Datacenters en région : le nombre ne fait pas forcément la qualité

photo LMI

photo LMI

Une étrange fièvre semble saisir les régions françaises où se multiplient les datacenters.  Mais tous ne présentent pas les mêmes garanties techniques, financières et juridiques.

«135 datacenters sont recensés en France, d'autres en projet, mais sont-ils aptes à faire du cloud computing ? C'est LA question à se poser » lance, comme un pavé dans la marre, Didier Soucheyre, Pdg de Neo Telecoms. Pour lui, 80% du parc a plus de dix ans et n'est pas aux normes pour héberger du cloud computing. La puissance électrique, la qualité des bâtiments, les générateurs, les onduleurs, les capacités de refroidissement ne correspondent pas toujours aux besoins du marché. La carte des datacenters existants recouvre donc des réalités très différentes.

Autre pavé et non des moindres, celui que projette le patron de Cheops Technology, Nicolas Leroy-Fleuriot, pour qui seule une société de droit français peut  assurer la confidentialité des données et par exemple s'opposer à un contrôle fiscal. Même dans ce cas, il faut l'accord du client pour qu'un hébergeur, en tout cas Cheops, livre des données. Cheops assure donc à ses clients, en plus de critères techniques et de conditions financières, une garantie juridique. Ce que ne peuvent assurer ses grands concurrents internationaux. Ces acteurs, IBM, Google, Amazon  restent soumis au patriot act, même si leurs datacenters sont en France. « Déjà qu'aller dans le cloud ou héberger constitue traditionnellement une barrière psychologique pour un client français, la protection des données et le patriot act en est une autre pour  d'aller dans le cloud» souligne Nicolas Leroy-Fleuriot.

Une hétérogénéité d'acteurs

Techniquement et juridiquement, le monde des datacenters en région est donc hétérogène. Ce qui ne décourage pas nombre d'acteurs, français ou internationaux, de lancer des projets. IBM a fait parler sa puissance en créant de nouvelles salles dans son datacenter à Montpellier. Les pure players sont très présents : Interxion, Telecite, Telehouse. Mais beaucoup d'acteurs régionaux au départ se renforcent, Jaguar à Marseille, CIV à Lille. Des réseaux s'installent au plan national. Avec Néo Telecoms fort de six datacenters. Avec Cheops qui va installer un deuxième datacenter près de Bordeaux, et grâce aux réseaux télécoms et à ses  10 agences commerciales, proposer des offres partout en France. Des prestataires se lancent, des PME comme OVH, Ikoula, Gandhi, sans oublier les « french lover » cloudwatt et Numergy.

Pour sa part, Resadia, le groupe d'intégrateurs régionaux, a lancé un projet de réseau national de datacenter. Chacun de ses 37 adhérents peut bâtir le sien. Le groupe leur propose un référentiel commun, économique et technique, qui permet les mêmes choix et la même qualité de service. » 15 datacenters sont en projet, c'est un cloud maillé de proximité que nous allons proposer à nos clients», nous explique Pascal Chavernac, président du groupe et lui-même  en train de bâtir son datacenter. « Aucun de nous n'avait les moyens seul ». Ensemble, et avec des réseaux haut débit, ils peuvent avoir des back up.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité