Annuels Econocom : les problèmes d'approvisionnement freinent le retour à la croissance

Faute d'avoir pu livrer toutes les commandes qui lui ont été passées, Econocom affichait un back log en hausse de 100 M€ à fin décembre 2021. Crédit photo : D.R.

Faute d'avoir pu livrer toutes les commandes qui lui ont été passées, Econocom affichait un back log en hausse de 100 M€ à fin décembre 2021. Crédit photo : D.R.

Freiné dans ses ventes par des difficultés à obtenir des produits auprès des fournisseurs, Econocom a enregistré une légère baisse de revenus en 2021. Le plan de restructuration mis en oeuvre en 2019 et 2020 a néanmoins permis au groupe d'améliorer nettement sa rentabilité.

Avec un chiffre d'affaires en hausse de 1,7% au premier semestre, Econocom avait entamé 2021 sur un rythme compatible avec un retour de la croissance annuelle de son activité. Finalement, le groupe de distribution et de services IT a clos son dernier exercice fiscal sur 2,52 Md$ de facturations, soit un léger recul de 0,5% par rapport à un exercice 2020 où les revenus avaient chuté de 11,3%. L'entreprise explique avoir été impactée par des retards récurrents dans son approvisionnement en produits auprès des fournisseurs sur la deuxième moitié de l'année. Par ailleurs, ces difficultés ont fait gonfler la valeur des commandes passées par ses clients mais non encore honorées de plus de 100 M€ a fin décembre.

L'activité distribution en recul de 2,5%

La branche Produit & Solutions d'Econocom, qui regroupe ses activités de négoce, a directement été impactée par les difficultés qui pèsent sur la chaine d'approvisionnement au niveau mondial. Sur 12 mois, son chiffre d'affaires a diminué de 2,5% à 1,06 Md€. Les revenus de la branche Services ont également baissé, de 3,1% à 516 M€, mais pour d'autres raisons. Il faut y voir la conséquence du souhait du groupe de privilégier les contrats de prestations à valeur ajoutée pour améliorer ses marges. Pour contrebalancer en partie sa baisse de revenus dans la distribution et les services, Econocom a pu compter sur sa branche Technology Management & Financing qui a enregistré 3,4% de croissance débouchant sur 938 M€ de facturations.

La baisse de son activité globale n'a pas empêché Econocom d'accroître significativement sa rentabilité. Tirant « pleinement partie du plan de restructuration mis en oeuvre au cours des exercices 2019 et 2020 », l'entreprise a poursuivi l'amélioration de son résultat opérationnel courant (ROC) dont le niveau a progressé de 16% à 135 M€ en 2021. Econocom affiche donc un taux de marge opérationnelle de 5,4% contre 4,8% en 2020 et 4,2% en 2019. Toutes ses activités ont d'ailleurs participé à l'amélioration de sa rentabilité opérationnelle. L'augmentation la plus marquée a été enregistrée par l'activité services dont le ROC est passé à 42 M€ (+25%), contre 53 M€ (+15%) pour la branche Produits & Solutions et 39 M€ (+9%) pour le pôle Technology Management & Financing.

Le bénéfice net passe de 50 à 70 M€

Sur l'ensemble de son exercice 2021, Econocom a également enregistré des charges opérationnelles nettes non courantes en forte diminution à 14,3 M€ (-25,5 M€), obtenues à travers la finalisation de son plan de transformation. Une baisse de coût qui a contribué à l'obtention d'un résultat net de 70 M€, contre 50,2 M€ en 2020.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité