Provectio poursuit sa croissance et veut renforcer son maillage

Dirigé par Maxime Charlès, l'entreprise Provectio enregistre une croissance annuelle de 20 % pour l'exercice 2017-2018. (Crédit : Provectio)

Dirigé par Maxime Charlès, l'entreprise Provectio enregistre une croissance annuelle de 20 % pour l'exercice 2017-2018. (Crédit : Provectio)

Avec 20 % de croissance continue, Provectio est sur la pente ascendante depuis plusieurs années. Pour maintenir ce rythme, la société spécialisée dans les services d'infrastructures cloud et d'infogérance compte sur plusieurs leviers : développement du maillage, levée de fonds et recrutement.

Avec 3,6 M€ de chiffre d'affaires pour l'exercice 2017-2018 (clôturé en septembre dernier), Provectio maintient son rythme de 20 % de croissance annuelle. Une bonne santé économique que l'entreprise doit notamment à son activité infrastructure (sécurité, stockage, messagerie, poste de travail), qui représente 55 % de ses revenus, le reste étant lié à l'activité télécom/cloud (25 %) et aux services d'infogérance (20 %). Le résultat net de la société s'élève à « environ 2,5 % du chiffre d'affaires » selon son président et fondateur, Maxime Charlès, soit 90 000 €.

Provectio, qui compte 30 salariés sur ses trois agences françaises à Rennes, Nantes et Caen, a récemment réalisé une levée de fonds de 500 000 € auprès de ses partenaires bancaires, BNP Paribas, Crédit Mutuel de Bretagne et la BPI. Cette rentrée d'argent devrait aider la société dans ses objectifs. Maxime Charlès cherche à étendre son maillage géographique, notamment en région parisienne. « Le but, c'est de mettre sur pied trois agences de proximité supplémentaire d'ici 2022 », précise-t-il. En mars, son entreprise a déjà mis la main sur Accent Informatique, renforçant sa présence dans la région Normandie et consolidant l'activité de son agence cannaise. D'ici 2020, M. Charlès table sur un chiffre d'affaires de 5 M€.

Un mystérieux projet télécom

Enfin, le dirigeant compte renforcer l'offre cloud et télécom de Provectio. Cela passera par l'ouverture d'un datacenter cette année, en région parisienne, mais aussi par des recrutements dans ce secteur pour les trois zones géographiques déjà couvertes. Ces ambitions s'accompagnent d'un projet pour le moment confidentiel, une offre technologique spécifique orientée vers les centres d'appels à haut trafic sortant qui aura pour but de « revoir la façon dont nous stockons et répartissons nos données », confie Maxime Charlès. Soutenu par la région Bretagne à hauteur de 50 000 €, ce projet devrait se dévoiler dans les mois à venir.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité