Atos : Interrogation autour du plan de scission

Les nuages s'amoncellent autour de la scission d'Atos prévue en juillet prochain. (Crédit Photo: Atos)

Les nuages s'amoncellent autour de la scission d'Atos prévue en juillet prochain. (Crédit Photo: Atos)

Avec la fin des discussions avec Airbus pour entrer au capital d'Evidian, l'entité cybersécurité et big data d'Atos, les doutes s'amoncellent autour de la scission de la SSII qui doit intervenir en juillet. Thales reste toujours en lice pour le rachat de l'activité cybersécurité.

Le feuilleton AtoS continue après plusieurs articles concernant les doutes sur la scission du groupe attendue en juillet prochain. Pour mémoire, en juin 2022, la SSII avait présenté un plan prévoyant la séparation en deux de la société avec d'un côté Tech Foundations (Atos) garderait les services et le digital workplace, de l'autre Evidian emporterait les activités rentables : transformation numérique, big data, cybersécurité. Face à l'appétit de Thales qui souhaite racheter la division Evidian et notamment la partie cybersécurité, Atos a misé sur Airbus pour y prendre une participation minoritaire.

Las, le 29 mars dernier, Airbus et Atos annoncent la fin des négociations. Selon une enquête menée par notre confrère Marc Endeweld, l'échec des négociations a plusieurs raisons. La première est financière, la valorisation d'Evidian à 7 milliards d'euros est jugée trop importante, surtout que les résultats 2022 de la divisions sont décevants et en deçà de la concurrence. La seconde est le veto mis par la DGA (direction général de l'armement) piloté par Emmanuel Chiva et la DAM (direction des applications militaires) à ce rapprochement.

Thales en embuscade, Bertrand Meunier chahuté

En jeu, il y a « les intérêts supérieurs de la France et la protection des secrets industriels autour du Système de combat aérien du futur (SCAF) », rapporte la Lettre A (sur abonnement) en ajoutant, « il s'agissait surtout de garder Airbus à distance des puissants supercalculateurs d'Atos ». La gouvernance autour de Bertrand Meunier est aussi remise en cause. Toujours selon la Lettre A, Atos aurait commandé en 2022 une mission auprès du cabinet McKinsey. Ce dernier aurait eu accès à des données sensibles du CEA, provoquant l'agacement du ministère des Armées.

Dans cette affaire, Thales pourrait avancer ses pions pour racheter Evidian et étoffer ainsi son portefeuille en cybersécurité. Reste à savoir si la scission se fera effectivement en juillet, Marc Endeweld dans son article glisse que les « syndicats sont désormais vent debout contre la perspective d'un tel split ». A cela s'ajoute aussi la grogne des actionnaires et notamment des investisseurs minoritaires comme Sparta Capital ou Sycomore Asset Management, qui souhaitent le départ de Bertrand Meunier. Le groupe est donc sous pression et elle devrait augmenter dans les prochaines semaines. A suivre...

MAJ : La communication de Thales nous a indiqué que le groupe n'était pas intéressé par une prise de participation dans Evidian. Thales a fermé ce dossier il y a très longtemps, nous sommes passés à autre chose". Et d'ajouter que la firme "se focalise sur le renforcement de ses 3 grands secteurs d'activité : l'aérospatial, la défense et la sécurité et l'identité numérique". 

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité