RBI actualise sa feuille de route pour les 5 prochaines années

Sébastien Tétiot, président de RBI : « Pour moi être intégrateur va au-delà de simplement implémenter une solution chez un client. Je souhaite apporter une valeur ajoutée, des conseils, une expertise aux entreprises » (Crédit : RBI)

Sébastien Tétiot, président de RBI : « Pour moi être intégrateur va au-delà de simplement implémenter une solution chez un client. Je souhaite apporter une valeur ajoutée, des conseils, une expertise aux entreprises » (Crédit : RBI)

Historiquement infogéreur et intégrateur Divalto, RBI a décidé de redéfinir sa stratégie de développement autour de 3 points : l'intégration des modules de gestion d'entrepôt de l'ERP Divalto, le développement de son ERP Medios ainsi que l'accompagnement des grandes entreprises. Objectif, atteindre les 12 M€ de chiffre d'affaires d'ici à 2028.

L'ESN bretonne RBI redéfinit sa stratégie de développement pour les cinq ans à venir avec en tête la volonté de doubler ses revenus sur cette période. L'approche repose sur un recentrage de son activité d'intégrateur de logiciels, qui pèse un tiers de ses revenus, autour de trois axes : le développement et l'intégration des modules de gestion d'entrepôts de l'ERP Divalto, l'intégration en continue de cette solution auprès des ETI et des grandes entreprises, et l'édition et l'intégration de son propre ERP Medios. Fondée en 1981, RBI se spécialisait initialement dans l'infogérance de PC, de serveurs et d'équipements réseau.

Ce n'est qu'en 1983 que L'ESN rennaise ajoute les ERP et CRM de Divalto à son catalogue, avec la capacité d'en déployer toutes les fonctionnalités selon les besoins des clients. « Il y a dix ans de cela, nous étions encore un intégrateur classique. Puis on a gagné un appel d'offre passé par un grossiste en livres et biens culturels qui comportait une grosse composante logistique. À l'époque, l'ERP Divalto avait des carences sur ces sujets. On a donc fait beaucoup de développement (4 000 jours de travail) pour répondre aux spécificités de ce client. On a fini par créer un nouveau module de gestion des entrepôts (WMS) », explique Sébastien Tétiot, président de RBI.

Intégration, édition et accompagnement : RBI est sur tous les fronts

Cette expérience et ce savoir-faire acquis par les équipes de RBI dans la logistique et la gestion d'entrepôt ont poussé leur direction à recentrer l'activité d'intégration de l'ESN sur ces domaines : « Pour moi être intégrateur va au-delà de simplement implémenter une solution chez un client. Il faut pouvoir l'adapter à ses besoins spécifiques. Je souhaite apporter une valeur ajoutée, des conseils, une expertise aux entreprises ». Pour aller au bout de cette démarche, l'ESN a choisi d'abandonner l'intégration des modules de type gestion de la paie ou de la production, trop chronophage pour ses équipes et pas assez rémunératrice. Cette nouvelle stratégie sera officiellement mise en oeuvre à partir du 1er janvier 2023.

C'est aussi cette volonté de RBI de coller aux besoins spécifiques des clients qui l'a amenée à développer Medios, son ERP maison, sur la base Divalto Infinity. La solution répond aux problématiques de la logistique des biens culturels. Ce domaine nécessite de mettre en oeuvre des processus spécifiques (optimisation des stocks, contraintes commerciales) qui permettront notamment d'absorber des piques de charges à certaines périodes, pendant les fêtes de fin d'année par exemple. « On a développé des surcouches dédiées aux processus métiers du monde du livre et de la culture et avons ouvert cet ERP aux plateformes EDI souvent utilisées dans ce secteur », précise Sébastien Tétiot.

Dernier axe de développement pour RBI : l'intégration et l'accompagnement en continu des grands groupes ayant un fort besoin de développement et de personnalisation de leur ERP. « Ces clients souhaitent garder la main sur leur process et ne veulent pas d'ERP standards. Nous devons faire beaucoup de développements dans et autour de l'ERP afin d'y intégrer leurs savoir-faire », termine le président de l'ESN. RBI a ainsi créé des équipes dédiées à des clients afin de répondre à leurs attentes spécifiques.

Objectif : 12 M€ de revenus d'ici à 2028

En 2022, RBI a dégagé 6 M€ de revenus, dont 2 M€ via son activité d'intégrateur de logiciels. Son objectif est de faire passer son chiffre d'affaires total à 12 M€ d'ici 2028, avec une répartition équilibrée entre l'intégration logicielle et l'infogérance. Une ambition atteignable, selon le président, puisque l'ESN revendique une croissance de 20 % lors de chaque exercice depuis 3 ans. De plus, l'entreprise qui compte déjà 35 collaborateurs entend en recruter une dizaine d'ici à 2026, uniquement pour son activité d'intégrateur.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité