Le processus de scission avec VMware finalisé au T4, selon Dell

Pour rembourser la dette contractée suite au rachat d'EMC, Michael Dell compte redonner un peu de liberté à VMware. (Crédit Dell)

Pour rembourser la dette contractée suite au rachat d'EMC, Michael Dell compte redonner un peu de liberté à VMware. (Crédit Dell)

Après des mois de discussion et le départ de Pat Gelsinger, Dell Technologies et VMware ont estimé qu'une scission simplifierait les structures de capital et génèrerait pour chacune d'elles une valorisation d'entreprise supplémentaire à long terme.

Un an environ après avoir confirmé son intention de céder sa participation de 81 % dans VMware, Dell Technologies a annoncé que le processus suivait activement son cours, le fournisseur texan estimant pouvoir finaliser la scission d'ici le quatrième trimestre de cette année civile. En juillet de l'année dernière, alors que le projet de spin-off de VMware n'en était qu'à un stade précoce, Dell Technologies avait déclaré qu'une scission pourrait être bénéfique pour l'entreprise et pour les actionnaires de l'éditeur. Aujourd'hui, après un examen complet de toutes les options stratégiques, les deux parties ont estimé qu'une telle transaction simplifierait les structures de capital et créerait pour chacune d'elles une valeur d'entreprise supplémentaire à long terme. Dell Technologies a déclaré que l'opération envisagée pour céder la participation de 80,6 % qu'elle détient chez le vendeur de virtualisation donnerait naissance à deux entreprises autonomes « bien positionnées pour poursuivre leur croissance à l'ère des données ». Au terme du spin-off, Michael Dell conservera son poste de président et directeur général de Dell Technologies, et de président du conseil d'administration de VMware. « Quant à Zane Rowe, il restera CEO par intérim de VMware, et le conseil d'administration de VMware ne sera pas modifié », a également précisé Dell. Zane Rowe, directeur financier de VMware, a pris la direction de l'entreprise à titre intérimaire après le départ de l'ancien CEO Pat Gelsinger, recruté comme CEO par Intel. Avec la scission, VMware espère avoir plus de liberté pour mettre en oeuvre sa stratégie de « plate-forme logicielle et SaaS universelle transversale pour tous les clouds et matériels » avec tous les acteurs du marché des infrastructures.

Parallèlement, cette opération devrait renforcer l'assise financière de Dell Technologies pour lui permettre de profiter de la reprise attendue des dépenses en infrastructure et en PC après la pandémie de Covid-19, ainsi que des nouveaux modes d'exploitation du cloud qui favorisent la croissance de l' « as-a-service », le déplacement de l'IT vers l'edge et les initiatives de transformation numérique à long terme des clients. « Avec la scission de VMware, nous pourrons créer des opportunités de croissance supplémentaires pour Dell Technologies et VMware, et dégager une valeur significative pour les parties prenantes », a déclaré Dell. « Le partenariat entre les deux entreprises restera important, et Dell Technologies bénéficiera d'un avantage particulier en matière de fourniture de solutions aux clients. Dans le même temps, le texan continuera à moderniser ses activités principales d'infrastructure et de PC, et à saisir de nouvelles opportunités grâce à un écosystème ouvert pour se développer dans le cloud hybride et privé, l'edge et les télécommunications », a encore ajouté l'entreprise.

Un accord commercial étroit entre Dell et VMware

Le spin-off prévoit que Dell Technologies et VMware concluront accord un commercial pour préserver les approches uniques et différenciées de chaque entreprise en matière de co-développement de solutions critiques et d'alignement sur les activités de vente et de marketing. En outre, VMware continuera à utiliser les services financiers de Dell pour permettre à ses clients de financer leurs transformations numériques. Selon Dell Technologies, cet accord commercial « solide » lui permettra de travailler en étroite collaboration avec VMware pour stimuler l'innovation et préserver les synergies de mise sur le marché tout en générant de nouvelles opportunités de croissance dans un écosystème ouvert. Après la scission, le fournisseur texan prévoit de travailler au renforcement de sa position de leader sur les marchés très dynamiques des infrastructures technologiques et des clients, et de se développer dans de nouveaux domaines de croissance que sont le cloud hybride, l'edge, la 5G, les télécommunications et la gestion des données. En outre, la scission devrait permettre à VMware de gagner en flexibilité et en agilité stratégiques, opérationnelles et financières pour mener à bien sa stratégie de croissance.

À la clôture de la transaction, VMware distribuera un dividende spécial en cash de 11,5 à 12 milliards de dollars à tous ses actionnaires, y compris Dell Technologies. Sur la base de la participation actuelle de 80,6 % de Dell Technologies dans VMware, le texan recevra environ 9,3 à 9,7 milliards de dollars et prévoit d'utiliser le produit net pour rembourser sa dette issue du rachat d'EMC. En outre, à l'issue de la transaction, les actionnaires du texan  recevront environ 0,44 action de VMware pour chaque action détenue de Dell Technologies, sur la base des actions en circulation au moment de la rédaction du document. VMware passera d'une structure d'actions à droit de vote multiple à une structure d'actions à droit de vote unique, tandis que la structure d'actions de Dell Technologies restera la même. Enfin, si le bouclage de la transaction est prévu dans le courant du quatrième trimestre de l'année civile 2021, celle-ci reste soumise à certaines conditions.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

Les premiers forfaits grand public 5G sont déjà en vente chez les quatre principaux opérateurs : Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom. Les déploiements d'antennes se poursuivent...

Publicité