AWS répond à Copilot de Microsoft avec Amazon Q

Amazon Q, présenté par Adam Selipsky CEO d'AWS lors de la dernière conférence re:Invent est la réponse du géant du cloud à l'assistant d'IA générative Copilot de Microsoft piloté par GPT. (crédit : AWS)

Amazon Q, présenté par Adam Selipsky CEO d'AWS lors de la dernière conférence re:Invent est la réponse du géant du cloud à l'assistant d'IA générative Copilot de Microsoft piloté par GPT. (crédit : AWS)

Capable de faire tout ce que fait le chatbot d'IA générative de Microsoft, Amazon Q devrait séduire les responsables informatiques selon AWS. Plus de 40 applications et services dont Salesforce et Slack sont pris en charge par défaut.

Star de la conférence re:Invent 2023 organisée à Las Vegas du 27 novembre au 1er décembre, Amazon Q, présenté hier par le CEO d'AWS, Adam Selipsky, est la réponse du géant du cloud à l'assistant d'IA générative Copilot de Microsoft piloté par GPT. L'annonce de Q n'est pas sans rappeler la keynote du CEO de Microsoft, Satya Nadella, lors des conférences Ignite et Build, où il a annoncé plusieurs intégrations et variantes de Copilot dans un certain nombre de produits. « Amazon Q peut prendre en charge toutes les tâches de productivité de base de Copilot, mais il peut également être utilisé avec un tas d'applications, ce qui devrait plaire aux responsables IT qui souhaitent limiter le nombre d'assistants à surveiller », a déclaré Keith Kirkpatrick, directeur de recherche sur les applications d'entreprise chez The Futurum Group. Amazon Q, qui s'appuie sur l'expertise en matière de données et de développement acquise par AWS au cours de ces dix-sept dernières années, peut s'avérer utile dans le développement d'applications, la transformation de code, la génération de business intelligence, ou encore comme assistant d'IA générative pour les applications d'entreprise ou aide aux agents du service client via l'offre Amazon Connect.

Un assistant d'IA générative pour les applications d'entreprise

En tant qu'assistant d'IA générative pour les applications professionnelles, Amazon Q peut être utilisé pour avoir des conversations, résoudre des problèmes, générer du contenu, acquérir des connaissances et prendre des décisions en se connectant aux référentiels d'information, au code, aux données et aux systèmes de l'entreprise », a déclaré AWS. Amazon Q est accessible via un navigateur et d'une interface web, en d'autres termes, c'est une application basée sur le web. Pour utiliser Q comme assistant pour les applications d'entreprise, l'assistant d'IA générative doit être connecté aux sources de données existantes, lesquelles peuvent inclure le service de stockage S3 d'AWS ainsi que des applications de fournisseurs comme Salesforce, Microsoft, Google et Slack. Plus de 40 applications et services sont pris en charge par défaut. La recette semble très similaire à celle de l'assistant Glean Chat de la startup Glean, basée à Palo Alto. « Une fois connecté, Amazon Q commence à indexer toutes les données et le contenu, apprenant tout ce qu'il y a à savoir sur l'entreprise, notamment comprendre les concepts fondamentaux, les noms de produits, la structure organisationnelle, et tous les détails qui rendent l'entreprise unique, ainsi que l'indexation des données provenant de ces sources », a déclaré Matt Wood, vice-président de l'IA chez AWS. « Q utilise également l'IA générative pour comprendre et capturer les informations sémantiques qui rendent chaque entreprise unique. Ces informations sémantiques supplémentaires sont capturées sous forme de vecteurs intégrés, ce qui permet à Q de fournir des résultats très pertinents, adaptés à l'entreprise et à son secteur d'activité ».

Selon Matt Wood, quand un employé lance une requête dans Q, l'assistant d'IA générative crée un ensemble d'invites de saisie en arrière-plan, en utilisant toutes les informations commerciales disponibles pour trouver les données pertinentes et formuler une réponse, tout en affichant les sources. « Quand les requêtes nécessitent des réponses contenant des informations auxquelles les utilisateurs ne sont pas autorisés à accéder, l'assistant n'affichera pas de réponse », a encore déclaré Matt Wood, ajoutant que les administrateurs de l'entreprise peuvent personnaliser l'assistant de manière plus fine pour contrôler l'accès aux données et supprimer les questions inappropriées. « Il est également possible d'utiliser Q pour obtenir des informations à partir de documents Word, Excel ou de fichiers CSV en les téléchargeant directement sur l'interface », a aussi indiqué le fournisseur. L'assistant peut aussi être utilisé pour émettre et mettre à jour des demandes dans des applications telles que ServiceNow et Jira. La fonction d'assistant d'IA générative pour les applications d'entreprise est actuellement disponible en aperçu via les régions Est (Virginie) et Ouest (Oregon) des États-Unis d'AWS.

Des fonctionnalités pour les développeurs

Amazon Q

Amazon Q peut aussi aider les développeurs à choisir la bonne instance AWS EC2 qu'ils souhaitent exécuter selon AWS. (crédit : AWS)

Selon Adam Selipsky, AWS a intégré de nombreuses fonctions dans Amazon Q pour aider les développeurs, notamment une fonction de conversation en langage naturel qui permet aux programmeurs de poser des questions lors de la création d'applications. « Cette fonction, à laquelle on peut accéder via la console de gestion de l'éditeur en sélectionnant Q dans le menu, peut rechercher les meilleures pratiques et itérer des informations sur la manière de créer des applications sur ce cloud, sans que les utilisateurs aient à détourner leur attention de la console AWS », a encore indiqué Adam Selipsky lors de sa présentation. « L'assistant d'IA générative peut prendre en compte plusieurs facteurs - comme la fréquence d'utilisation - quand il répond à des questions sur les applications, et suggérer éventuellement des bases de données pertinentes ou d'autres offres de services », a ajouté le CEO. La capacité de Q&A conversationnelle d'Amazon Q, actuellement en bêta dans toutes les régions commerciales d'AWS, a également été intégrée à la Console Mobile Application de l'américain, au portail de documentation et à d'autres sites web, ainsi qu'à Slack et Teams, par le biais de l'AWS Chatbot.

« Q peut aussi aider les développeurs à choisir la bonne instance AWS EC2 qu'ils souhaitent exécuter », a indiqué l'entreprise, ajoutant qu'il est également possible d'utiliser l'assistant d'IA générative pour dépanner et corriger des erreurs directement depuis la console. « Amazon Q fournit une analyse concise de l'erreur qui aide à comprendre la cause profonde du problème et la résolution proposée. Avec ces informations, les développeurs peuvent suivre les étapes décrites par Amazon Q pour résoudre le problème », a écrit AWS dans un billet de blog, ajoutant que la console dispose d'une option intégrée appelée « Troubleshoot with Q » (Résolution des problèmes avec Q) pour aider à lancer la fonctionnalité. Cette fonction particulière est actuellement disponible en aperçu dans la région Ouest des États-Unis (Oregon) pour EC2, S3, Amazon ECS (Elastic Container Service) et AWS Lambda. Q peut aussi être utilisé à partir de la console pour résoudre les problèmes liés au réseau. « Pour cette fonctionnalité, Amazon Q travaille avec Amazon VPC Reachability Analyzer pour vérifier les connexions et inspecter les configurations réseau afin d'identifier les problèmes potentiels », a indiqué le fournisseur, ajoutant que cette fonctionnalité était actuellement disponible en aperçu dans la région Est des États-Unis (Virginie).

Intégration dans les IDE et CodeCatalys

Par ailleurs, l'éditeur a commencé à intégrer Q dans des environnements de développement intégrés (IDE) tels que Visual Studio Code et JetBrains. « Cette fonctionnalité permet aux développeurs de poser des questions et d'obtenir de l'aide dans l'IDE en discutant avec Amazon Q ou en invoquant des actions en tapant '/' dans la boîte de discussion », a expliqué le fournisseur, ajoutant que les développeurs doivent mettre à jour la dernière version d'AWS Toolkit et se connecter à CodeWhisperer pour y avoir accès. « Une fois que les développeurs sont connectés à Amazon CodeWhisperer, la capacité conversationnelle d'Amazon Q est automatiquement activée dans l'IDE. Une fois Amazon Q activé, les développeurs peuvent commencer à chatter pour obtenir de l'aide pour le codage », a écrit la société dans un billet de blog. En outre, il est possible d'utiliser Q pour ajouter de nouvelles fonctionnalités à une application à partir de l'IDE ou d'Amazon CodeCatalyst. « Les développeurs peuvent passer d'une invite en langage naturel à des fonctionnalités d'application en quelques minutes, avec des instructions interactives étape par étape et les meilleures pratiques, directement à partir de l'IDE. « Avec une invite, Amazon Q tentera de comprendre la structure de l'application et de la décomposer en étapes de mise en oeuvre logiques et atomiques », a déclaré l'entreprise. Cette capacité peut être utilisée dans l'IDE en invoquant une commande d'action -/dev - dans Q et en décrivant la tâche qu'il doit traiter et à laquelle il doit répondre.



s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité