La situation géopolitique impacte la croissance d'IBM en T2

James Kavanaugh, directeur financier d'IBM : « La suspension de nos opérations commerciales en Russie à la suite de l’invasion de l’Ukraine a eu un impact d'environ 100 M$ sur nos bénéfices ». (Crédit Photo : DR)

James Kavanaugh, directeur financier d'IBM : « La suspension de nos opérations commerciales en Russie à la suite de l’invasion de l’Ukraine a eu un impact d'environ 100 M$ sur nos bénéfices ». (Crédit Photo : DR)

Malgré une augmentation de 9 % de son chiffre d'affaires en glissement annuel, la guerre en Ukraine et le renforcement de la valeur du dollar amènent IBM à revoir ses perspectives pour 2022.

IBM a publié hier soir ses résultats pour son deuxième trimestre 2022, affichant un chiffre d'affaires de 15,5 Md$, soit une augmentation de 9 % par rapport à l'année précédente. Soit une marge brute ajustée de 54,5 % pour la période clôturée le 30 juin dernier. Cependant, le paysage géopolitique actuel continue de poser des problèmes au fournisseur américain. Son directeur financier, James Kavanaugh, a déclaré aux analystes que les difficultés liées aux variations monétaires et la perte du marché russe pèsent sur les perspectives de big blue. « La suspension de nos opérations commerciales en Russie à la suite de l'invasion de l'Ukraine a eu un impact d'environ 100 M$ sur nos bénéfices », explique-t-il.

En outre, le renchérissement du dollar par rapport à un certain nombre de devises - comme l'euro - s'avère difficile à surmonter pour les grandes multinationales comme IBM. James Kavanaugh a déclaré que la société s'attend à ce que le taux de change affecte ses revenus d'environ 6 % cette année. En conséquence, la firme d'Armonk a revu à la baisse son flux de trésorerie disponible pour l'ensemble de l'année. Il est passé de 10 Md$ à 10,5 Md$ prévus en avril à « environ 10 Md$ ». Les actions d'IBM ont, de leur côté, perdu 4 % de leur valeur dans les heures qui ont suivi cette annonce.

Des activités en forte croissance

Malgré ces défis, la croissance est restée forte pour la plupart des activités d'IBM. Le segment conseil aux entreprises a généré 4,8 Md$ revenus, soit une augmentation de 9,8 % d'une année sur l'autre, tandis que son activité infrastructure, qui comprend le mainframe, les  serveurs Power, le stockage et le support, a contribué à hauteur de 4,2 Md$, en progression de près de 19 % par rapport à l'an dernier.

L'activité logicielle d'IBM a également enregistré de bons résultats, avec une augmentation de 6,4 % de son chiffre d'affaires à 6,2 Md$.  En outre, les revenus issus du cloud hybride et du traitement des transactions s'envolent de respectivement 14 % et 12 % et permettent à l'entreprise d'enregistrer sa plus forte croissance ce trimestre. Enfin, Red Hat, la filiale d'IBM spécialisée dans les logiciels open source, dévoile également de bons résultats ce trimestre, avec une augmentation de 12 % de ses résultats.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité