Netapp enchaîne un troisième trimestre de baisse d'activité

George Kurian, CEO de Netapp : « Je dois reconnaître que nos résultats dans le cloud public ne sont pas à la hauteur de ce que nous espérions. Nous prenons des mesures définitives pour affiner notre approche et nous remettre sur la bonne voie. » (Crédit photo : Netapp)

George Kurian, CEO de Netapp : « Je dois reconnaître que nos résultats dans le cloud public ne sont pas à la hauteur de ce que nous espérions. Nous prenons des mesures définitives pour affiner notre approche et nous remettre sur la bonne voie. » (Crédit photo : Netapp)

Les revenus du premier trimestre 2024 de Netapp ont reculé de 10 %, après avoir déjà baissé de 5 % à 6 % au cours des deux trimestres précédents. L'ensemble de cette décroissance est imputable à l'activité menée autour du cloud hybride.

Si Netapp a dépassé les prévisions des analystes pour le compte de son premier trimestre 2024, ses revenus n'en sont pas moins restés orientés à la baisse. Entre mai et juillet derniers, le fournisseur de solutions de stockage a dégagé 1,43 Md$ de chiffre d'affaires contre 1,59 Md$ un an plus tôt. Un recul de 10 % qui constitue plus qu'un accident de parcours, puisque les facturations de l'entreprise avaient déjà reculé de 6 % lors de son quatrième trimestre 2023 et de 5 % lors des trois mois précédents. « Dans une conjoncture macroéconomique compliquée, la demande reste modérée et les cycles de vente plus longs », a commenté George Kurian, le CEO de Netapp. « Rappelons que le chiffre d'affaires du premier semestre 2023, notamment celui des produits, avait bénéficié d'une hausse des niveaux d'arriérés de commandes, ce qui a une incidence d'une année sur l'autre », a précisé de son côté Michael Berry, le DAF de l'entreprise.

En termes de profitabilité, la décroissance des derniers revenus trimestriels de Netapp a abouti à un recul de la marge brute de 4,8 % à 996 M$. De quoi peser sur le résultat d'exploitation, également impacté par une hausse des dépenses opérationnelle, qui ressort en baisse de 30 % à 178 M$. Ayant baissé dans les mêmes proportions, le résultat net s'affiche de son côté à 149 M$.

Les ventes dans le cloud public progressent de 16,6 %

La ventilation du chiffre d'affaires trimestriel du fournisseur montre clairement que c'est sur le plan des ventes de produits que se situent ses difficultés. Elles ont perdu 25 % de leur valeur à 590 M$, tandis que les facturations générées par les services s'appréciaient de 4,4 % à 842 M$. En termes de marchés cibés, c'est sur celui du cloud hybride que Netapp manque de dynamisme. Ici, ses revenus ont baissé de 12,3 % à 1,28 Md$. A l'inverse, le fournisseur a engrangé 16,6 % de facturations supplémentaire sur celui du cloud public. Un domaine dont Netapp tire ainsi un chiffre d'affaires de 154 M$, bien trop faible pour contrebalancer sa contre-performance sur le cloud hybride.

« Je dois reconnaître que nos résultats dans le cloud public ne sont pas à la hauteur de ce que nous espérions. Nous prenons des mesures définitives pour affiner notre approche et nous remettre sur la bonne voie », a déclaré George Kurian. « Au début de cette année, nous avons aligné l'organisation de nos spécialistes des ventes cloud sur les structures commerciales de nos partenaires hyperscalers. De plus, nous sommes en train de procéder à un examen stratégique visant à mieux orienter notre portefeuille cloud, à développer les ventes des services propriétaires et à améliorer les résultats des souscriptions », a-t-il ajouté.

Par d'étincelles à attendre au deuxième trimestre

Pour son deuxième trimestre 2024, NetApp prévoit un chiffre d'affaires compris entre 1,45 et 1,6 Md$. Le milieu de cette fourchette correspond à une baisse de revenus de 8 % par rapport à la même période de l'exercice 2023. Le haut ne correspond quant à lui qu'à une croissance infime par rapport aux facturations de 1,57 Md$ générées 12 mois plus tôt.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité