Les informaticiens en manque de reconnaissance

Plus de 90% des informaticiens en poste jugent la reconnaissance à leur travail importante, selon le baromètre des métiers informatiques réalisé par Michael Page et Page Personnel. Crédit: D.R

Plus de 90% des informaticiens en poste jugent la reconnaissance à leur travail importante, selon le baromètre des métiers informatiques réalisé par Michael Page et Page Personnel. Crédit: D.R

Plus de 9 informaticiens sur 10 pensent que la reconnaissance de leur travail est importante, mais seuls 47% des cadres IT confirmés et 38% des techniciens et des employés qualifiés s'estiment reconnus, révèle une étude réalisée par Michael Page et Page Personnel. En outre, ces deux populations attendent plus de leurs entreprises sur le plan du développement professionnel.

S'ils se disent motivés et globalement satisfaits de leurs conditions de travail actuelles, les informaticiens en poste aimeraient être davantage valorisés par leurs  employeurs. C'est ce qui ressort du baromètre des métiers informatiques* réalisé par les cabinets de recrutement Michael Page et Page Personnel. En effet, 80% des cadres informaticiens de 1er niveau, des techniciens et des employés qualifiés de l'IT et 77% des profils confirmés ressentent de la motivation pour leurs missions. En outre, une grande majorité d'entre eux jugent la reconnaissance de leur travail importante (94% des cadres confirmés et 92% des cadres de 1er niveau, des techniciens et des employés qualifiés), Mais ces deux populations ne sont respectivement que 38% et 47% à s'estimer reconnues dans leur travail.  

Des attentes pour monter en compétences  

L'enquête révèle également que les informaticiens attendent plus de leur entreprise sur le plan du développement de carrière. En effet,  94% des cadres de 1erniveau, des techniciens et des employés qualifiés souhaitent que leurs employeurs les forment et les accompagne pour monter en compétences. Ce chiffre atteint 91% chez les cadres confirmés de l'IT et même 100% chez les femmes dans cette même  catégorie. Les critères déterminants pour changer de poste sont d'abord l'intérêt de la mission et les responsabilités, puis la rémunération. Si les cadres confirmés privilégient un peu plus la mission (72%) à la rémunération (63%), les cadres de 1erniveau, les techniciens et les employés qualifiés de la high-tech placent en tête de leurs attentes le salaire  (68%), l'intérêt de la mission arrivant en seconde position (62%). Pour ces deux populations, les perspectives d'évolution arrivent en troisième position avec respectivement 37% et 41% des sondés. Sont également cités, la proximité du lieu de résidence, la qualité des interlocuteurs rencontrés et l'accès à la formation.  

L'industrie en tête des secteurs attrayants

Côté secteurs, les deux populations placent en tête l'industrie, devant les sociétés de service/conseil et le secteur banque/assurance. L'industrie apparaît non seulement comme la plus attrayante mais également comme l'un des domaines qui retient le mieux ses informaticiens.  En outre, plus de la moitié des cadres informaticiens de 1erniveau, des techniciens et des employés qualifiés disent n'accorder aucune importance à la taille de la structure où ils travaillent. La tendance est comparable chez les cadres confirmés puisque 44% d'entre eux déclarent que ce facteur n'a pas d'importance. Seuls 4% d'entre eux souhaitent créer leur entreprise.  Au final, les cadres de 1erniveau, techniciens et employés qualifiés se déclarent  moins confiants que les cadres confirmés sur leur avenir. Cette tendance est à rapprocher du fait que plus d'une personne interrogée sur deux envisage la délocalisation de son métier comme une probabilité dans les 3 prochaines années. D'ailleurs 2 personnes sur 3 sont prêtes à partir pour saisir une offre d'emploi intéressante, y compris à l'étranger. 

Méthodologie

* Le baromètre des métiers informatiques de Michael Page (qui identifie pour ses clients les cadres confirmés) et de Page Personnel (spécialiste de l'intérim et du recrutement de cadres 1er niveau, de techniciens et d'employés qualifiés) a été mené auprès d'un échantillon de 634 salariés des métiers de l'informatique comprenant 273 techniciens, employés ou cadres 1er niveau, d'une part, et 361 cadres confirmés, d'autre part. Les réponses ont été collectées du 11 au 25 février 2014 via un questionnaire en ligne.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité