MPGroup et GroupXP fusionnent et deviennent le groupe Hifield

Jean-François Aliotti (à g.) et Olivier Pantaléo ancien dirigeants de GroupXP et MPGroup (respectivement), ont choisi le rapprochement entre leurs deux groupes pour donner naissance à Hifield. (Crédit : Hifield)

Jean-François Aliotti (à g.) et Olivier Pantaléo ancien dirigeants de GroupXP et MPGroup (respectivement), ont choisi le rapprochement entre leurs deux groupes pour donner naissance à Hifield. (Crédit : Hifield)

Né de la fusion des maisons mères des sociétés NetXP, LiveXP, Provadys et MAJJ, le groupe Hifield vient de voir le jour. Sous la houlette de ses deux cofondateurs, il sera composé de deux marques dans le conseil et l'audit d'une part, et dans l'intégration, le cloud et les services managés d'autre part.

Respectivement fondés en 2001 et 2006, GroupXP (NetXP et LiveXP) et MPGroup (Provadys et MAJJ) ont toujours mené des activités assez similaires, soit l'audit, le conseil et les services managés, dans le secteur de la cybersécurité et des infrastructures. Seule différence, alors que le premier développait une activité autour des solutions cloud, le second s'était investi dans intégration. Fin 2018, les deux groupes cumulaient respectivement 13,5 M€ et 15 M€ de chiffre d'affaires, et employaient chacun une centaine de collaborateurs. C'est ce mélange de similitudes et de complémentarité qui a poussé les dirigeants des deux entités, Jean-François Aliotti et Olivier Pantaléo, à mettre la question de la fusion sur la table. C'est désormais chose faite avec la naissance du groupe Hifield, qui englobe deux marques distinctes.

Almond devient la société dédiée au conseil et aux agréments, tandis que Rampar se positionne sur l'intégration, le cloud et les services managés. A ce jour, le groupe Hifield réunit 235 collaborateurs et devrait générer un chiffre d'affaires de 34 M€ en 2019. Une vingtaine de salariés travaillent aux fonctions support pour les deux marques, 140 se concentrent sur l'activité conseil, le reste sur la partie technique. Chez Almond, c'est l'un des deux anciens directeurs généraux de NetXP, Michaël Briquet, qui prend en charge la direction commerciale. Olivier Pantaléo prend la direction des opérations sur tous les aspects liés à la sécurité, tandis que Jean-François Aliotti chapeautera les segments digitaux et technologiques. Les deux hommes co-président par ailleurs le groupe. Du côté de Rampar, Marc Berger, le second DG de NetXP, devient co-directeur des opérations aux côtés de Benoit Verove, précédemment DG de MAJJ.

Bientôt une agence Almond à Lyon

L'objectif commercial de Hifield est de capitaliser sur les clients et partenaires technologiques déjà présents dans les portefeuilles de GroupXP et MPGroup. « Côté Rampar, sur la partie intégration, réseau et sécurité, nous travaillons avec une dizaine de partenaires, détaille Olivier Pantaléo. Nous sommes notamment au plus haut niveau de partenariat avec Checkpoint, mais nous collaborons également avec Fortinet, Cisco ou encore InWebo. Sur la partie cloud, nos deux partenaires sont Azure et AWS. » En tout, ce sont 230 clients, grands comptes, ETI, PME, qui se voient réunis dans le réseau de Hifield, « sachant que les deux groupes n'en avaient que cinq ou six en commun », sourit M. Pantaléo. Au rayon des avantages préservés après la fusion figure également le fait qu'Almond conserve les certifications acquises par Provadys et NetXP avant lui, notamment PASSI et PCI DSS.

Cette alliance s'accompagne d'une forte volonté de développement pour le nouveau groupe. Déjà présent à Paris, Nantes et Strasbourg, Almond devrait ouvrir un quatrième bureau à Lyon au premier trimestre 2020. Une soixantaine de recrutements est prévue en 2019 dans les deux entités. Elles seront bientôt réunies sous un même toit à Boulogne-Billancourt, où le groupe s'installera bientôt dans un espace de 3000 m². D'ici 2021, Hifield compte passer la barre des 50 M€ de chiffre d'affaires. Cela pourrait passer par un développement à l'international et notamment en Europe, où le groupe étudie les opportunités d'implantation. L'Allemagne, la Suisse ou encore l'Espagne pourraient bien faire partie des futures destinations.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité