OpenText rachète Micro Focus pour 6 Md$

Pour Mark Barrenechea, son CEO et directeur technique, racheter Micro Focus doit permettre à OpenText de « devenir l'une des plus grandes entreprises de logiciels et de cloud au monde, avec un portefeuille de clients de renom considérable, une stature mondiale et des capacités de mise sur le marché complètes ». Crédit photo : D.R.

Pour Mark Barrenechea, son CEO et directeur technique, racheter Micro Focus doit permettre à OpenText de « devenir l'une des plus grandes entreprises de logiciels et de cloud au monde, avec un portefeuille de clients de renom considérable, une stature mondiale et des capacités de mise sur le marché complètes ». Crédit photo : D.R.

L'acquisition de Micro Focus par OpenText doit donner naissance à « l'une des plus grandes entreprises de logiciels et de cloud au monde ». A eux deux, ces éditeurs spécialisés dans la gestion de l'information affichent un chiffre d'affaires cumulé de 6,2 Md$.

L'éditeur canadien OpenText a officialisé jeudi son intention de racheter son homologue britannique Micro Focus. L'opération devrait être finalisée d'ici la fin du premier trimestre 2023. Elle porte sur un montant de 6 Md$ qui sera réglé entièrement en numéraire. Un prix qui inclut rien de moins qu'une surprime de 99% pour les actionnaires de Micro focus. Selon Mark Barrenechea, le CEO et directeur technique de l'acquéreur, cet effort financier doit permettre à OpenText de « devenir l'une des plus grandes entreprises de logiciels et de cloud au monde, avec un portefeuille de clients de renom considérable, une stature mondiale et des capacités de mise sur le marché complètes ».

Deux éditeurs centrés sur la gestion de l'information

Si la gestion de l'information est centrale dans l'activité des deux entreprises, leurs catalogues d'offres comprennent aussi des différences notables. OpenText concentre son offre sur l'expérience numérique (28 % de son CA total), la gestion des contenus d'entreprises (26 %), les réseaux d'entreprise (24 %) et la sécurité (22 %). Micro Focus propose un portefeuille plus large, incluant la gestion des opérations IT (36% de son CA total), le développement applicatif (18%), la gestion du stockage et du contenu (16%), la sécurité (14%), la gestion de la distribution d'applications (7%), les plateformes d'analytics et de big data (6%), et la gestion des actifs logiciels (4%).

Au cours de son dernier exercice fiscal, Micro Focus a dégagé 2,7 Md$ de facturations, dont 136 M$ en SaaS et en revenus récurrents (hors maintenance), ainsi que 656 M$ en ventes de licences. Le solde provient principalement de la maintenance et, dans une bien moindre mesure, du conseil. De son côté, OpenText affiche 3,5 Md$ de chiffre d'affaires annuel. Ils proviennent en majorité du cloud (1,5 Md$) et du support client (1,3 Md$). Son revenu licence atteint 350 M$.

Un nouveau nom sur une longue liste de rachats

Micro focus est certainement le plus gros rachat figurant sur la longue liste d'acquisitions réalisées par OpenText. La dernière en date remonte à décembre 2021 et ciblait l'éditeur de solutions cloud de chiffrement des e-mails Zix pour 860 M$. Deux ans auparavant, il avait aussi mis la main sur Carbonite (solutions Cloud de protection des données et de sécurité des terminaux) pour 1,42 Md$. A cette occasion, il a aussi fait entrer dans son giron Webroot que Carbonite avait racheté quelques mois auparavant. On peut également citer les acquisitions de XMedius (mars 2020), Liaisons Technologies (janvier 2019), Vignette (juin 2018), ECD (janvier 2017) ou encore d'Actuate (décembre 2014).

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité