GFI : Hausse d'11,5% du CA en 2017 et rachat en vue de Realdolmen

GFI informatique s'apprête également à lancer une offre publique d'achat amicale sur la SSII belge Realdolmen. (Crédit : D.R.)

GFI informatique s'apprête également à lancer une offre publique d'achat amicale sur la SSII belge Realdolmen. (Crédit : D.R.)

Sur 2017, la SSII GFI Informatique a généré 1,1Md€ de chiffre d'affaires, en progression d'11,5% sur un an. Alors que les nombreuses acquisitions du groupe ont tiré ses revenus sur l'année écoulée, cela devrait continuer à être le cas en 2018 avec notamment une offre de rachat toute fraiche de la SSII belge Realdolmen.

Ses trois acquisitions de 2016 lui avaient permis de dépasser le milliard de chiffre d'affaires, et GFI s'est maintenu en 2017. Le chiffre d'affaires de l'ESN s'établit à 1,1Md€ pour l'année dernière, en hausse de 11,5% par rapport à l'exercice précédent. A périmètre et taux de changes constants, l'activité gagne 2%, dont 0,4% sur la France et 9,1% sur l'étranger. L'EBITDA atteint 88,2 M€ contre 80,1 M€ en 2016. Soit une progression de 10,1% et un part de 7,8% du chiffre d'affaires. La marge opérationnelle du groupe s'établit à 69M€ (6,1% du chiffre d'affaires).

La France, avec un chiffre d'affaires de 842,9M€ (74,5% des revenus 2017), a réalisé une croissance de 0,4% de croissance organique (1,2% à périmètre courant). GFI s'attendait à une baisse de l'activité liée au contrat d'outsourcing 3SI, signé en 2016. La profitabilité de l'Ebitda et de la marge opérationnelle a connu un recul de 0,2 point dû à des difficultés de recrutement rencontrées sur le premier semestre qui ont limité la croissance et augmenté le recours à la sous-traitance. De ce fait, les recrutements ont été amplifiés au quatrième trimestre, ce qui a permis de redresser les ventes, portant la croissance organique à 7,7%.

En parallèle, la France a poursuivi son développement commercial sur ses offres digital, outsourcing, omni-commerce, migration, ainsi que sur ses propres logiciels. Le groupe a depuis enregistré des signatures significatives dans l'omni-commerce et a gagné sur ses grands comptes des parts de marché notables.

Succès de l'internationalisation

Sur l'année, avec un chiffre d'affaires de 289M€, la croissance de GFI à l'étranger s'élève à 9,1% en organique (58,2% à périmètre courant). Avec 20,8M€, la marge opérationnelle s'élève à 7,2% du chiffre d'affaires, contre 6,8% l'an dernier. L'international représente 25,5% des ventes, contre 18% l'an dernier, conformément aux ambitions du groupe qui souhaite accélérer son développement international.

Le groupe continue en effet d'enchaîner les opérations de croissance externes. GFI Informatique a ainsi acquis Gesfor (450 personnes) qui réalise 12 M€ de chiffre d'affaires, dont près de 80 % dans le secteur bancaire avec une activité de régie et de développement applicatif prédominante. Le groupe développe aussi des solutions de mobilité, de paiement et réalise des projets au forfait. Avec cette opération, la SSII renforce sa présence en Amérique latine où elle a réalisé en 2017 un chiffre d'affaires de l'ordre de 15,7 M€.

Parallèlement, GFI Informatique a acquis les sociétés du groupe Cynapsys, SSII pour des clients soit français (en centre de services) soit sur le marché tunisien. Cynapsys était déjà partenaire de GFI sur certaines opérations en Afrique du Nord. Les sociétés reprises réalisent ensemble un chiffre d'affaires de l'ordre de 5M€ et emploient 150 personnes en France et en Tunisie. Gesfor et Cynapsys seront consolidées dans les comptes de GFI Informatique à compter du 1er mars 2018.

Une offre d'acquisition sur Realdolmen

Enfin, la société souhaite étendre son développement au Benelux. Elle vient de proposer une offre publique d'acquisition volontaire et conditionnelle en numéraire portant sur l'ensemble des actions de Realdolmen, SSII belge. Le protocole d'accord a été signé entre les deux groupes et GFI déposera d'ici quelques jours son offre auprès de l'Autorité belge pour les Services et Marchés financiers (FSMA) à 37 euros par titre en numéraire, soit environ 196 millions d'euros.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité