Le mainframe vu comme une plate-forme viable à long terme

91% des personnes interrogées considèrent le mainframe comme une plate-forme viable à long terme, ici le z14 lancé par IBM en juillet 2017. (Crédit IBM)

91% des personnes interrogées considèrent le mainframe comme une plate-forme viable à long terme, ici le z14 lancé par IBM en juillet 2017. (Crédit IBM)

BMC publie son enquête annuelle sur les mainframes, mettant en lumière cinq mythes tenaces et plusieurs priorités.

C'est la 12ème édition du Mainframe Research Report, l'enquête annuelle de BMC. Menée auprès de 1069 responsables, elle a voulu sortir des sentiers battus en identifiant 5 mythes tenaces sur le mainframe.  Premier mythe, les entreprises ou administrations utilisatrices auraient entièrement optimisé leurs mainframes pour une disponibilité maximale. Selon l'étude c'est faux, 66% des personnes interrogées déclarant que les exigences métier les obligent à panifier des arrêts programmés pour augmenter la disponibilité.

Deuxième mythe, les directions auraient prévu de remplacer les mainframes. Encore faux, 91% des personnes interrogées considèrent le mainframe comme une plate-forme viable à long terme et les entreprises investissent dans ce système. Le troisième mythe affirme que personne ne modernise le mainframe, les opérations porteraient uniquement sur la maintenance. Or, 43% de répondants parlent d'une modernisation accrue des applications, 63% d'une utilisation accrue de Java sur le mainframe, 35% privilégient l'automatisation.

Les moins de 30 ans optimistes pour les mainframes

Les deux deniers mythes pointent l'aspect compétence. Le quatrième souligne que les informaticiens les plus jeunes sont pessimistes quant aux possibilités de carrières sur le mainframe. 54% des développeurs sur mainframes âgés de moins de 30 ans ayant de 1 à 10 ans d'expérience s'attendent à ce que le rôle du mainframe se développe dans leur organisation. Le cinquième mythe est lié au précédent, seules les personnes les plus âgées dans l'informatique travailleraient sur le mainframe aujourd'hui. Or, les professionnels de 30 à 49 ans représentent 46% des informaticiens travaillant sur mainframes, 43% ont plus de 49 ans, 4% plus de 65 ans. Les moins de 29 ans ne représentent que 7% des effectifs évoluant  sur mainframe.

Comment concilier la révolution numérique et l'entretien du Legacy en respectant des contraintes de coûts de plus en plus sévères et une obligation de servir les attentes des métiers? Les témoins de la conférence CIO du 5 décembre expliqueront comment ils ont atteint cette efficience IT au service des métiers.

Les priorités relevées par l'étude en matière de mainframes sont les mêmes d'une année à l'autre. Le « top 4 » désigne : la réduction des coûts (63%), la compliance sur les données (44%), la disponibilité des applications (42%), la modernisation de ces applications (42%). Entreprises et administrations veulent optimiser leurs opérations sur mainframe note l'étude, moderniser les applications, réduire les pannes planifiées, utiliser des technologies avancées comme Java, exploiter l'automatisation. Pour 37% des répondants, la croissance des capacités des mainframes sera due aux nouvelles applications ou à celles déjà existantes, 42% d'entre eux estiment que la modernisation est une priorité pour l'année prochaine, 75% utilisent Java. L'automatisation inclue l'intégration des données mainframe avec des solutions analytiques et le déploiement de systèmes autonomes avancés.

A propos de l'étude

La 12ème édition annuelle du Mainframe Research Report a été réalisée par BMC à partir d'une enquête auprès de 1069 responsables. Interrogés en ligne par BMC, 62 % des répondants étaient du côté technique, 34 % étaient des cadres dirigeants, 4 % occupant un autre poste.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité
Publicité

Derniers Dossiers

Publicité