La France massivement victime du virus AlertFake

AlertFake pousse les utilisateurs à appeler des numéros surtaxés ou à télécharger des faux patchs bourés de virus.

AlertFake pousse les utilisateurs à appeler des numéros surtaxés ou à télécharger des faux patchs bourés de virus.

Les équipes d'Eset ont repéré un augmentation flagrante de la prolifération du malware HTML/FakeAlert sur le sol français. Il envoie de faux messages d'alerte pour pousser les utilisateurs à appeler des numéros surtaxés.

Le Malware HTML/Fake Alerte se répand de façon alarmante sur le sol français. D'après les équipes d'Eset qui ont tiré la sonnette d'alarme, l'Hexagone est le pays le plus infecté. Ce virus représente ainsi 25% de tous les logiciels malveillant détecté par l'éditeur dans le pays entre le 5 septembre et le octobre. HTML/Fake Alerte relève de la catégorie des escroqueries de faux support. A travers un page web frauduleuse, il informe l'utilisateur que son ordinateur est infecté et le pousse à appeler un faux service surtaxé ou à télécharger un patch correctif, bourré de vrai virus.

D'après les équipes d'Eset, ces attaques visent en général les pays anglophones, évidemment pour avoir le plus grand nombre de victimes potentielles. Mais il arrive parfois que les campagnes d'attaques soient traduites dans d'autres langues. Et aujourd'hui, c'est clairement la France qui est visée. Mais ce n'est pas le seul pays touché. D'après Eset, HTML/FakeAlert représentait 2,05% des infections globales le 17 septembre dernier.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité