Microsoft proposera un support payant pour Windows 7 après 2020

Changement de politique chez Microsoft qui prévoit de facturer la prise en charge post-2020 de Windows 7.

Changement de politique chez Microsoft qui prévoit de facturer la prise en charge post-2020 de Windows 7.

Moyennant un abonnement, Microsoft proposera des mises à jour de sécurité étendues pour Windows 7 jusqu'à trois ans après la date de mise à la retraite du système d'exploitation fixée au 14 janvier 2020.

Microsoft s'en remet à la réalité. En effet, parce qu'il est peu probable que les entreprises se débarrassent de Windows 7 d'ici la date de fin de vie du système fixée au 14 janvier 2020, l'éditeur a annoncé qu'il proposerait un support étendu jusqu'à trois ans après cette échéance. Appelée « Windows 7 Extended Security Updates » (ESU), l'extension de support pourra être prolongée jusqu'en janvier 2023, selon Microsoft. L'annonce a été faite jeudi par Jared Spataro, directeur du marketing Office et Windows. « Si un grand nombre d'entre vous sont déjà sur la bonne voie pour déployer Windows 10, nous comprenons que tout le monde n'est pas au même stade dans le processus de mise à niveau », a déclaré Jared Spataro en détaillant l'offre. Mais celui-ci n'a rien dit sur l'état général des migrations de Windows 7 vers Windows 10 par les clients commerciaux.

Il est à peu près certain que Windows 7 ESU est une réponse aux clients qui ont averti Microsoft qu'ils n'arriveraient pas à respecter l'échéance du 14 janvier 2020. Ou du moins, c'est la prise de conscience par la firme de Redmond que, malgré tous ses efforts pour pousser les entreprises à abandonner les anciens systèmes, celles-ci ne seraient pas en mesure d'effectuer leurs mises à niveau dans les temps. Plusieurs indices montrent que Windows 7 sera difficile à éliminer du paysage Windows. En juillet, Microsoft a déclaré qu'il y avait encore environ 184 millions de PC commerciaux tournant sous Windows 7 dans le monde (pour une raison que Microsoft n'a pas expliquée, ce nombre ne comprend pas les systèmes de la Chine). Mais le chiffre de l'éditeur - une estimation faite à partir de données télémétriques - ne représente qu'une part de la dernière estimation à 378 millions de PC professionnels sous Windows 7 effectuée en août par nos confrères de Computerworld à partir des données du fournisseur d'analyse Net Applications.

Pour Windows 7 Pro et Enterprise seulement

Selon d'autres prévisions, la part d'utilisateurs de Windows 7 en janvier 2020 sera de 34 %. Ce qui signifie que plus d'un tiers de tous les PC Windows tourneront avec le système d'exploitation à la date de sa mise à la retraite. Comme l'a aussi précisé Jared Spataro, « Windows 7 ESU ne sera proposé qu'aux PC exécutant les versions Windows 7 Professional ou Windows 7 Enterprise, et uniquement si ces systèmes d'exploitation ont été obtenus via un contrat de licence en volume ». Des remises seront accordées aux clients qui disposent également de contrats Software Assurance en cours de validité pour Windows ou des abonnements à Windows 10 Entreprise ou à Windows 10 Éducation, tel le coûteux abonnement à Microsoft 365.

Le support supplémentaire sera vendu par tranches d'une année et pour trois années au maximum sur une base par machine, et non sur une base par utilisateur appliquée par Microsoft pour la licence Windows 10. Les prix « vont augmenter chaque année », a confirmé Jared Spataro. Mais Microsoft n'a pas révélé les tarifs de Windows 7 ESU, ni la nature exacte de ce qui serait fourni. Windows 7 ESU ressemble à la « Premium Assurance » que Microsoft avait dévoilé fin 2016 pour Windows Server. Mais celle-ci avait été supprimée en juillet avec la sortie des mises à niveau « Extended Security Updates ». Pour embrouiller encore plus les choses, Microsoft a mis sur pied un programme différent pour Windows 10 appelé « service supplémentaire payant ». Ce plan de support payant d'un an et demi pour la mise à niveau des fonctionnalités de Windows 10, proposé en février, a été supprimé de la page de Microsoft. La suppression de ce service est probablement due au fait que Microsoft a prolongé de 18 à 30 mois le support de chaque mise à niveau de fonctionnalité livrée à l'automne.

Un tarif encore inconnu

À partir de l'annonce de M. Spataro et d'après les autres plans de support que Microsoft offre à ses clients - comme Windows Server's Extended Security Updates - il est probable que Windows 7 ESU servira à livrer des correctifs de sécurité pour les vulnérabilités dites « Critiques » ou « Importantes », les deux niveaux de vulnérabilités les plus élevés dans l'échelle à quatre niveaux établis par l'entreprise. Le prix pourrait être élevé : l'ESU pour Windows Server 2008 représente 75 % du coût annuel total de la licence quand les mises à jour sont déployées sur des serveurs sur site.

En plus de la correction des bogues, Windows 7 ESU permet également aux PC de continuer à exécuter Office 365 ProPlus, les applications installées localement - Outlook, Word, Excel et autres - qui forment la base du logiciel Office 365 en tant que service. Microsoft avait précédemment décidé que le support pour Windows 7 exécutant Office 365 ProPlus expirerait quand l'ancien système aurait atteint la date du 14 janvier 2020. « Cela signifie que les clients qui opteront pour l'ESU Windows 7 pourront continuer à utiliser Office 365 ProPlus », a déclaré M. Spataro.

Support revu pour accompagner les entreprises

Plus d'informations sur Windows 7 ESU pourraient être disponibles plus tard ce mois-ci. Lors de son annonce, Jared Spataro a laissé entendre que la société fournirait plus de détails sur les multiples changements qu'elle compte apporter à sa politique de support lors de la conférence Ignite, qui se tiendra du 24 au 28 septembre. Les entreprises sont également invitées à contacter leur équipe de compte Microsoft ou leur partenaire Microsoft pour avoir plus d'informations sur Windows 7 ESU.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité