Blackberry perd du terrain dans les entreprises

Selon une étude réalisée par iPass, une entreprise qui vend des services de gestion de la mobilité d'entreprise, l'iPhone d'Apple a dépassé le BlackBerry de RIM au palmarès des smartphones les plus utilisés en milieu de travail. Son dernier rapport trimestriel, intitulé Mobile Workforce, se base sur les réponses de plus de 2 300 salariés appartenant à 1 100 sociétés dans le monde. Selon son étude, 45% des salariés possèdent un iPhone, et 32,2% utilisent un terminal BlackBerry. Comparativement, dans l'étude menée l'année dernière par iPass, 34,5% des salariés avaient déclaré utiliser un dispositif BlackBerry et 31% un iPhone. La dernière enquête montre également qu'Android a progressé de façon impressionnante au cours de la dernière année : cette année, 21% des salariés ont déclaré qu'ils utilisaient des terminaux sous Android, contre 11% l'année dernière.

De plus, il semble que Apple va consolider sa progression dans l'entreprise, dans la mesure où 18% des salariés ont déclaré qu'ils envisageaient l'achat d'un iPhone en 2012, et 2% prévoyaient d'acquérir un terminal BlackBerry l'année prochaine. Selon iPass, ces résultats ne signifient pas que la part de marché des BlackBerry subit une baisse importante, mais montrent plutôt une croissance rapide pour des alternatives comme l'iPhone et des dispositifs sous Android. L'enquête précise que la croissance conjuguée de l'iPhone et d'Android dans les entreprises « montre que celles-ci offrent davantage de choix à leurs salariés » puisque « 73% d'ente elles permettent désormais à des périphériques sortant de la sphère de gestion des départements informatiques d'accéder aux ressources de l'entreprise. » Les entreprises semblent également adopter une approche plus pragmatique dans le provisionnement, puisque 58% indiquent qu'elles fournissent des terminaux à leurs salariés, contre 66% il y a un an.

Une autre étude vient conforter les chiffres d'iPass

L'enquête d'iPass est la seconde étude parue ces derniers mois à constater la perte d'influence du BlackBerry et sa position de terminal dominant dans les entreprises. Le sondage publié le mois dernier par Enterprise Management Associates (EMA) avait révélé que 30% des utilisateurs de BlackBerry dans les entreprises de 10 000 employés et plus avaient l'intention de changer de plate-forme mobile au cours de l'année 2012. Selon EMA, cela induira une réduction significative de la part de marché de RIM dans les grandes entreprises, actuellement à 52%. « Nous nous attendions à une certaine perte de part de marché de RIM, mais ces résultats sont beaucoup plus sévères que nous imaginions, » a déclaré Steve Brasen, directeur de recherche à l'EMA. « Les entreprises et les salariés ont fait tous deux savoir qu'ils avaient largement l'intention de laisser de côté les mobiles BlackBerry au profit de terminaux sous Android et surtout sous iOS.

Ces résultats ont été collectés avant les récents problèmes rencontrés par les services BlackBerry, qui risquent d'avoir un impact encore plus important et d'accélérer davantage la migration. » Le mois dernier, RIM a du faire face à une très embarrassante panne de service de quatre jours suite à la défaillance d'un commutateur à double redondance et à double capacité. Le commutateur de sauvegarde ne s'était pas non plus mis en route. Pour compenser, RIM a offert à ses clients des applications premium gratuites.

Une baisse constante depuis 2009

La part de marché de RIM dans l'industrie du smartphone, prise dans son ensemble, a été en baisse constante au cours des deux dernières années. Selon Nielsen, à l'automne, les terminaux BlackBerry ne représentent plus que 18% de tous les smartphones utilisés par les abonnés américains, loin derrière les appareils sous Android (43%) et l'iPhone (28%).



s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité