Réouverture des bureaux : A chacun sa méthode chez les géants de la tech

Selon un mémo interne, Google prévoit de faire revenir ses employés le 4 avril. (Crédit : Google)

Selon un mémo interne, Google prévoit de faire revenir ses employés le 4 avril. (Crédit : Google)

Apple, Google et Twitter empruntent des voies différentes en matière de politique de travail hybride alors qu'ils s'apprêtent à rouvrir leurs bureaux. De son côté, Microsoft a commencé sa réouverture le 28 février.

Apple, Google et Twitter ont maintenant fixé des dates pour la réouverture de leurs bureaux, signalant à la fois la fin du travail à domicile généralisé et le déploiement de politiques « hybrides ». Comme une grande majorité, chaque entreprise a fermé ses bureaux conformément aux mesures de distanciation sociale dès les premiers stades de la pandémie de Covid-19 en 2020, passant rapidement à la prise en charge du travail à distance. Aujourd'hui, après avoir reporté plusieurs fois la réouverture de leurs bureaux en raison de la pandémie en cours, les trois grands noms de la technologie ont présenté leurs plans respectifs pour le faire, en adoptant des politiques hybrides qui combinent le travail à distance et le travail sur place pour les employés. La manière dont ces plans se déroulent pourrait influencer les mesures prises par d'autres entreprises plus petites pour faire face à l'évolution des attentes en matière de travail.

« Les géants de la technologie mettent en oeuvre des stratégies hybrides sur lesquelles ils travaillent depuis un certain temps », indique J. P. Gownder, vice-président et analyste principal chez Forrester. D'autres ont déjà entamé leur transition. Le mois dernier, Microsoft a annoncé la réouverture de ses bureaux, après avoir fait vacciner l'ensemble de son personnel. Les employés ont donc pu réintégrer leur siège social de l'État de Washington et d'autres bureaux dès le 28 février. Cette décision a marqué la dernière étape du « parcours de travail hybride » de Microsoft, en cours d'élaboration depuis près de deux ans. Bien que chaque entreprise ait sa propre approche de la réouverture et des exigences en matière de travail à distance et en personne, toutes ont choisi de ne pas revenir à la normale prépandémique de cinq jours au bureau pour tous les employés.

Google rouvre ses portes le 4 avril Après avoir récemment retardé ses plans de réouverture des bureaux le 10 janvier (après l'apparition de la variante omicron du Covid-19), Google prévoit maintenant de faire revenir ses collaborateurs le 4 avril, selon un mémo interne vu par Reuters la semaine dernière. La décision s'applique au personnel de certains bureaux de Google aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans la région Asie-Pacifique ; les employés qui ne sont pas prêts à retourner au bureau peuvent demander une prolongation. Les salariés qui retournent au bureau doivent être entièrement vaccinés contre le Covid-19 ou bénéficier d'une exemption approuvée, selon Reuters, tandis que les personnes non vaccinées seront autorisées à travailler à distance de manière permanente.

Google souhaite que les employés soient présents au bureau environ trois jours par semaine, bien que cela puisse varier en fonction de l'équipe et du rôle. Toutefois, l'entreprise a approuvé l'année dernière des milliers de demandes d'employés souhaitant travailler à distance à long terme, et n'aurait refusé que 15 % des demandes. Le PDG de Google, Sundar Pichai, s'était déjà engagé à permettre aux employés de travailler temporairement en dehors de leur bureau principal, jusqu'à quatre semaines par an.





Apple fixe sa date : le 11 avril L'obligation faite par Apple au personnel de retourner au bureau au moins trois jours par semaine a suscité la controverse chez certains employés, avec des pétitions et des protestations publiques contre cette décision l'année dernière. Mais la société est restée ferme dans sa détermination à faire revenir le personnel à son siège de Cupertino, au moins à temps partiel. Dans un courriel adressé au personnel et consulté par le média The Verge la semaine dernière, le PDG d'Apple, Tim Cook, a décrit une réouverture « progressive » des bureaux qui débutera le 11 avril. Dans un premier temps, les employés devront se rendre au bureau un jour par semaine, puis deux jours par semaine à partir de la troisième semaine de la période de transition. « Nous commencerons alors le pilote hybride dans son intégralité le 23 mai, avec des personnes venant au bureau trois jours par semaine - le lundi, le mardi et le jeudi - et travaillant de manière flexible le mercredi et le vendredi si vous le souhaitez », indique l'e-mail.

Tim Cook a reconnu que l'obligation de retourner au bureau pourrait ne pas être universellement populaire, notant que, si beaucoup se réjouissent de pouvoir rencontrer leurs collègues en personne, « pour d'autres, il pourrait s'agir d'un changement déstabilisant ». « Je tiens à ce que vous sachiez que nous sommes fermement résolus à vous apporter le soutien et la flexibilité dont vous avez besoin au cours de cette prochaine phase - un engagement qui commence par l'introduction progressive de notre projet pilote hybride et qui inclut la possibilité de travailler à distance jusqu'à quatre semaines par an », a-t-il déclaré.

Twitter rouvre le 15 mars, mais le retour est facultatif L'approche de Twitter diverge des autres, en ce sens que si les bureaux ouvriront la semaine prochaine, les employés auront la liberté de décider eux-mêmes de leur lieu de travail. « Cela fait presque deux ans que nous avons fermé nos bureaux et arrêté nos déplacements et je suis heureux d'annoncer que nous sommes prêts à redémarrer complètement les déplacements professionnels et à ouvrir tous nos bureaux à travers le monde ! ». Le PDG Parag Agrawal a déclaré dans un post sur Twitter la semaine dernière, que l'ouverture des bureaux devait commencer le 15 mars. Parag Agrawal, qui a succédé au cofondateur de Twitter Jack Dorsey en novembre dernier, a promis d'honorer l'engagement de l'entreprise à soutenir le travail à distance postpandémie pour le personnel. « Partout où vous vous sentez le plus productif et créatif, c'est là que vous travaillerez et cela inclut le travail à domicile à temps plein pour toujours », a-t-il déclaré. « Au bureau tous les jours ? Cela fonctionne aussi. Certains jours au bureau, certains jours à la maison ? Bien sûr ».

Toutefois, il a également reconnu les défis opérationnels que présente un modèle hybride à distance. « Le travail distribué sera beaucoup, beaucoup plus difficile », a déclaré Parag Agrawal. « Toute personne qui a rejoint une réunion à distance alors que d'autres étaient en conférence connaît ce problème. Il y aura beaucoup de défis dans les mois à venir, et nous devrons être proactifs, volontaires, apprendre et nous adapter ». Malgré ces difficultés, l'analyste de Forrester J. P. Gownder estime que l'approche flexible de Twitter sera probablement populaire auprès du personnel : un avantage notable sur un marché du travail tendu. « Twitter, contrairement aux autres, permettra une flexibilité totale - les employés pourront travailler d'où ils veulent, y compris chez eux en permanence, s'ils le souhaitent », souligne-t-il. « Cela pourrait profiter à l'entreprise en termes de rétention des employés et d'acquisition de talents. À l'heure actuelle, alors que la grande démission se poursuit et que le taux de turn-over du personnel est élevé, l'une des principales raisons d'autoriser ce que Forrester appelle le travail en tout lieu est la concurrence pour attirer les talents ».

Quelles retombées pour ces différentes stratégies ? Les données de l'enquête de Forrester suggèrent que la plupart des entreprises (51%) prévoient d'adopter une stratégie hybride, 15% prévoient d'être « remote-first » après la pandémie, et environ un tiers (34%) retourneront au bureau tous les jours de la semaine. Les stratégies de télétravail des géants de la technologie pourraient exercer une influence plus large, a déclaré Adam Preset, vice-président analyste des technologies de l'expérience des employés chez Gartner. « Lorsque les géants de la technologie signalent qu'ils sont prêts à rouvrir des bureaux, cela excite la conversation dans différentes entreprises sur leur propre état de préparation », constate-t-il. « Certaines entreprises dynamiques ou certains dirigeants enthousiastes sont prêts à faire de même ou sont en avance sur le sujet. D'autres veulent attendre et voir si Apple, Google, Microsoft et Twitter auront des histoires de réussite à raconter dans quelques mois ».

Les différents modèles de bureaux hybrides pourraient avoir des retombées ; des enquêtes récentes ont montré que les femmes et les personnes de couleur sont plus enclines à continuer à travailler à domicile. Cela pourrait avoir un effet sur les efforts des entreprises en matière de diversité et d'inclusion. Des recherches ont également mis en évidence la possibilité d'un biais de proximité, c'est-à-dire que les employés qui travaillent à domicile pourraient voir leur carrière mise sur la touche parce que leurs responsables et cadres supérieurs les voient moins souvent au bureau.



s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité