Seagate : la technologie HAMR toujours prévue pour 2016

Seagate travaille depuis 2010 sur sa technologie Heat Assisted Magnetic Recording et en a fait la démonstration fin 2013. (crédit : D.R.)

Seagate travaille depuis 2010 sur sa technologie Heat Assisted Magnetic Recording et en a fait la démonstration fin 2013. (crédit : D.R.)

En gestation depuis 2010, la technologie de stockage HAMR développée par Seagate promet de multiplier par 100 les capacités des disques durs et d'atteindre une densité de stockage de 50 térabits par pouce carré. En attendant, le constructeur américain mise sur son autre technologie SMR pour occuper le terrain.

Le fossé ne cesse de se creuser entre le volume mondial des données numériques produits dans le monde et les capacités de stockage mises à la disposition des utilisateurs et des entreprises. En 2013, IDC estime ainsi la demande globale en besoins de stockage à 4,4 zetabytes, et prévoit qu'elle devrait d'ici 2020 être presque multipliée par 10 en approchant les 40 zetabytes. Ce qui représente toute de même plus de 5 200 Go de données par personne.

Cette explosion en besoins de ressources de stockage, pousse les fabricants à décupler les capacités des disques durs en mettant au point de nouvelles technologies. Alors que Western Digital a choisi d'augmenter la densité de stockage en optant pour une réduction de la finesse de gravure du plateau ou « nanolithographie », Seagate a quant à lui opté pour une autre voie : l'HAMR ou Heat Assisted Magnetic Recording. « HAMR s'appuie sur une technologie laser qui permet de compresser un nombre beaucoup plus important de données qu'auparavant sur le disque, mais elle n'a pas pour objectf de se substituer aux technologies mécaniques, elle viendra les compléter », nous a indiqué Mark Whitby, vice-président EMEA de Seagate.

Plus de 800 millions de dollars investis en R&D par Seagate

La technologie HAMR n'est pas nouvelle, Seagate travaillant dessus depuis 2010. Après avoir été présentée en octobre dernier, Seagate espère cependant maintenant qu'elle est suffisamment mûre pour envisager sa commercialisation d'ici 2016 dans des disques durs de 2,5 pouces tournant à 10000 tours/minute, destinés à être intégrés à des serveurs lames ou pizzas. Grâce à HAMR, le constructeur américain annonce même être en mesure de proposer des modèles de très grande capacité, 20 To, à partir de 2020.

2016 n'a beau pas être si éloigné d'aujourd'hui, il faut quand même que Seagate occupe d'ici là le terrain de l'innovation. Pour tenter d'y parvenir, Seagate a dévoilé un autre atout :SMR (Shingled Magnetic Recording) qui permet, en théorie, d'accroître de 25% la densité de stockage des disques durs en optimisant le nombre de pouces sur un même plateau. On est loin donc du coefficient multiplicateur supposé au travers de HAMR, même si cela constitue, malgré tout, une certaine avancée. A ce jour, SMR est intégrée dans 3 gammes de disques durs : Desktop SSHD (disques hybrides pour postes de travail), Desktop HDD (disques durs) et NAS HHD (taillé pour le stockage en réseau).

Pour développer ses nouvelles technologies de stockage, Seagate consacre une bonne partie de son chiffre d'affaires à ses efforts R&D. En 2013, ils s'élevaient à plus de 800 millions de dollars.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité