Econocom publie son premier chiffre d'affaires en baisse en huit ans

En dépit de sa baisse de revenus à deux chiffres, Econocom affiche pour 2020 un résultat opérationnel courant de 122,5 M€, en légère progression (+2,2%) à norme et périmètre constants. Illustration : D.R.

En dépit de sa baisse de revenus à deux chiffres, Econocom affiche pour 2020 un résultat opérationnel courant de 122,5 M€, en légère progression (+2,2%) à norme et périmètre constants. Illustration : D.R.

Impacté par les effets de la crise sanitaire sur les choix des entreprises, le groupe Econocom a perdu plus de 11% de chiffre d'affaires en 2020. Particulièrement touchés, les revenus de sa branche financement ont reculé de 19,6%.

Jusqu'ici, il fallait remonter à 2012 pour trouver un bilan annuel d'Econocom affichant un chiffre d'affaires en baisse. Désormais, la nouvelle référence en la matière est l'année 2020. L'an dernier, les revenus de la SSDI ont en effet atteint 2,55 Md€ et chuté ainsi de 11,3% par rapport à 2019. Le groupe explique cette décroissance principalement par les répercussions de la crise sanitaire qui a entraîné « des décalages dans la réalisation de certains projets clients et des retards dans la contractualisation des nouvelles affaires ». Les plus grosses difficultés de l'entreprise se sont fait sentir au niveau de son pôle Technology Management & Financing. Ses revenus se sont repliés de 19,6% à 913 M€, sous les effets conjugués de l'attentisme des clients dans les décisions de financement et de la volonté d'Econocom de réduire les volumes d'opérations qu'il finance sur fonds propres. Plus limitée, le recul des facturations de la branche Digital Services & Solutions a tout de même atteint -5,9% à 1,65 Md€. L'activité Services délivrée par ce pôle a baissé de 7,5%, contre 5,1% pour sa composante Produits et Solutions.

La rentabilité opérationnelle progresse malgré tout

En dépit de sa baisse de revenus à deux chiffres, Econocom affiche un résultat opérationnel courant annuel de 122,5 M€, en légère progression (+2,2%) à norme et périmètre constants. Dans le détail, le ROC du pôle Digital Services & Solutions ressort en croissance de 12,5% à 85,5 M€, contre une baisse de 15,8% à 37 M€ pour le pôle Technology Management & Financing. Associées, l'amélioration de la rentabilité de l'activité Services, l'atteinte de l'objectif de réduction des dépenses structurelles de 97 M€ en 2020, et une focalisation sur les projets à plus forte valeur ajoutée ont contribué à l'évolution positive du ROC global d'Econocom. Finalement, le résultat net de l'année 2020 atteint 50,2 M€ contre 48,6 M€ en 2019.

Un retour à la croissance prévu pour cette année

Au cours de ses deux précédents exercices, le groupe s'est concentré sur un plan de transformation de son outil économique. L'an dernier, ses objectifs de réduction de ses frais fixes et de désendettement substantiel ont été atteints. De quoi lui faire dire qu'il envisage pour cette année un retour à une solide croissance de son chiffre d'affaires.

Ajouter un commentaire
3
Commentaires

Franck Cette baise n’est elle pas tout simplement liée à : - la vente de la branche maintenance (maintenant Jiliti) , qui était très profitable pour le groupe econocom ? - un contexte économique qui permet au entreprise de se tourner vers les banques avec des taux bien plus bas que ceux pratiqués par econocom ? La dette a largement baissée aussi liée à la revente de la branche maintenance !

Franck Cette baise n’est elle pas tout simplement liée à : - la vente de la branche maintenance (maintenant Jiliti) , qui était très profitable pour le groupe econocom ? - un contexte économique qui permet au entreprise de se tourner vers les banques avec des taux bien plus bas que ceux pratiqués par econocom ? La dette a largement baissée aussi liée à la revente de la branche maintenance !

Franck Cette baise de chiffre d’affaires n’est elle pas liée à la vente de la banche maintenant qui portait un ÇA important et qui était profitable pour econocom ? Autre point la partie financement n’est plus intéressant pour les entreprises qui préfère se tourner vers les banques qui pratique des taux moins important (1 à 2% max)

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

Les premiers forfaits grand public 5G sont déjà en vente chez les quatre principaux opérateurs : Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom. Les déploiements d'antennes se poursuivent...

Publicité