Microsoft n'arrive toujours pas à prévoir la demande pour ses tablettes Surface

L'échec de la Surface RT pèse sur la stratégie de Microsoft. Crédit D.R.

L'échec de la Surface RT pèse sur la stratégie de Microsoft. Crédit D.R.

Lundi dernier, les tablettes Surface de Microsoft étaient en rupture de stock sur le site de la société et chez ses revendeurs américains. L'an passé, la firme de Redmond en avait construit trop, cette année pas assez, soulignent les analystes. 


Parmi les nombreuses références de la tablette Surface présentées sur le site marchand de Microsoft, seule la Surface 64 Go (ancienne Surface RT) et la Surface Pro 2 de 128 Go était encore disponible lundi à 15h00, heure de New York. D'autres détaillant américains se sont également retrouvés en rupture de stock. 

Best Buy, le principal partenaire de Microsoft pour la distribution de la Surface aux États-Unis, ne pouvait plus honorer toutes les demandes. Sur le site marchand de l'enseigne, toute la gamme Surface 2 (ARM  et Surface 2 Pro (x86), à l'exception du modèle 128 Go était en rupture de stock. La Surface de première génération restait toutefois disponible. Dans les magasins physiques, nos confrères de Computerworld ont constaté que la situation était identique. 

Une prudence accrue suite à l'échec de la Surface RT

Ces pénuries ne surprennent pas Ezra Gottheil, analyste chez Technology Business Research. « Tout le monde a revu sa production à la baisse », a-t-il déclaré dans une interview. « Et pas seulement Microsoft. L'année dernière les gens pensaient que Windows 8 allait mettre tout le monde d'accord. Cette année, les entreprises sont beaucoup plus prudentes pour la période des fêtes », justifie Ezra Gottheil. 

Après que les OEM aient surestimé les ventes de Windows 8 pour la saison des fêtes 2012, Microsoft s'est retrouvé au bord d'un gouffre financier. La firme était si optimiste qu'elle a dû provisionner 900 millions de dollars pour liquider son stock de tablettes Surface RT invendues. Encore aujourd'hui, la firme de Redmond peine à les vendre. Rebaptisées simplement Surface, elles étaient bradées à 199$ HT lors du Black Friday dans les boutiques Microsoft. 

« Microsoft a sûrement regardé les prévisions de ventes pour 2013 avec un oeil plus attentif », estime Ezra Gottheil. « La Surface sera peut être plus rentable cette année mais avec un chiffre de ventes pas forcément supérieur à l'année dernière », ajoute-t-il. 

« Bienvenue dans le monde des fabricants de matériel »

Les récentes ruptures de stock de la Surface le prouve : si Microsoft a péché par orgueil l'année dernière, cette année la firme a péché par sa prudence. « Bienvenue dans le monde des fabricants de matériel », a ironisé Ezra Gottheil quand on lui a demandé si Microsoft avait encore raté son coup. « Tout le monde est dans le même bateau. L'orientation du marché est très difficile à prévoir. Il faut composer  avec le buzz qui se créé autour du produit et la confiance économique des consommateurs, ce sont leurs principales préoccupations. C'est très difficile d'y voir clair », explique-t-il. 

Sans connaitre le nombre exact de tablettes que Microsoft a commandé à ses fabricants - ce que l'on ne saura sûrement jamais - il est impossible de savoir quelle stratégie la firme a adopté pour la période des fêtes. Les analystes comme Ezra Gottheil pourront peut-être discerner des indices lors de l'annonce des résultats pour le quatrième trimestre de la firme de Redmond mais sûrement pas grand chose. Microsoft ne divulgue que son chiffre d'affaires sans les ventes unitaires. 

Une prudence accrue pour les fêtes

Mais comme le souligne Gottheil, Microsoft n'est pas la seule firme à se montrer prudente pour la période des fêtes. « Les constructeurs sont peu nombreux à avoir confiance en Windows », fait-il remarquer. « L'année dernière, beaucoup d'espérances avaient été placées dans la capacité de Windows 8 à relancer les ventes. Rétrospectivement, elles étaient vaines », ajoute-t-il. 

Ezra Gottheil reste toutefois optimiste pour l'avenir. « la Surface a amorcé une vague de mises à jour et de changements . Je pense que son positionnement est judicieux et qu'il sera couronné de succès l'année prochaine », conclut-il. 

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité