Les entreprises pas prêtes à se jeter sur Windows 10

Malgré les efforts de Microsoft pour promouvoir Windows 10 auprès des entreprises, les analystes estiment qu'elles attendront au moins un an avant de réaliser leur migration.

Malgré les efforts de Microsoft pour promouvoir Windows 10 auprès des entreprises, les analystes estiment qu'elles attendront au moins un an avant de réaliser leur migration.

Si pour Windows 10, Microsoft prépare le terrain sur le marché des entreprise depuis déjà plusieurs mois, les analystes estiment que la migration prendra du temps. Ils considèrent que la majorité des sociétés attendra au moins un an avant de franchir le pas.

Alors que Windows 10 a été lancé mercredi, Microsoft encourage déjà les entreprise à envisager la migration. Jim Alkove, vice-président entreprise et sécurité de la firme de Redmond, assure que la dernière version du système d'exploitation apporte un nombre important de fonctionnalités pour les départements IT des entreprises. En particulier, Windows 10 inclut des outils de management qui permettent la configuration automatique des terminaux en fonction des règles de sécurité en vigueur. « Nous prenons très à coeur le problème de cybercriminalité dans sa globalité et allons nous y attaquer point par point », clame Jim Alkove. Windows 10 embarque ainsi des fonctionnalités comme Device Guard qui permettent aux administrateurs de n'autoriser que l'utilisation d'applications certifiées sur les terminaux, comme le propose certaines solutions de MDM. Le dernier système d'exploitation inclut également Windows Hello qui permet l'identification des utilisateurs par des moyens biométrique, la reconnaissance faciale ou les empreintes digitales par exemple. 

Microsoft a attaché un soin tout particulier à rendre la transition vers Windows 10 la plus simple possible pour les entreprises. Dès janvier 2014, la firme de Redmond avait convié ses principaux clients à prendre part au développement de son dernier OS. D'autres, à l'instar de Bouygues Construction, y ont accès depuis début 2015 pour préparer leur migration. D'après Jim Alkove, cette dernière devrait-être plus simple que celle entre Windows XP et Windows 7, grâce aux enseignements que la firme en a tirés. 

La compatibilité avec les legacys est une des clés de l'adoption

Une des clés pour réussir la migration des entreprises vers ce nouveau système d'exploitation est d'assurer la compatibilité des applications critiques, dont beaucoup sont développées en interne par les entreprises. Microsoft assure avoir conçu Windows 10 en pensant à ces compatibilités pour faire fonctionner une large variété de programmes. L'analyste du Gartner, Steve Kleynhans a d'ailleurs déclaré dans un article que les entreprises trouveraient les problèmes de compatibilité minimes ou même n'en verraient pas. Les ventes aux entreprises sont aujourd'hui la mamelle de Microsoft. À elles seules, elles représentaient plus de 41 Md$ lors du dernier exercice fiscal de la firme, soit 44% de ses revenus globaux.   

Pendant que Microsoft encourage les entreprises à tester son dernier système d'exploitation, les analystes estime qu'il va tout de même falloir du temps pour qu'elles migrent vers celui-ci. Steve Kleynhans assure qu'un bon nombre de société vont attendre entre 12 et 18 mois avant de franchir le pas. Du côté d'IDC, l'analyste Al Gillen, estime que beaucoup de petites entreprises vont réaliser la migration durant l'année à venir pour profiter des promotions proposées par Microsoft sur Windows 10 Pro. En revanche, il déclare que les plus grosses entreprises devraient effectivement attendre un an ou plus avant de faire la démarche. Anurag Rana, de Blommberg, abonde dans le sens de Steve Kleynhans, ajoutant que bon nombre de sociétés sortent tout juste de la migration de XP opérée l'an passé suite à la fin de son support. « Non seulement les entreprises sont feignantes mais en plus la mise à jour coûte de l'argent », ajoute l'analyste. 

Au moins un an avant de passer le cap

Une étude menée par le cabinet Spicework auprès de 500 professionnels de l'IT a montré que 40% d'entre eux prévoyaient d'attendre au moins un an après la date de sortie de Windows 10 avant de s'attaquer à la migration. En tout, 75% des sondés disent qu'ils vont attendre entre un ou deux ans avant de passer le cap. Bien sûr ces chiffres ne sont pas figés et il va falloir patienter pour voir combien d'entreprises vont finalement décider de lancer leur projet de migration dans ce laps de temps, d'autant plus que les pressions de la part de Microsoft vont s'accentuer avec la fin du support de Windows 7 prévue pour janvier 2020. 

Toutefois, les fonctionnalités intrinsèques de Windows 10 pourraient inciter les compagnies à ne pas trop trainer la pâte. Georges Bedar, DSI de LA Fitness explique qu'équipé de machines sous Windows 7, il n'avait jamais envisagé de basculer sur les versions 8 ou 8.1. « En revanche, Windows 10 est beaucoup plus interessante. Elle va apporter les innovations de la 8.1 tout en gardant un aire de famille avec la version 7 », déclare-t-il. LA Fitness n'a pas encore mis en place de calendrier précis pour la migration mais George Bedar assure qu'elle devrait se faire d'ici un an. 

Certains clients pressés

Il y a en outre des organisations qui comptent passer à Windows 10 le plus rapidement possible. Le Marist College de New York prévoit de déployer le dernier système d'exploitation sur les 500 machines des équipes internes au cours de l'automne prochain. Pour les 850 ordinateurs équipant les salles de classes et les laboratoires, la migration devrait être effective à l'été 2016. « Pour nous c'est important de rester à la page. Pour nos étudiants comme pour nos équipes internes », explique Dave Hughes, responsable technologique de l'établissement. Même constat du côté de Bouygues Construction. Le groupe souhaitait être en mesure d'équiper ses cadres avec Windows 10 dès sa sortie. La DSI expliquait qu'il était de son devoir de proposer aux utilisateurs de passer sur cette dernière version le plus tôt possible s'ils en avaient l'envie.

En tous cas, il est pour l'instant clair que les entreprises sont au moins en train d'évaluer le potentiel de Windows 10 pour un hypothétique déploiement. D'après Jim Alkove, 30% des 50 millions de personnes qui ont testé les prè-versions de l'OS à travers le programme Windows Insider étaient des professionnels de l'IT. En outre 60% des personnes qui ont été sondées par Spicework ont avoué avoir testé des versions d'essai de Windows 10. Pour aller plus vite, Jim Alkove encourage les professionnels de l'IT à rejoindre le programme Enterprise Insider pour recevoir un aperçut des fonctionnalités entreprises de Windows 10. À partir du premier aout, les clients entreprises de la Software Assurance avec des gros volumes de licences actives pourront télécharger Windows 10 depuis le centre de service de gestion des licences. 

Surtout éviter le gros cafouillage technique

En outre, la feuille de route de Windows 10 a de quoi séduire. Parmi les fonctionnalités qui devraient arriver dans le courant de l'année, certaines ne devraient pas manquer d'intéresser les clients professionnels. Il y aura notamment l'arrivée d'un Windows Store qui permettra aux administrateurs de mettre en place des apps stores internes. La campagne agressive menée sur les sociétés fait directement partie du plan de Microsoft qui vise à déployer un milliard de terminaux sous Windows 10 d'ici trois ans. D'après Al Gillen, la firme de Redmond devrait atteindre cette objectif sans trop de problème, à moins bien sûr que de gros soucis techniques pointent le bout de leur nez.

Ajouter un commentaire
1
Commentaires

Bertrand Non, pas prêtes et pas folles :) Pour exemple, le navigateur EDGE, ne prend pas encore les protocoles pour les cartes CPS, du coup ça pas être possible....

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité