générée par les livraisons de plateformes de serveurs de nouvelle génération ne réponde pas aux attentes », ont expliqué les analystes dans un communiqué de presse.

La mémoire NAND flash, loin d'être la seule technologie impactée

Le mois dernier, TrendForce a prédit que les prix des DRAM baisseront de 3 % à 8 % au troisième trimestre. La raison de cette diminution est toutefois différente de celle de la NAND flash. Il s'agit ici d'une conséquence d'un ralentissement des ventes de PC et de smartphones ainsi que d'une transition de la mémoire DDR4 à la DDR5. En effet, avec l'arrivée sur le marché des puces d'Intel et d'AMD qui utilisent la DDR5, on observe un ralentissement des ventes de DDR4. Ce phénomène va se poursuivre tout au long de la transition, c'est-à-dire pendant encore quelques années.

TrendForce note par ailleurs, que ce déclin est particulièrement prononcé du côté des consommateurs. Les fabricants, eux, devraient se tourner vers la production de solutions d'entreprise. Ainsi, les prix des DRAM pour serveurs pourraient finalement ne pas changer, ou bien baisser jusqu'à 5 % au troisième trimestre.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité