Les créanciers et l'Etat contribueront au refinancement d'Atos

Atos a présenté à ses créanciers son plan de refinancement comprenant notamment un prêt de 50 M€ de l'Etat pour l'activité HPC de Bull. (Crédit Photo: Wikipedia)

Atos a présenté à ses créanciers son plan de refinancement comprenant notamment un prêt de 50 M€ de l'Etat pour l'activité HPC de Bull. (Crédit Photo: Wikipedia)

Le groupe Atos a présenté ce matin son plan de refinancement avec un besoin de 1,2 Md€ et la conversion en actions de près de la moitié de sa dette auprès des créanciers. Par ailleurs, l'Etat sécurise les activités HPC sensibles avec un prêt de 50 millions d'euros à l'entité Bull. La porte est ouverte pour les propositions de reprises de tout ou partie de la SSII.

Attendu depuis quelques semaines, le plan de refinancement d'Atos a été présenté aux actionnaires et aux crénanciers. Le groupe est en effet acculé par un mur de dettes de 4,6 milliards d'euros, dont 3,65 milliards d'euros à rembourser ou à refinancer d'ici fin 2025. Dans le plan dévoilé, la SSII est à la recherche de 1,2 Md€ (600 M€ de liquidités pour la période 2024-2025 et 600 M€ de lignes de crédit). Par ailleurs, elle prévoit de convertir en action près de la moitié de sa dette. Le groupe a également trouvé un accord avec les banques et l'Etat pour un financement intermédiaire de 450 M€.

L'engagement de l'Etat était attendu après les propos du ministre de l'Economie et des Finances et du Premier ministre pour protéger les activités stratégiques d'Atos. Il accorde un prêt de 50 M€ via le fonds de développement économique et social (FDES). En échange, l'Etat recevra une action de préférence de Bull, composante de BDS intégrant les supercalculateurs. Ces derniers sont utilisés dans la simulation nucléaire et d'autres activités sensibles liées à la Défense.

L'Etat sécurise en attendant les offres de reprise

L'Etat se met donc dans une position de sécurité dans l'attente d'une éventuelle « solution nationale », que Bruno Lemaire appelle de ses voeux. Hier nos confrères de BFM indiquaient que le gouvernement planchait sur plusieurs options : une participation directe via l'Agence de participation de l'Etat, un investissement minoritaire de BPIfrance couplé avec un industriel ou alors pousser une entreprise ou un consortium à se positionner. Dans ce cadre, Dassault Aviation étudierait le dossier de BDS, mais principalement sur le volet supercalculateur et le programme Mission Critical System qui équipe les avions Rafale.

Après la présentation du plan de refinancement, les repreneurs ont commencé à se positionner. Un des premiers à dégainer a été David Layani, patron de OnePoint et actionnaire de référence d'Atos. Il milite pour la fin des cessions et souhaite toujours acquérir l'ensemble des activités. Pour épauler sa proposition, il met en avant le soutien du fonds Butler Industrie, créé par le franco-brésilien Walter Butler. On prête aussi à Daniel Kretinsky d'être de la partie avec le canadien CGI. Le feuilleton Atos n'est pas prêt de s'arrêter.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité