Microsoft et Google montent au créneau contre les PC hybrides Windows/Android

Google aurait demandé à Asus de cesser la commercialisation des PC hybrides P1801 et P1802 intègrant le dual boot Windows et Android. Crédit Photo: D.R

Google aurait demandé à Asus de cesser la commercialisation des PC hybrides P1801 et P1802 intègrant le dual boot Windows et Android. Crédit Photo: D.R

Selon le Wall Street Journal, Microsoft et Google ne vivent pas très bien la cohabitation de leurs systèmes d'exploitation sur PC. Google aurait même demandé à Asus d'arrêter la commercialisation de certains PC hybrides.

Si pour Microsoft, voir Windows Phone et Android cohabiter sur un même smartphone ne pose pas de problème, la présence des deux systèmes sur un même PC est une autre affaire. Quant à Google, il ne voit pas non plus d'un bon oeil les ordinateurs mêlant son OS mobile et l'OS pour PC. Ses réticences sont telles qu'un fabricant d'ordinateurs pourrait se voir contraint de retirer ses dispositifs hybrides de son catalogue.

Le fabricant en question n'est autre qu'Asus. Le constructeur taïwanais pourrait en effet être contraint de cesser de vendre ses tablettes PC Transformer AiO P1801 et P1802, commercialisées depuis un an. Mais ce n'est pas tout : toujours selon le Wall Street Journal, le Transformer Book Duet TD300 qu'Asus a montré en janvier au CES pourrait se retrouver au pilon. Les tablettes PC d'Asus peuvent tourner sous Windows quand elles sont en mode PC. Mais, dès que l'on fait pivoter l'écran, le portable se transforme en tablette sous Android. En théorie, le concept est attrayant puisqu'il permet à l'utilisateur de profiter du meilleur des deux mondes dans un seul appareil. Mais apparemment, ces machines hybrides, qui font le bonheur des utilisateurs, ne réjouissent pas les deux géants de l'IT.

Eviter de cannibaliser Windows 8.1 et réduire Android à la mobilité

On comprend facilement pourquoi le succès de ces machines pose problème à Microsoft. L'entreprise de Redmond a du mal à attirer les utilisateurs vers son système d'exploitation Windows 8.1, lequel, avec ses deux interfaces, peut tourner en version desktop sur un PC traditionnel et en version tactile sur tablette. Les PC hybrides permettraient de basculer de l'interface « moderne » de la version desktop de Windows 8.1 vers Android. Ce qui saperait toute la stratégie mise en place par l'éditeur autour de son système.

La réticence de Google est plus curieuse. Dans son article, le Wall Street Journal suggère que Google ne veut tout simplement pas qu'Android partage son environnement avec un autre OS. Mais, sauf erreur, la firme de Mountain View ne s'est jamais opposée au projet de smartphone hybride Android Ubuntu de Canonical, et Huawei prévoit de vendre dans les prochains mois aux États-Unis un terminal hybride Android-Windows Phone. Cependant, la question se pose différemment pour les ordinateurs PC. Peut-être que Google n'accepte tout simplement pas l'idée qu'Android puisse jouer un second rôle par rapport à Windows sur un PC.

Google ne peut pas empêcher un fabricant d'utiliser la version Open Source d'Android dans ses terminaux. Mais le géant de la recherche peut bloquer l'accès aux services en ligne de l'éditeur sur Android. En effet, les applications et services - comme Gmail, Maps et Google Play - ne sont pas inclus dans la version Open Source d'Android. Pour les utiliser, ils doivent être préchargés, et pour cela, il faut l'accord de la firme américaine.

Des terminaux déjà commercialisés

Les réticences exprimées par les deux acteurs, dont l'article du Wall Street Journal se fait écho, semblent cependant arriver un peu tard. Les tablettes PC tout-en-un P1801 et P1802 d'Asus ont été commercialisées il y a plus d'un an, et Samsung a déjà annoncé en 2013 un PC hybride Android-Windows du nom d'Ativ Q, même si celui-ci n'a pas encore été livré. Au contraire, les fabricants de puces AMD et Intel soutiennent tous deux le concept du double OS puisqu'il leur permet de placer leurs processeurs dans une gamme plus large d'appareils.

Enfin, cette année, au CES et au Mobile World Congress, les appareils hybrides avaient aussi le vent en poupe. Mais, tout reste à faire. Car malgré cet engouement, les systèmes hybrides Windows-Android doivent encore faire leurs preuves. Les tablettes PC tout-en-un Windows-Android d'Asus ne se sont pas révélées tellement pratiques : on n'a pas forcément envie de transporter dans son sac à dos une tablette PC de 18 pouces, pesant près de 2,6 kg. De plus le prix de départ de ces machines, supérieur à 1000 dollars, n'est pas très incitatif.

En 2013, Asus avait également mis sur le marché une autre machine hybride, du nom de Transformer Book Trio. Mais, ce terminal à base Atom d'Intel ne pouvait intéresser qu'un public restreint d'utilisateurs. Le Wall Street Journal estime qu'« avec son processeur Intel Core, ses 4 Go de RAM, et 1 To de stockage, le Transformer Book Duet TD300, également plus léger, avait de bons atouts. Il semble qu'il ne sera pas possible de le vérifier. »

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cyberattaques : ces ransomwares qui terrassent les hôpitaux

Cyberattaques : ces ransomwares qui terrassent les hôpitaux

Pour contrer les cyberattaques, en particulier les ransomwares, les établissements de santé s'organisent, de la mise en place d'outils de cybersécurité - avec des sauvegardes...

Publicité