Numeum revoit la croissance du secteur IT à la hausse pour 2021 et 2022

L'association Numeum est confiante dans les prévisions de croissance pour 2021 et 2022. (Crédit Photo: Geralt Altman/Pixabay)

L'association Numeum est confiante dans les prévisions de croissance pour 2021 et 2022. (Crédit Photo: Geralt Altman/Pixabay)

Regroupant Syntec Numérique et l'Afdel, Numeum a révisé ses prévisions de croissance à la hausse pour les activités IT en 2021 (+6,3%) et 2022 (+7,1%). Cette année, le secteur devrait générer plus de 56 M€ et plus de 60 M€ l'année prochaine. Sécurité, data et cloud sont les moteurs de ce dynamisme qui se retrouve aussi dans le recrutement malgré un marché en tension.

La pandémie du Covid-19 a bouleversé les prédictions sur l'activité des ESN, des éditeurs et des plateformes cloud, ainsi que les conseils en technologie. Numeum, qui regroupe l'ensemble de ces entreprises vient de présenter ses perspectives pour 2021 et 2022. « Nous étions prudents à la fin 2020, mais la croissance est de nouveau là », déclare Godefroy de Bentzemann, co-président de Numeum. Pour cette année, l'association a même été obligée de revoir ses prévisions de taux de croissance, « en juin dernier, nous tablions sur 4,8% qui finalement devrait atteindre 6,3% », rapporte le dirigeant.

Une croissance retrouvée et confirmée pour 2022


Les revenus pour l'écosystème devraient atteindre 56,3 milliards d'euros (en France) sur 2021 avec une répartition de 30 milliards d'euros pour les ESN, 20 milliards pour les éditeurs et les plateformes cloud et le reste pour les ICT. Ce sont les éditeurs qui bénéficient de plus fort dynamisme avec une croissance accélérée de 9,5%, puis les ICT (+5,9%) et les ESN (4,4%). Parmi les thèmes privilégiés par les DSI, « on retrouve les questions de sécurité, d'expérience client et un travail sur la data, ainsi que le digital workplace », précise Benoit Darde, administrateur de Numeum. Le cloud n'arrive qu'en 7ème position, « cela s'explique par le fait que beaucoup d'entreprises ont déjà commencé leur chemin sur le cloud. Dans notre étude menée avec PAC, il n'y a que 8% d'entre elles qui n'ont pas de projet cloud ». Par ailleurs, cette « cloudification » des entreprises est le principale levier de croissance en 2021 (+ 28,8%) à 12,2 milliards d'euros. On observe aussi la percée de l'IoT avec une progression de 21,6% à 8,7 milliards d'euros, ainsi que du big data (+23,4% à 1,9 Md€).



La croissance pour l'année 2021 a été révisée à 6,3%. (Crédit Photo: Ineum)

Et pour 2022, Ineum est aussi confiant, « la prévision de croissance de la Banque de France sur le PIB est de 3,7%, nous pensons que le secteur du numérique devrait atteindre 7,1% avec un chiffre d'affaires de 60,3 milliards d'euros », glisse Godefroy de Bentzemann. Là encore, les éditeurs et les plateformes cloud seront les plus performants avec 10,9% de croissance, les ICT (+6,9%) et les ESN (+4,7%). De quoi redonner du baume au coeur des industriels du secteur, qui ont vu l'année 2020 marquée par un recul historique de l'activité (-4,6%).



 Le chiffre d'affaires en 2022 devrait atteindre 60,3 Md€. (Crédit Photo: Numeum)

Un recrutement sous tension et une évolution du mode de travail

Corollaire de cette croissance, le secteur du numérique recrute dans un marché de l'emploi toujours sous tension. A la fin 2020, il représentait 538 260 employés avec une croissance de 0,9%. En 2021, le dynamisme est plus soutenu avec une croissance attendue de 3,1% au deuxième semestre. La demande est forte pour les alternants/apprentissage et les jeunes diplômés. Par ailleurs, le secteur des éditeurs et des plateformes cloud réclame le plus de ressources (78% prévoient des recrutements en hausse). Ineum s'est aussi penché sur le turnover et constate que la pandémie n'a pas provoqué un grand chambardement, avec 57% des entreprises qui déclarent un taux d'attrition stable.

La pandémie n'a pas empêché le recrutement de collaborateurs. (Crédit Photo: Numeum) 

Par contre, le mode de travail à évoluer, reconnait Godefroy de Bentzemann. Il y a un impact du télétravail qui pousse les entreprises du secteur à bouger et à se transformer. « Elles ne sont que 17% à déclarer ne rien changer après la crise », constate le rapport. A contrario, elles sont 91% à travailler sur leur attractivité pour séduire les talents, mais aussi pour les retenir avec une plus grande lisibilité sur les évolutions de carrières (65%).



s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité