Des ex-revendeurs API ne se satisfont pas des méthodes de Sage PE

Faire une fleur aux clients pour facturer plus à long terme

Etant en contact direct avec les entreprises utilisatrices, les revendeurs de Sage PE payent aussi ces pots cassés. Ils s'attendent d'ailleurs à devoir encore subir les foudres de leurs clients prochainement à cause de la façon dont Sage PE a décidé de gérer l'évolution de la DADS-U (déclaration automatisée des données sociales unifiée) vers la 4DS (déclaration dématérialisée des données sociales) qui entrera en vigueur en janvier 2012. Jusqu'à présent, les utilisateurs du logiciel de paye de la gamme standard de Sage PE pouvaient générer un fichier numérique respectant le format de la DADS-U et l'uploader ensuite sur le site de l'administration concernée. Pour la 4DS, cela ne sera plus possible puisque Sage a décidé de ne pas mettre sa gamme standard à jour pour permettre la génération d'un fichier conforme à la nouvelle norme. Aux mieux, ses utilisateurs pourront générer des états sur papier qu'ils devront ensuite ressaisir à la main sur Internet. Autant dire qu'ils sont ainsi fortement incités à passer à la version Evolution du logiciel de paye qui, lui, a été mise à jour pour la 4DS. Mais pour cela, ils vont débourser plus. Normalement, la version Evolution est facturée 990 € à l'achat plus 500 € de mise à jour par an (ou 350 € sans le service de télétransmission) pour ceux qui le souhaitent, contre 390 € à l'achat plus 150 € de frais de mise à jour pour la version standard.

« Nous avons mis en place une offre spéciale qui permet de migrer de la paye standard à sa version évolution pour 199 € seulement. En outre, le contrat de mise à jour souscrit pour la version standard sera basculé gratuitement vers la version évolution jusqu'à son terme »,
précise Henri Benamram. Après, le client devra donc payer 500 € par an de mise à jour. Un simple calcul permet donc de s'apercevoir que la manoeuvre de Sage PE n'est pas avantageuse pour le client à moyen et long terme. « Sage veut profiter de l'évolution de cette norme pour faire débourser d'avantage d'argent à des clients qui ont pourtant souscrit un contrat de mise à jour », s'offusque un revendeur. « Au-delà, du fichier que nos logiciels vont générer à l'intention de l'administration, nous avons mis en place un système portail déclaratif de télétransmission. Il ne s'agit pas d'une simple mise à jour », argue Henry Benamram.

Reste maintenant à savoir comment les clients eux-mêmes vont accueillir la nouvelle. Il est en tous cas certains que ce sont les revendeurs de la division petites entreprises de Sage qui seront aux premières loges pour recevoir leur critique et tenter de leur faire passer la pilule. Henri Benamram ne sera peut-être plus là pour avoir connaissance des remontées du terrain. A l'heure de mettre la touche finale à cet article, nous avons appris que ce dernier prendra prochainement de nouvelles fonctions chez Sage aux Etats-Unis.




Ajouter un commentaire
195
Commentaires

Mathieu Ce qu’il faut savoir c'est que SAGE PE abandonne d'ici 2 ans les produits : - Apinégoce - Apiservice - Apicommerce au profit de leur Sage 100c ou Ciel. L’utilisateur final qui va devoir changer de produit est sera content d'avoir payé i7 pour allez vers un produit dont l'ergonomie est à refaire totalement (+ formation, pas de récup de doc vente ou achat, etc...). La ligne 100 x,y,z est une daube sans nom (a par SQL server... mais ce n'est pas de Sage...). Sage ferait mieux de regarder les produits API et les passer en SQL et remplacer leur gestion co historique, ou alors reprendre l’intelligence des programmeurs API dans gestion des listes, la saisie des doc et surtout les paramétrages d'éditions qui sont une pure merveille de technologie. Donc messieurs les revendeurs API soyez honnête avec vos clients, dite leur la vérité car dans 2 ans ils s'en souviendront... Api power. PS : je confirme les commerciaux change tous les 6 mois voir 4, la réponse précédente (jerem) est un FACK évidement.

jerem Connaissant Sage depuis de nombreuses années et leur mode de commercialisation (DEL/DUA), il me paraissait évident en 2009 qu'après le rachat d'API, le rouleau compresseur allait passer et tout mettre a la sauce Sage. Alors oui ils ont fait cela de la pire des manières, pas de communication, changement de tarif tous les 6 mois ... Bref, on ne va pas refaire le monde. Par contre depuis octobre et l'arrivée de la génération i7, les produits évoluent et les tarifs baissent. Là où. Il fallait débourser 1500€ pour un batigest, on commence maintenant a 500€. Oui il faut s'abonner, lui c'est un changement de culture pour les anciens clients api mais c'est comme cela malheureusement. L'avantage est que le client disposera toujours de la dernière version, compatible avec tout (office et windows). Votre parc client sera homogène et vous n'aurez plus de version 2 qui ne fonctionne que sous xp. Faites un peu de pédagogie auprès de vos client et le reste se fera tout seul (le passage en i7 et la baisse de tarif aide la pédagogie :-)). Et je n'ai pas changé de commercial depuis 4 ans et j'en suis très content. Bye

Michel PasSagedutout a raison Prenons deux points de vue Celui du client final qui paie pour ne rien avoir pas de nouvelle version et quand il y a en a sans nouvelle fonctionnalité Celui du revendeur qui changent d’interlocuteurs commercial et technique tous les 6 mois et qui n'a aucun contact avec des chefs car il y a en a de moins en moins et ceux qui restent ne sortent pas à part Olivier ! Bref deux mécontents d'une entreprise qui n'est plus qu'un tiroir caisse et un service marketing J’aurais pu également prendre un troisième point de vue celui des salariés qui tellement mal considérés se fichant de leur travail c'est du moins ce que l'on ressent SAGE a en 4 ans écorné son image de façon irréversible Malheureusement sur environ 800 clients en 2009 qui étaient en API, ils nous en restent 150 qui n'ont pas migrer vers une autre solution et que nous hésitons vraiment à abandonner à un autre revendeur ou à SAGE Merci de vos avis

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité