Le français Peoplespheres lève 8,5 M€ pour s'exporter

Philippe Bloquet est fondateur et directeur général de Peoplespheres qui propose une plateforme collaborative de services RH. (Crédit photo: Peoplespheres)

Philippe Bloquet est fondateur et directeur général de Peoplespheres qui propose une plateforme collaborative de services RH. (Crédit photo: Peoplespheres)

En réalisant une 3eme levée de 8,5 M€, l'éditeur français Peoplespheres, ex Neospheres, compte exporter sa plateforme PaaS de synchronisation aux logiciels SaaS RH sur les marchés internationaux et doter cette dernière de fonctions d'IA. Omnes, Irdi capital, UL Invest et Swen Capital Partners ont participé a ce financement.

Dans le domaine RH, Peoplespheres, un éditeur français de solutions PaaS (Platform as a Service) vient de finaliser un tour de table de 8,5 M€. Cette opération a été emmenée par Omnes, Irdi capital, UL Invest et Swen Capital Partners. Il s'agit de la troisième levée réalisée par l'éditeur depuis sa création. La première en décembre 2014, d'un montant d'un million d'euros avait servi à financer la toute première version de l'application MonPortailRH. La seconde (dont le montant n'a pas été précisé) effectuée en 2017 a permis de contribuer au modèle et la version plus proche de la plateforme actuelle. Rappelons que l'entreprise anciennement connue sous le nom de Neospheres est née de la cession de son activité conseil à Sopra HR Software.

Avec ces fonds, la start-up fondée et dirigée par Philippe Bloquet compte se renforcer sur son marché et accélérer son développement à l'international. Conçue pour connecter et synchroniser la plupart des logiciels SaaS RH du marché au travers d'une seule interface, cette plateforme est actuellement utilisée par 260 clients dans divers domaines d'activités. L'éditeur veut poursuivre le recrutement de clients en ciblant davantage d'entreprises de 250 à 20 000 employés en France et à l'étranger. Pour cela, l'éditeur se dote d'un plan d'action : renforcer ses équipes dans la vente et le marketing, continuer à intégrer des partenaires spécialisés dans les logiciels SaaS RH, et intégrer des fonctionnalités basées sur l'intelligence artificielle à son offre. Pour l'aider à établir les bases de son internationalisation, la jeune pousse prévoit de recruter rapidement une quarantaine de personnes. Les pays concernés par cette expansion seront définis au cours de l'été prochain.

Une marketplace de 18 éditeurs de logiciels SaaS RH

« Nous expérimentons une forte traction marché depuis deux ans, et ce malgré le Covid-19 », a souligné Philippe Bloquet, fondateur et directeur général de Peoplespheres dans un communiqué. Selon lui, les entreprises veulent utiliser les logiciels SaaS RH disponibles sur le marché tout en ayant une expérience employé unifiée et simplifiée. Partisan de la digitalisation globale de la fonction RH, le dirigeant crée en 2015 une plateforme dédiée et 100 % ouverte. L'idée ? Répondre à plusieurs problématiques, en particulier ceux de la surabondance des logiciels RH au sein des entreprises avec une solution permettant d'orchestrer les principaux logiciels SaaS RH du marché de manière unifiée et interconnectée.

A l'arrivée, l'outil donne accès à une marketplace comptant 18 éditeurs partenaires et à diverses applications SaaS couvrant l'écosystème RH : de la gestion de paie à la gestion des talents, avec des solutions comme Agrume, Asys, Cornerstone On Demand, E2time, Editions Législatives, Edoc, Flatchr, Insperity, Javelo, Lucca, Neobrain. On peut également citer Ohris, QuickMS, Rheveo, Saba, Silae, Skill-up, ou encore XY Vertical. L'entreprise compte une quarantaine de collaborateurs avec Provalliance, Vitamine T et Alpine Renault parmi ses clients.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

Les premiers forfaits grand public 5G sont déjà en vente chez les quatre principaux opérateurs : Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom. Les déploiements d'antennes se poursuivent...

Publicité