Plus de PaaS, de cloud hybride et d'AR en 2021

En 2020, les services clouds ont empêché l'économie et nos vies de s'effondrer.(Crédit D.R.)

En 2020, les services clouds ont empêché l'économie et nos vies de s'effondrer.(Crédit D.R.)

En 2021, les fournisseurs de cloud public vont consolider leur domination, mais les entreprises s'orienteront aussi vers les clouds hybrides, le PaaS, les écosystèmes partenaires ouverts et la réalité augmentée.

Le cloud s'impose en tant que technologie permettant au monde de répondre à la pandémie de Covid-19. Cette année déjà, les principaux fournisseurs de cloud public ont connu une croissance remarquable, des plus inhabituelles. Alors que les entreprises du monde entier essayaient de maintenir leur activité en faisant travailler leur personnel à distance, tous les principaux fournisseurs de cloud ont considérablement augmenté leurs revenus et ont continué à innover à un rythme effréné. Voici mes prévisions pour le marché du cloud d'entreprise en 2021, alors que la nouvelle pandémie de coronavirus continue de frapper l'économie mondiale.

Le cloud, normalité post-Covid Au terme de cette sombre année, il est clair que les services clouds ont empêché l'économie et nos vies de s'effondrer. En 2021 et au-delà, tout le monde continuera à compter sur le cloud (et sur le streaming, la collaboration à distance, les capteurs intelligents et d'autres technologies numériques dépendantes du cloud) pour garder la tête hors de l'eau dans ce contexte très accablant. Les professionnels des technologies d'entreprise devraient ajuster leurs stratégies en matière de cloud de façon à s'adapter à l'évolution de la situation sanitaire et mener à bien leurs initiatives de transformation numérique. Les fournisseurs de technologies qui ont le plus à gagner sont ceux qui, comme Amazon Web Services (AWS), Google et Microsoft, fournissent des écosystèmes cloud-to-edge complets, couvrant tout de la périphérie au cloud, qui permettent d'adopter de nouvelles manières de vivre et de travailler avec le moins de frictions possibles.

Les clouds publics, encore plus dominants L'an dernier, la pandémie a eu un effet accélérateur sur la croissance des clouds publics. Selon IDC, les dépenses des entreprises en matière de cloud, tant publics que privés, ont augmenté de 34,4 % par rapport à l'année précédente, alors que les dépenses IT hors cloud ont diminué de 8 %. En 2021, les principales plateformes de cloud public - notamment Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud Platform - vont renforcer leur domination sur le marché du cloud et devraient étendre leur emprise sur de nombreux secteurs de l'économie mondiale. AWS va encore dominer ce marché, même si Microsoft, Google et Alibaba continueront à combler leur écart. Selon les prévisions de Deloitte, la croissance des revenus restera explosive jusqu'au milieu de la décennie, et ne devrait pas redescendre en dessous de 30 % par an. Les dépenses mondiales en matière de cloud vont augmenter sept fois plus vite que l'ensemble des dépenses IT au cours de cette période. IDC prévoit que les dépenses mondiales en matière de services et d'infrastructures de cloud public vont quasiment doubler, pour atteindre 500 milliards de dollars environ, d'ici 2023.

Des stratégies hybrides et multi-cloud pour atténuer le lock-in du cloud L'an dernier, la domination croissante des clouds publics a contraint les entreprises IT traditionnelles à se concentrer sur les clouds hybrides et multiples. En 2021, les entreprises accepteront moins leur dépendance vis-à-vis des gros fournisseurs. Les professionnels de l'IT chercheront à s'orienter vers des outils hybrides et multi-clouds pour réduire leurs risques de lock-in chez des fournisseurs spécifiques. La tendance est déjà bien affirmée, si l'on considère que, selon les estimations de Flexera, 93 % des entreprises ont une stratégie multi-cloud et 87 % ont une stratégie de cloud hybride. À l'avenir, la maturité croissante des offres hybrides/multi-cloud d'AWS, de Microsoft et de Google incitera les gestionnaires de cloud d'entreprise à augmenter leurs dépenses auprès de ces fournisseurs. Dans le même temps, les fournisseurs de clouds privés comme IBM, Hewlett Packard Enterprise (HPE), Cisco, Dell EMC, VMware et d'autres continueront à renforcer leur intégration hybride/multi-cloud avec les services de cloud public dominants afin de défendre leurs parts de marché dans le domaine de l'IT. Cependant, cet espace fait l'objet d'une véritable guerre d'usure. Les appliances hybrides comme AWS Outposts et Google Anthos n'augmenteront pas de manière significative les parts de ces fournisseurs dans leurs principaux segments de marché de cloud public.

La part du PaaS en augmentation dans les revenus du cloud public Cette année, les plateformes de fournisseurs de SaaS comme Oracle, SAP et Salesforce ont été essentielles pour soutenir le passage rapide au travail à domicile et permettre aux entreprises de poursuivre leurs activités comme si de rien n'était. Le travail à distance étant devenu la norme, les fournisseurs de SaaS de tout type devraient connaître une croissance fulgurante. Selon Gartner, en termes de revenus, le SaaS sera, en 2021, le secteur le plus important du marché du cloud, et devrait atteindre 117,7 milliards de dollars US à la fin de l'année. Cependant, en raison de l'importance croissante que les entreprises accordent aux plates-formes de cloud natives, conteneurisées et sans serveur, les services applicatifs basés sur le PaaS connaîtront une croissance encore plus rapide. En 2021, c'est le marché des offres PaaS multi-cloud sans serveur de Vendia, Microsoft, Red Hat et d'autres qui devraient connaître la croissance la plus importante. Ces solutions et les plates-formes low-code associées joueront un rôle essentiel dans les stratégies de modernisation des applications, de transformation numérique et de continuité des activités d'un nombre croissant d'entreprises.

L'Intelligent Edge, principale rampe d'accès au cloud Au cours de l'année écoulée, le passage rapide de la plupart des secteurs économiques au travail à distance a entraîné un boom des appareils mobiles, de l'automatisation basée sur l'intelligence artificielle (IA), de la robotique autonome et de I'oT industriel. En 2021, les fournisseurs de clouds publics devraient transférer une part croissante de leur charge de travail vers des plateformes edge intelligentes afin d'offrir les faibles latences requises par ces applications. Selon les projections de Frost & Sullivan, d'ici l'année prochaine, environ 90 % des entreprises industrielles utiliseront l'edge computing. Le déploiement de la 5G partout dans le monde au cours des prochaines années va faire grimper la demande d'applications cloud-to-edge. Une part toujours plus grande de ces charges de travail nécessitera un traitement des données par des capteurs intelligents à la périphérie, un pilotage par l'IA, et des charges de travail dites Tiny ML (apprentissage machine). Au cours de l'année à venir, IBM/Red Hat, Hewlett Packard Enterprise et Microsoft vont investir massivement dans les plateformes stratégiques 5G/edge/IA qu'ils ont lancées en 2020. Nvidia va s'appuyer sur l'acquisition de Arm pour enrichir son portefeuille de solutions d'automatisation afin de livrer des applications IA aux environnements cloud-to-edge et hybrides. Cette tendance entraînera également une plus forte demande de réseaux étendus SD-WAN définis par logiciel au profit de VMware, Cisco, Juniper, Arista et d'autres fournisseurs du secteur.

La pression réglementaire pousse vers des écosystèmes partenaires ouverts Au cours de l'année qui vient de s'écouler, Amazon, Microsoft, Google et d'autres entreprises de la Big Tech ont dû faire face à des poursuites judiciaires, se plier à des mesures réglementaires et à des pressions législatives visant à casser leur domination. En 2021, ces entreprises et d'autres fournisseurs de services clouds dominants vont lever le pied sur les acquisitions stratégiques. Si de leur côté, ces fournisseurs se vantent d'avoir des écosystèmes partenaires de plus en plus ouverts, on les accuse aussi d'utiliser cette stratégie pour entraver leurs concurrents. De plus en plus, les grands fournisseurs de services clouds se positionneront comme des sous-traitants de back-end pour le compte de partenaires. Ils minimiseront les efforts visant à utiliser leurs solutions multi-cloud et hybrides comme levier pour faire migrer les charges de travail des entreprises à partir de plates-formes existantes sur site.

De la RA pour aider les employés à soutenir la croissance du cloud Voici une dernière prédiction sur le cloud, qui concerne davantage la vie des professionnels du cloud que le marché des services clouds. Á mesure que les entreprises modifieront leurs processus de gestion du cloud, elles adopteront davantage d'outils de réalité augmentée (RA) pour former et aider les équipes distantes d'effectuer la maintenance du cloud. Comme toutes les entreprises, les fournisseurs de cloud et leurs clients devront s'assurer que leur personnel est en sécurité, en bonne santé et reste productif dans son environnement de travail distant. Par exemple, des approches innovantes, comme la réalité augmentée, sont essentielles pour Amazon, si le fournisseur veut tenir sa promesse de former 29 millions de personnes aux technologies clouds partout dans le monde, comme il l'a annoncé récemment. Même dans un contexte normal, AWS aurait des difficultés pratiques à former autant de personnes. Au-delà de la sécurité des personnes, en 2021, le plus grand défi du secteur du cloud sera de trouver, de former et d'équiper suffisamment de personnes compétentes pour soutenir les initiatives de transformation numérique des clients.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

Les premiers forfaits grand public 5G sont déjà en vente chez les quatre principaux opérateurs : Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom. Les déploiements d'antennes se poursuivent...

Publicité