Dailyled mise sur l'indirect pour son offre d'affichage dynamique

Edouard Riche a fondé Dailyled en 2013 à Vannes pour proposer un service de gestion de l'affichage dynamique.

Edouard Riche a fondé Dailyled en 2013 à Vannes pour proposer un service de gestion de l'affichage dynamique.

La start-up vannetaise Dailyled, fondée en 2013, propose une offre de gestion externalisée de l'affichage dynamique alliant logiciel et matériel. Elle compte développer son business indirect grâce à la signature prochaine d'un partenariat avec un grossiste. 

Dailyled compte s'appuyer sur l'indirect pour développer son modèle. Cette start-up fondée il y a trois ans à Vannes est aujourd'hui spécialisée dans la gestion de l'affichage dynamique. « Grace à notre logiciel, nous proposons deux formules à nos clients. Dans le premiers cas, nous gérons l'intégralité de leur affichage dynamique en créant la charte graphique en assurant la diffusion des images en fonctions des promotions en cours et des envies du client. Ou alors, nous laissons à ce dernier le contrôle sur l'affichages mais lui fournissons un modèle dédié, conçu en fonction de sa charte graphique. Il pourra piloter les écrans depuis une interface web en choisissant les images, les vidéos et les textes à afficher », détaille Edouard Riche, fondateur et directeur de Dayliled.

Aujourd'hui, la start-up est capable d'automatiser entièrement l'affichage dynamique. « Pour une agence immobilière nous avons par exemple relié notre solution au système de gestion des actifs. Ainsi, les biens en vente et les promotions s'actualisent en temps réel. Nous avons fait de même avec la météo et la marée pour un magasin d'accastillage (équipement et accessoire pour la navigation NDLR) », raconte Edouard Riche

Un partenariat avec Philips

La solution de la start-up est embarquée dans un terminal qui est loué et branché derrière les écrans. Grâce à un partenariat avec Philips, Dailyled est en outre en mesure d'installer directement sa solution dans les moniteurs du fabricant qui tournent sous Android. « Nous travaillons avec eux depuis le début. Ce sont les seuls écrans que nous fournissons », ajoute Edouard Riche. Ainsi, le business modèle de Dayliled repose sur un abonnement comprenant la location du boitier, l'accès au logiciel, les services d'assistance infographique (création des modèles) et la gestion ou non de l'affichage. Si nécessaires, les écrans sont vendus en sus.

Quand il a débuté, Edouard Riche allait directement démarcher ses prospects. Mais aujourd'hui, la start-up qui compte entre 2 et 4 salariés - suivant l'activité - et gère plus de 400 écrans en France souhaite passer à la vitesse supérieure. « Nous allons nous appuyer sur l'indirect », déclare le dirigeant. La société qui compte aujourd'hui deux partenaires intégrateurs sera prochainement référencer chez un grossiste (elle est actuellement en négociation avec deux distributeurs). « Nous comptons sur ce référencement pour accélérer notre développement dans l'Hexagone », ajoute M. Riche.

Doubler le CA et la part de l'indirect

Des partenaires revendeurs et intégrateur pourront ainsi revendre sa solution seule ou en bundle avec des moniteurs Philips. Toutefois, la société souhaite pour l'instant garder la main sur le service qu'elle fournie. « Dans l'absolue nous pourrions laisser les clés à un partenaire qui souhaiterais vendre notre solution en marque blanche mais ce n'est pas à l'ordre du jour », explique Edouard Riche.

S'il assure que les prix grossiste seront bien évidemment plus abordables que ceux proposés aux clients finaux (il ne souhaite pas les communiquer), le dirigeant est encore en discussion pour fixer les conditions de partenariat. Ainsi, la start-up compte faire passer dès l'année prochaine la part de l'indirecte dans son chiffre d'affaires de 20% à 40%. Edouard Riche reste également discret quant à ce dernier. « Tout ce que je peux vous dire c'est que nous doublons nos facturations tous les ans depuis notre création. Et même si ça devient de plus en plus compliquer, c'est encore notre objectif pour l'an prochain », déclare le dirigeant.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité