Lors des réunions professionnelles, l'app mobile de Voicea, sur iOS ou Android, permet d'activer un assistant qui écoute les échanges, prend des notes et les envoie par courriel à l'issue de la séance. (Crédit : Voicea)

Lors des réunions professionnelles, l'app mobile de Voicea, sur iOS ou Android, permet d'activer un assistant qui écoute les échanges, prend des notes et les envoie par courriel à l'issue de la séance. (Crédit : Voicea)

Cisco réorganise son logiciel de collaboration et envisage de nouvelles capacités d'IA. En l'espèce, l'acquisition de Voicea va enrichir son initiative de « collaboration cognitive ».

L'acquisition de Voicea va permettre à Cisco d'ajouter la transcription vocale à ses outils de réunion Webex dans le cadre d'une initiative plus large visant à renforcer les fonctionnalités IA de son logiciel de collaboration. L'annonce du rachat de l'entreprise californienne pour un montant non divulgué a été faite hier par Cisco. Le principal produit de Voicea est son assistant vocal d'entreprise (Enterprise Voice Assistant - EVA), un outil de reconnaissance vocale qui retranscrit l'audio, avec des repères permettant aux participants de suivre le déroulé des débats.

Cisco veut combiner la technologie de Voicea avec les outils de réunion de Webex, y compris l'assistant vocal Webex Assistant, développé après l'acquisition de MindMeld acquis en 2017 pour 125 millions de dollars. Webex Assistant permet aux utilisateurs de démarrer des réunions vidéo, de vérifier la disponibilité de la salle et de contrôler le matériel de la salle de conférence à l'aide de commandes vocales. « La combinaison des moteurs de transcription d'EVA et l'IA conversationnelle de Webex Assistant va permettre d'offrir de puissantes fonctionnalités », a déclaré Sri Srinivasan, vice-président senior et directeur général de Webex, dans un article de blog. « En combinant deux moteurs puissants, on obtient un assistant de réunion intelligent pour toutes les réunions ».

Résumés de réunions, transfert vers des applications

L'ajout de la technologie Voicea permettra aux utilisateurs de disposer d'une transcription en direct. Ils pourront aussi publier des résumés de réunions, marquer les éléments de suivi et de rechercher des notes de réunion. « Ils pourront aussi transférer les informations collectées pendant une réunion vers des applications d'entreprise et de collaboration comme Salesforce, Trello et Jira », a encore déclaré M. Srinivasan, « créant ainsi des flux de travail ininterrompus ». Actuellement, Voicea s'intègre avec un certain nombre d'applications vidéo tierces, dont Zoom, BlueJeans et Google Meet. Quant à savoir si le support de ces applications sera maintenu, un porte-parole de Cisco a déclaré par courriel : « Chez Cisco Webex, nous investissons dans notre feuille de route d'intégration avec d'autres solutions de collaboration. L'une de nos priorités est de mettre nos expériences de collaboration de classe mondiale à la disposition de nos clients, quels que soient la productivité et les autres produits de collaboration qu'ils choisissent. Cisco évaluera les intégrations existantes et continuera à les soutenir tout en s'alignant sur sa stratégie globale ».

Selon Irwin Lazar, vice-président et analyste chez Nemertes Research, l'acquisition est une « bonne décision » pour Cisco parce qu'elle s'appuie sur des investissements déjà réalisés dans les capacités IA de Webex. Dans le cadre de son initiative de « collaboration cognitive », Cisco a déjà ajouté la reconnaissance faciale pour identifier automatiquement les participants à une réunion vidéo. « Dans ce secteur, les principaux cas d'usage de l'IA sont centrés sur la reconnaissance faciale, l'enregistrement et le traitement des tâches, et le contrôle vocal des applications de réunion. Avec l'achat de Voicea, Cisco dispose désormais de capacités dans ce trois domaines », a déclaré l'analyste.   

L'IA pour stimuler la collaboration

L'engouement pour l'usage des technologies vocales dans les environnements d'entreprise est relativement nouveau, mais la demande ne cesse de croître. Selon une récente enquête réalisée par Nemertes Research auprès de 645 entreprises, 43,3% d'entre elles étudiaient le déploiement ou prévoyaient de déployer un logiciel de collaboration basé sur l'intelligence artificielle. Cisco n'est pas le seul à promouvoir l'IA dans les salles de réunion. Alexa for Business d'Amazon cible également des usages « smart office », parmi lesquels, le déploiement d'appareils Echo dans les salles de conférence, et Microsoft Teams s'intègre avec l'assistant Cortana et offre plusieurs fonctionnalités IA, dont la transcription automatique.

Selon Tim Banting, analyste principal chez Ovum, les entreprises comprennent de mieux en mieux le potentiel de l'intelligence artificielle pour stimuler la collaboration et la communication et commencent à se tourner vers les fournisseurs qui offrent ces capacités dans des applications existantes. « Plus les entreprises adopteront l'intelligence artificielle dans leurs activités de communication et de collaboration en équipe, plus elles choisiront des fournisseurs dont les plates-formes intègrent de l'IA », a déclaré M. Banting. « Cependant, la plupart des entreprises n'en sont encore qu'au stade de l'évaluation de l'IA, malgré les promesses d'amélioration de la productivité des équipes et de réduction de la latence humaine », c'est à dire « la perte de productivité générée par les temps morts qui résultent de l'intervention humaine dans les processus d'entreprise », selon une définition empruntée au consultant Michael Lazar.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité