Ambition informatique : l'histoire d'un auto-entreprenariat réussi dans l'IT

Cédric Maillard, co-fondateur d'Ambition Informatique : «Notre développement va impliquer des embauches que nous ne pourrions pas faire sans des locaux dédiés à la société. »

Cédric Maillard, co-fondateur d'Ambition Informatique : «Notre développement va impliquer des embauches que nous ne pourrions pas faire sans des locaux dédiés à la société. »

Cédric Maillard et Richard Schmitt ont réuni leurs activités respectives d'auto-entrepreneurs de l'IT en créant Ambition Informatique Fin 2016. L'entreprise a enregistré 15% de croissance pour sa première année d'exercice et cherche maintenant à devenir aussi sous-traitante pour d'autres professionnels de l'informatique.

Le régime de l'auto-entrepreneur a fêté ses dix ans le quatre août. Pour certains, il a été le tremplin vers la création d'une entreprise en bonne et due forme, comme ce fut le cas pour Cédric Maillard et Richard Schmitt. Après plusieurs années passées à proposer chacun de leur côté leurs services en informatique aux entreprises, les deux hommes ont fondé la SARL Ambition informatique à la fin décembre 2016. Principalement active dans le département de l'Ain, elle a déclaré environ 300 K€ de chiffre d'affaires, soit 15% de plus que ce que représentaient les activités respectives de ses dirigeants un an avant. Après être restée basée encore plusieurs mois au domicile de Cédric Maillard, l'entreprise s'est récemment dotée de locaux de 80 m² à Priay (01). «Notre développement va impliquer des embauches que nous ne pourrions pas faire sans des locaux dédiés à la société », explique Cédric Maillard.

100 clients et 250 équipements en maintenance

Il faut dire qu'avec un portefeuille d'une centaine de clients représentant 250 PC et serveurs à maintenir, les deux hommes sont arrivés au bout de ce qu'ils pouvaient faire seuls. D'autant que la liste de prestations qu'ils proposent est longue : audit de parc, vente et déploiement d'équipements (uniquement du Terra Computer), contrats d'infogérance (hot-line comprise), hébergement de serveurs dédiés, migration de messagerie Exchange ou encore virtualistion de serveurs. « Nous devrions procéder à deux recrutements », précise Cédric Maillard. Elles serviront à soutenir la progression de l'activité historique d'Ambition Informatique, mais pas seulement.

Outre le fait de continuer à proposer des prestations pour son propre compte, la société Aindinoise ambitionne en effet d'intervenir aussi en sous-traitante d'autres professionnels de l'IT, notamment ceux évoluant sous le statut d'auto-entrepreneur. « Leur grande problématique est le manque de temps. Cela les empêche, par exemple, de se mettre à jour sur les dernières technologies avec à la clé une perte de sérieux auprès de leurs clients lorsqu'ils n'arrivent pas à résoudre rapidement un problème sur un parc IT. » D'où l'idée d'Ambition Informatique de proposer à ces intervenants de devenir leur sous-traitant en hot-line et de prendre la main sur les équipements d'un client si besoin. De plus grand prestataire pourraient aussi recourir à ce type de services fournis par Ambition Informatique. La société est actuellement en discussions avec un prestataire national avec qui elle pourrait démarrer un teste début janvier, limité au frontières de l'Ain.

Une recette maison pour une productivité optimum

Ambition Informatique étant une petite structure qui ne prévoit d'embaucher qu'un nombre limité de personnes, comment peut-elle ambitionner d'absorber une telle montée en charge ? « Nous avons notre recette pour optimiser le temps que nous passons à assister nos clients, lance Cédric Maillard. Cela passe en premier lieu par leur éducation. Ils ne nous appellent qu'après avoir redémarré l'équipement qui pose problème. Cela solutionne les choses dans la plupart des cas. D'autre part, nous appliquons notre propre master sur les machines, ce qui nous garantit un système stable, donc moins sujet aux dysfonctionnements, et que nous maîtrisons. » Dans la même logique, Ambition Informatique cantonne les offres qu'elle vend à certains produits et technologies pour être surs de bien les avoir en main. C'est pour cette raison qu'elle ne déploie que des matériels Terra Computer, ou qu'elle n'utilise que l'hyperviseur Open Source ProMox basé sur KVM pour virtualiser des serveurs.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité