Parsys en redressement judiciaire

(16/03/04) - Le spécialiste de la location évolutive est en redressement judiciaire depuis le 1er mars. Une situation qui intervient après que l'entreprise a publié de mauvais résultats pour son exercice 2002-2003 clos en septembre dernier. Sur cette période, Parsys affiche un chiffre d'affaires en baisse de 15% à 207 M€ et surtout un résultat net dans le rouge à moins 22,4 M€. «Environ seize millions de ces pertes correspondent à des coûts exceptionnels», explique Jean-Louis Chmitilin, le président de Parsys. Il s'agit d'une part de dépenses engagées pour permettre à la société de sortir de son activité de location de PC de courte durée, récemment vendue à Idem (Cf Distributique n°420). Et, d'autre part, de pertes réalisées sur la vente de ses stocks de serveurs préalable à l'abandon futur de la location de courte durée de ces matériels. Enfin, Parsys a du financer un plan de restructuration qui l'a amené à se séparer d'une centaine de ses salariés lors de son exercice 2002-2003. Aux vues des frais engendrés par ces opérations, difficile pour la société de rembourser les 30 M€ de dettes qu'elle a contracté. «Une partie d'entre elles proviennent du rachat de la société de location EFSI en 2000. Nous l'avons payé cher sans avoir pu la re-financer immédiatement par une augmentation de capital», explique Jean-Louis Chmitilin. Pour sortir de l'ornière, Parys vient de revendre sa filiale espagnole pour six millions d'euros. A termes, toutes ses filiales étrangères devraient subir le même sort. Actuellement placée en période d'observation pour six mois, Parys devrait proposer au tribunal de commerce un plan de continuation dans deux mois «adossé à un partenaire industriel extérieur de premier plan».

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

Publicité