Windows 10X rivalise toujours plus avec Chrome OS

Un terminal mobile Windows 10X avec un vrai clavier. (Crédit : Microsoft)

Un terminal mobile Windows 10X avec un vrai clavier. (Crédit : Microsoft)

Selon plusieurs rapports, dans sa marche vers un « Cloud PC », Microsoft positionne encore plus explicitement son prochain Windows 10X comme concurrent des Chromebooks et de Chrome OS, en éliminant progressivement le support Win32 du futur OS.

D'après ces rapports, Microsoft prévoit de supprimer progressivement le support de l'ancien code Win32, l'idée étant de proposer un « Cloud PC » qui exécutera des applications à partir du cloud. Cette stratégie aura des effets importants sur Windows 10, et notamment ralentira encore plus le cycle de développement de l'OS. Les informations de ZDNet.com à propos d'une modification de la feuille de route de Windows et les efforts en matière de cloud, de même que les propres rapports de Windows Central sur ces deux orientations, rejoignent les conclusions émises par notre confrère de PCWorld après l'annonce du report à 2021 de la sortie du Surface Neo et des appareils à double écran, à savoir que Windows 10X serait essentiellement un nouveau Windows 10 S.

Lors des premières présentations de Windows 10X intervenues plus tôt cette année, l'éditeur avait déclaré que cette version spécifique de Windows 10 avait été optimisée pour une gamme d'appareils à double écran. Mais la pandémie a incité la firme de Redmond à revoir ses projets. Aujourd'hui, la feuille de route de Microsoft et le positionnement de Windows 10X par rapport à Windows 10, et même à Windows 10 S deviennent plus clairs.


Dans un premier temps, Microsoft avait déclaré que le système d'exploitation Windows 10X avait été spécialement conçu pour les appareils à double écran. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. (Crédit : Mark Hachman/IDG)

Ce que vous devez savoir

1. Il ne se passera rien avant 2021

Les différentes informations semblent s'accorder sur le fait qu'il ne se passera pas grand-chose avant 2021. Selon Zac Bowden de ZDNet, Windows 10X sera achevé fin 2020 et fera ses débuts sur un appareil Microsoft dédié, un Surface Go 3 par exemple. D'après Mary Jo Foley de ZDNet, Windows 10X sera disponible pour les appareils à écran unique à partir de 2021, et pour les appareils à double écran en 2022. Nous savions déjà que le Surface Neo avait été « mis en pause », Microsoft ayant reconsidéré le marché des appareils à double écran. Autre évènement à venir : ZDNet rapporte qu'au printemps 2021, Microsoft devrait lancer un « Cloud PC » ciblant spécialement les entreprises (voir plus loin).

2. Grand changement pour Windows 10X

L'autre grande nouvelle, c'est que Windows 10X serait en train d'abandonner l'un de ses composants technologiques les plus intéressants : le « conteneur ». Or, ce conteneur devait permettre d'exécuter des applications Win32 en mode virtualisé. A l'origine, Windows 10X avait été conçu et optimisé pour les PC à double écran. Mais sous le capot, le futur OS présentait beaucoup de similitudes avec l'OS Windows 10 S. En particulier, les deux systèmes ont été conçus pour fournir un environnement géré afin d'exécuter des applications de confiance à partir du Microsoft Store en mode natif et utiliser un « conteneur » en bac à sable dans lequel il restait possible d'exécuter le vaste écosystème d'applications Win32 héritées.


Cette infographie de Microsoft explique comment Windows 10X devait gérer le support des apps Win32 : via un conteneur. (Crédit : Microsoft)

Cependant, suite à la récente décision de Microsoft, Windows 10X ne fonctionnera que sur la plateforme universelle Windows (UWP) et les applications web, ce qui limitera considérablement son attrait pour les utilisateurs lambdas. En revanche, il sera toujours possible d'utiliser des applications comme Spotify, à condition qu'elles puissent fonctionner dans une page web ou une application UWP comme Twitter. Selon Mary Jo Foley de ZDNet, « tout cela pourrait changer en 2022, si Microsoft revoit son modèle de conteneur ». Mais le projet se présente ainsi, pour le moment.

3. Potentiellement moins de fonctionnalités pour Windows 10

Microsoft dispose d'un nombre limité de développeurs, et la répartition entre Windows 10X, Windows 10 et un potentiel Windows Cloud PC signifie que Microsoft prévoit de formaliser une pratique déjà entrée dans ses habitudes : si l'on en croit ZDnet, les nouvelles fonctionnalités de Windows 10 sortiront à l'automne, tandis que les nouvelles fonctionnalités de Windows 10X seront prioritaires pour le printemps. Pour les utilisateurs de Windows 10, cela reviendrait à inverser le calendrier actuel de sortie, où les fonctionnalités les plus importantes sont livrées au printemps, et l'automne est consacré à la correction et à la mise à jour des anciens codes.

Cette stratégie de lancement alternant mises à jour de fonctionnalités avec mises à jour de correctifs est suivie par Microsoft depuis 2019. Pour l'instant, les prochaines versions Windows 10 Slow/Beta Channel 20H2 du cycle Windows Insider prévues pour l'automne comportent peu de nouvelles fonctionnalités publiques. (Microsoft dispose aussi d'un canal Dev séparé, expérimental, où l'éditeur teste le code à venir sans date de sortie ni build spécifique). Si vous êtes à l'affût de nouvelles fonctionnalités, vous serez probablement déçus. En revanche, si vous préférez que Windows évolue lentement, et si les correctifs et la stabilité générale sont plus importants pour vous, alors vous serez comblés.


Windows 10X est attendu en 2021 sur les terminaux de Microsoft et de ses partenaires habituels. (Crédit : Microsoft)

4. Windows 10X positionné de plus en plus comme rival des Chromebooks

Si la grande majorité des PC grand public et spécialisés exécutent Windows 10, il n'en va pas de même pour les Chromebooks, qui ont discrètement remplacé les iPads et Mac d'Apple dans les salles de classe américaines il y a plusieurs années. Les entreprises aussi ont besoin de PC bon marché pour les « travailleurs de première ligne », sans les coûts annexes auxquels exposent des PC sous Windows. Il semble que Windows 10X soit la solution pour les utilisateurs grand public, et que les Cloud PC sont plus adaptés aux besoins des entreprises, même si un certain chevauchement entre les deux n'est pas à exclure.


Microsoft a été un peu obnubilé par les Chromebooks. L'entreprise a essayé, sans succès et à plusieurs reprises, de les évincer des salles de classe, surtout aux États-Unis, la concurrence étant plus équilibrée dans le reste du monde. (Crédit : Melissa Riofrio/IDG)

« Prévu à l'origine comme un système d'exploitation pour PC haut de gamme dans le segment des appareils pliables, Windows 10X va concerner désormais l'autre bout du spectre, c'est-à-dire des tablettes et des ordinateurs portables à bas prix pour les marchés de l'éducation et des entreprises », a écrit Windows Central.

Sans la technologie de conteneur Win32, le positionnement de Windows 10X à l'extrémité inférieure du marché apparaît comme évidente. Mais Windows Central pense qu'il est difficile, voire impossible, de faire fonctionner Windows 10X avec des applications conteneurisées/virtualisées sur du matériel bas de gamme, ce qui a obligé Microsoft à retirer cette technologie et à repositionner Windows 10X comme un système d'exploitation bas de gamme. Cette limitation a peut-être beaucoup pesé sur la décision de Microsoft.

5. Cloud PC : un Windows en tant que service

De nombreux articles ont expliqué pourquoi la virtualisation pouvait être à la base de nombreuses orientations futures de Microsoft, y compris l'adaptation du modèle App-V des applications en streaming. Le prochain « Cloud PC » de Microsoft pourrait le confirmer. Même si le concept n'est pas vraiment nouveau - on trouve depuis longtemps sur le marché des clients légers capables d'exécuter des applications résidant dans le cloud avec lesquelles les utilisateurs peuvent interagir localement - c'est la dernière idée de Microsoft. Il ne faut pas oublier que les entreprises sont demandeuses d'un environnement IT simplifié et géré qu'elles peuvent déployer simplement, dont elles n'ont pas à se préoccuper. Et elles sont prêtes à payer pour ça. Windows Central et ZDNet semblent tous deux d'accord sur le fait que Microsoft utilisera son bureau virtuel Windows Virtual Desktop comme plateforme pour permettre aux entreprises d'exécuter des applications distantes stockées dans le cloud.


Project xCloud de Microsoft diffuse déjà des jeux en continu depuis le cloud. Le monde des applications virtualisées en streaming n'est pas si loin. Avec l'abonnement approprié, évidemment. (Crédit : Microsoft)

Comme l'a fait remarquer ZDNet, nous avons déjà une preuve solide que le « Cloud PC » existe. « Dans sa vision du Cloud PC, Microsoft pense que M365 [Microsoft 365] est la seule expérience de traitement fournie à l'utilisateur par Azure et gérée par Microsoft à un prix forfaitaire par utilisateur », comme l'explique un message sur le service. « Cloud PC » de Microsoft représente une nouvelle offre stratégique. Elle s'appuie sur le bureau virtuel de Windows pour offrir un Desktop en tant que service. Le Cloud PC, au coeur de cette offre, peut offrir aux clients professionnels une expérience Windows moderne, flexible et basée sur le Cloud et permettre aux entreprises d'être toujours à niveau de manière plus simple et plus évolutive.

Peut-on imaginer que les utilisateurs joueront au dernier Call of Duty en streaming depuis le cloud ? Bien sûr que non... Enfin, si, certainement. Les PC sont construits pour exécuter des applications stockées sur le disque dur de l'utilisateur, mais, et c'est une réalité, la Xbox et le Project xCloud diffusent déjà des jeux en streaming depuis le cloud. Il est fort possible que cet étrange mélange d'applications locales et distantes, de virtualisation et d'abonnements se poursuive.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité