Atos lance un avertissement sur ses résultats et décroche en bourse

Basé à Bezons près de Paris, le groupe Atos compte plus de 105 000 employés dans le monde. (Crédit photo : Atos/site web)

Basé à Bezons près de Paris, le groupe Atos compte plus de 105 000 employés dans le monde. (Crédit photo : Atos/site web)

Avec un chiffre d'affaires provisoire de 10,8 milliards d'euros en recul d'environ -2,4%, le groupe de services numériques Atos a dû émettre un avertissement sur résultats. Son action a perdu plus de 16% à l'ouverture du marché ce matin, se situant à son plus bas niveau depuis 2012.

Quelques jours à peine après sa prise de fonctions, Rodophe Belmer, directeur général du groupe Atos, doit procéder à un avertissement sur résultats. La 2ème entreprise de services numériques française vient d'annoncer qu'elle n'atteindrait pas sur son exercice 2021 ses objectifs financiers de stabilité du chiffre d'affaires qu'elle avait indiqué au marché le 12 juillet dernier. Les résultats provisoires qu'elle communique ne sont pour l'instant pas finalisés et n'ont pas été audités. Ils font état d'un chiffre d'affaires de l'ordre de 10,8 milliards d'euros pour 2021, soit un recul d'environ 2,4% à taux de change constants par rapport à l'exercice précédent. Le taux de marge opérationnelle correspond à environ 4% du chiffre d'affaires à comparer à l'objectif annoncé d'environ 6%. Le flux de trésorerie disponible est de l'ordre de -420 millions d'euros alors que l'objectif tablait sur un flux positif.

« Ces chiffres nous conduisent à l'obligation d'émettre aujourd'hui un avertissement sur résultats dû aux écarts significatifs par rapport aux objectifs », déclare Rodolphe Belmer dans un communiqué. « Cependant, la plupart des éléments constituant ces écarts importants sont non-récurrents. En particulier, l'écart majeur portant sur le flux de trésorerie disponible résulte essentiellement du besoin en fonds de roulement », explique-t-il. L'action d'AtoS a fortement chuté ce lundi à la bourse de Paris perdant plus de 16% pour se situer autour de 32 euros à l'ouverture du marché, soit son niveau le plus bas depuis 2012. Au niveau mondial, Atos emploie plus de 105 000 personnes dans plus de 70 pays.

Réévaluation des coûts sur un contrat de BPO


Atos fournit des éléments d'explication sur les principaux écarts constatés. Par exemple, sur le chiffre d'affaires, l'ESN mentionne une réévaluation non prévue des coûts restant à faire pour transformer et créer une plateforme dans le cadre d'un contrat de services financiers dans le domaine du BPO (externalisation des processus) signé en 2018 sur 15 ans avec une grande institution financière britannique. Atos indique aussi des décalages de projets de fin 2021 à 2022 en big data/HPC et communications unifiées dans le secteur public et la Défense aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, ainsi que des reports sur 2022 d'avenants qui devaient générer un chiffre d'affaires additionnel sur 2021. A cela s'ajoute la réduction des activités de matériels et de logiciels en décembre dernier.

Concernant la baisse du flux de trésorerie, Atos cite notamment « 200 millions d'euros provenant d'une accélération des paiements fournisseurs fin 2021, conséquence de pressions non anticipées de la part de fournisseurs critiques et de sous-traitants » sur les dernières semaines de l'année. S'y ajoutent notamment 150 millions d'euros de créances clients décalés de fin 2021 à 2022.


Chiffres détaillés et objectifs pour 2022 le 28 février

Les chiffres détaillés de l'exercice 2021 seront présentés par Atos le 28 février 2022, ainsi que les objectifs pour 2022. Depuis le 1er janvier, Rodolphe Belmer a repris les rênes de la direction générale d'Atos après la démission, en novembre, d'Elie Girard sous la pression des investisseurs. Rodolphe Belmer était précédemment DG de l'opérateur de satellites Eutelsat Communications, après un parcours de 14 ans au sein du groupe de télévision Canal+ qu'il a dirigé entre 2012 et 2015.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité