Workday débourse 510 M$ pour s'offrir Vndly

Aneel Bhusri, co-fondateur de Workday avec David Duffield en 2005, occupait seul le poste de CEO jusqu'en 2020 avant de partager cette fonction avec Chano Fernandez. (crédit : Workday)

Aneel Bhusri, co-fondateur de Workday avec David Duffield en 2005, occupait seul le poste de CEO jusqu'en 2020 avant de partager cette fonction avec Chano Fernandez. (crédit : Workday)

En mettant la main sur Vndly, Workday étoffe son offre avec de la gestion externalisée d'effectifs. Le rachat de 510 millions de dollars s'est effectué en numéraire.

Après avoir débuté 2021 sur une importante acquisition (Peakon pour 700 M$), Workday la clôture avec une autre de taille également significative. L'éditeur en solutions de planification budgétaire et RH a ainsi racheté Vndly pour 510 millions de dollars. Cette transaction, en numéraire, doit être finalisée pour la fin d'année fiscale 2022 de Workday, calée au 31 janvier prochain. « L'ancienne stratégie de croissance organique de Workday consistant à se tourner davantage sur du développement interne a été remplacée par une stratégie d'acquisition, comme le démontre l'achat d'aujourd'hui de Vndly », a expliqué Holger Mueller, analyste chez Constellation Research. En septembre 2021, Workday avait aussi mis la main sur le fournisseur de logiciels de configuration de devis Zimit.

La particularité de Vndly est d'être spécialisé dans la gestion RH externalisée pour gérer en particulier les collaborateurs contractuels, indépendants, à temps partiel... qui ne travaillent pas dans les locaux du groupe. Les fonctions couvertes vont de l'onboarding, au reporting RH en passant par la gestion des talents. L'offre de Vndly est adaptée à une gestion complexe des ressources humaines dont les paramètres (imposition, taux, règles et tarifs réglementaires...) varient fortement en fonction des pays.

Des résultats financiers trimestriels au beau fixe

Suite à cette acquisition, Workday prévoir d'intégrer l'offre de Vndly pour proposer une solution unifiée des ressources humaines, tant interne qu'externe. L'éditeur indique par ailleurs qu'il va continuer à s'associer et à investir dans le réseau de fournisseurs de services gérés de Vndly. Il est aussi prévu que ce dernier continuer d'assurer la prise en charge et l'intégration de son offre à des systèmes tiers (RH, finance, IT et juridique).

Ce rachat intervient alors que le groupe annonce la nomination de Doug Robinson, jusqu'alors vice président des ventes mondiales de Workday, au poste de co-président. Ce dernier est rattaché à Chano Fernandez, co-CEO du groupe depuis 2020 avec le co-fondateur de Workday, Aneel Bhusri. La société vient par ailleurs de publier ses résultats pour son 3e trimestre fiscal 2022, avec des revenus d'1,33 Md$ (+20% par rapport au T3 2021) et un résultat opérationnel de 23,9 M$ contre une perte de 14,1 M$ un an plus tôt. Pour son dernier trimestre, l'éditeur table sur un chiffre d'affaires de ses abonnements autour d'1,217 Md$, soit 10 millions de plus que le consensus.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité