L'embellie arrive pour les TPE et les PME de l'IT

Olivier Bouderand, co-président du CINOV-IT

Olivier Bouderand, co-président du CINOV-IT

Le CINOV-IT, la chambre professionnelle des TPE et PME du numérique, vient de publier son enquête conjoncturelle pour le premier semestre 2013. Si la situation reste morose, principalement à cause de la crise de l'euro selon les responsables interrogés, le moral reste bon et une embellie semble pointer le bout de son nez.

« Certains commencent à voir le bout du tunnel, malgré des chiffres 2013 peu concluants » analyse Olivier Bouderand, co-président du CINOV-IT. Globalement, la dernière enquête du syndicat met en exergue une situation tendue pour les TPE et PME du numérique. Les relations avec les banques se raidissent, les délais de paiement des clients s'allongent et les chiffres d'affaires sont en baisse pour certains, mais globalement, un léger regain s'est fait sentir au second semestre, laissant présager une année 2014 sous le signe de l'embellie.

Un encours bancaire sur quatre refusé

En 2013, si les relations avec les banques restent bonnes et très bonnes pour 80 % des interrogés, la situation s'est raidie estime Olivier Bouderand. Le nombre d'encours demandés aux banques par les entreprises n'a pas bougé mais leur taux d'acceptation s'est en revanche effondré. Au cours des 6 derniers mois, 23 % des sondés ont demandé des encours bancaires mais seulement 24 % de ces derniers ont été acceptés, contre 91 % au dernier semestre 2012.

Du coté des clients, la situation semble également compliquée pour les TPE et PME du numérique. Outre le nombre de commandes qui baisse et les chiffres d'affaires qui en pâtissent, il devient difficile pour certaines entreprises d'obtenir leur paiement en temps et en heure, explique Olivier Bouderand. Sur les 17 % de responsables interrogés qui estiment que le manque de trésorerie est leur principal problème, 91 % d'entre eux l'attribuent au rallongement des délais de paiement.

Un constat morose mais un moral au beau fixe

Malgré ces conclusions peu réjouissantes, les sondés gardent le moral et pour cause, la disette semble toucher à sa fin. 60 % des sondés estiment que les perspectives de 2014 sont bonnes à très bonnes contre 42 % pour celles de 2013. L'enquête du CINOV-IT traduit en effet un léger regain. « Les chiffres remontent sur le dernier trimestre » reconnaît Olivier Bouderand avant de tempérer, « ce n'est pas l'embellie que l'on attendait mais on reporte toutes nos espérances sur 2014 ». Au regard de la disparité des services proposés par les membres du CINOV-IT, il est toutefois difficile de savoir qui tirera le mieux son épingle du jeu.

Pour le co-président du syndicat, les éditeurs devraient être les premiers à connaître un regain de leur activité contrairement aux intégrateurs qui risquent de rester dans le dur un peu plus longtemps. « C'est beaucoup plus facile de mettre en stand-by des investissements matériels que logiciels », explique Olivier Bouderand. « Dans les prochains mois les entreprises vont devoir mettre à jour leurs logiciels pour répondre aux nouvelles normes mises en place par l'État, notamment pour la comptabilité » conclut-il.

42 % comptent embaucher

Autre indicateur de la relative embellie à venir, 31% des sondés ont embauché du personnel au premier semestre 2013 et, au second semestre, 42 % comptent le faire. De plus, seuls 3 % des interrogés envisagent des licenciements économiques au second semestre quand 12 % en avaient effectué au premier semestre.

En conclusion, les TPE et les PME du numérique gardent le moral. Seuls 2 % des sondés estiment avoir un moral actuel mauvais quand 26 % et 18 % respectivement estiment avoir un bon et un très bon moral. Comme le dit Olivier Bouderand, « vivement 2014 et la reprise ».

L'enquête conjoncturelle du CINOV-IT pour le premier semestre de 2013 a été réalisée auprès de 100 TPE et PME du numérique, toutes membres du CINOV-IT. En termes d'activité, 20% d'entre elles sont des intégrateurs logiciels et réseaux, 31% font du conseils et de la formation, 23% sont des éditeurs, 12% des SSII et 14% exercent d'autres activités. Du coté de la masse salariale, 46% des entreprises sondées sont composées que d'une seule personne, 20% comptent entre 2 et 5 employés, 7% entre 6 et 9, 15% entre 10 et 19, 6% entre 20 et 49 et 6% en comptent plus de 50.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité