Cisco consolide sa stratégie de virtualisation du réseau avec les Nexus 9000

La gamme Nexus 9000 vient répondre aux dernières annonces d'Arista 7000X.

La gamme Nexus 9000 vient répondre aux dernières annonces d'Arista 7000X.

Le constructeur n'entend pas rester à la traîne sur la virtualisation du réseau. Pour se faire, il vient de racheter sa participation dans la start-up Insieme et a dévoilé sa gamme de commutateurs Nexus 9000.

Cisco met un coup d'accélérateur dans sa stratégie SDN (Software Defined Network). Pour éviter d'être dépassé par les concurrents comme Arista, HP our VMware, l'équipementier américain a décidé d'internaliser les compétences par le rachat de sa filiale Insieme pour 883 millions de dollars. La réponse du constructeur passe par la stratégie nommée ACI ( Application Centric Infrastructure) qui implique une vision unifiée incluant de l'ensemble des couches au sein du datacenter : réseau, serveurs, stockage et services.

Cette orientation repose sur du matériel avec la présentation d'une gamme de commutateurs, Nexus 9000, supportant un ASIC dédié ou d'autres puces. Ils intègrent également un contrôleur de règles baptisé APIC (Application Policy Infrastructure Controller) pour affecter les niveaux d'accès et de privilèges aux applications.

Miser sur un mode ouvert et un mode propriétaire

Les commutateurs Nexus 9000 peuvent fonctionner en mode autonome avec des composants tiers ou en mode ACI combinant composants tiers et propriétaire. Sur le premier mode, vous obtenez un commutateur orienté Open Source avec les contrôleurs OpenFlow, OpenDayLight et OnePK de Cisco ou d'autres outils SDN du marché capable de découpler les plans de contrôle et de données.

Si le choix se fait sur le mode ACI, alors vous obtiendrez un commutateur anti-SDN. ACI et le contrôleur APIC avec l'accélération matérielle, donnent une visibilité plus profonde dans les interactions et les comportements des applications et apporte des mesures plus granulaires. ACI intègre XML, JSON, l'API RESTful pour dialoguer avec des systèmes d'automatisation et d'orchestration comme OpenStack, Puppet, Chef, CFEngine et des scripts en Python. Le contrôleur APIC est capable de gérer 1 million de points de terminaison et contrairement aux contrôleurs SDN traditionnels, il fonctionne indépendamment des données commutées et du plan de contrôle. Cela signifie qu'il n'y a pas de découplage des plans de données et de contrôle. Cisco indique que cela permet d'adapter le réseau aux évolutions des points de terminaison, même si l'APIC est déconnecté. Ce dernier est le cerveau de l'ACI, il a été conçu pour unifier les réseaux physiques et virtuels, tout en assurant la sécurité, la conformité et la visibilité en temps réel du système.

Sur la partie technique, la ligne Nexus 9000 propose une capacité maximale de 60 Tbt/s et de 576 ports 40G. Cisco annonce aussi une évolution comprenant 55 000 ports 10G. L'équipementier vante les configurations avec l'APIC tant sur le plan du TCO par rapport à des commutateurs avec des contrôleurs tiers, que sur la réduction des coûts énergétiques. Cisco a indiqué que la configuration de base du Nexus 9000 avec 288 ports 40G démarre à 75 000 dollars.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité