Les équipementiers face aux difficultés d'approvisionnement

De gauche à droite : Jayshree Ullal CEO d'Arista, François Locoh-Donou CEO de F5, Ed Meyercord CEO d'Extreme Networks, Rami Rahim CEO de Juniper et Chuck Robbins président et CEO de Cisco. (Crédit Photo : DR)

De gauche à droite : Jayshree Ullal CEO d'Arista, François Locoh-Donou CEO de F5, Ed Meyercord CEO d'Extreme Networks, Rami Rahim CEO de Juniper et Chuck Robbins président et CEO de Cisco. (Crédit Photo : DR)

Si les principaux fournisseurs d'équipements réseau continuent d'annoncer de bons résultats financiers, tous font état de problèmes persistants au niveau de la chaîne d'approvisionnement et d'une augmentation du carnet de commandes. Des difficultés qui ne semblent guère vouloir s'atténuer avant la fin 2023.

Malgré des résultats en hausse au second trimestres 2022, tout n'est pas rose dans le monde des équipementiers. Arista Networks a, par exemple, pour la première fois de son histoire terminé un trimestre à 1 Md$ malgré les défis posés par un environnement de chaîne d'approvisionnement incertain. Pourtant, le fournisseur dévoile que certains des composants commandés antérieurement sont devenus indisponibles à la dernière minute : « Nous avons besoin que tous les composants soient réunis, mais les problèmes de livraisons continus », déclare Jayshree Ullal, CEO d'Arista. « C'était mauvais au premier trimestre, ce n'est pas mieux au second et nous ne voyons pas d'amélioration pour le troisième. Peut-être qu'en 2023, nous aurons un peu de répit. Mais encore une fois, pour cela, il faut que toutes les conditions soient réunies. S'il nous manque un composant, nous ne pouvons rien construire ».

De nombreux matériels ont un délai d'approvisionnement de 70 semaines, ce qui signifie que l'entreprise doit planifier plusieurs trimestres, voire plusieurs années, à l'avance. D'après le CEO du fournisseur, « les stocks ont atteint une valeur de 852,8 M$ au cours du trimestre, contre 694,2 M$ au cours de la période précédente ».

Des carnets de commandes qui explosent pour Juniper et Extreme

D'autres acteurs du secteur des réseaux, tels que Juniper Networks et Extreme Networks, font état de circonstances similaires. Selon son CEO Rami Rahim, le premier a dépassé ses prévisions de revenus pour le second trimestre, et pour la deuxième fois consécutive enregistre une croissance à deux chiffres des revenus des produits par rapport aux résultats 2021. Rami Rahim précise malgré tout que sa société continue de se battre contre les problèmes de chaîne d'approvisionnement et de coûts afin de maintenir le pipeline de produits plein. Le carnet de commandes de Juniper a augmenté de plus de 250 M$ sur plusieurs trimestres consécutifs pour atteindre un total d'environ 2 Md$. « Nous prévoyons qu'il se maintiendra à des niveaux élevés jusqu'à la fin de l'année », estime Ken Miller, CFO de Juniper, lors de la conférence financière de la société. « Chaque trimestre est un défi. Mais, à mon avis, nous faisons un assez bon travail pour les relever », termine le CEO de Juniper.

Les résultats d'Extreme, au quatrième trimestre et pour l'exercice 2022, font état d'une croissance à deux chiffres des réservations et du chiffre d'affaires, mais aussi d'importants arriérés. « Alors que les réservations ont augmenté de 24 % et que le chiffre d'affaires a dépassé 1,1 Md$ pour la première fois, nous avons terminé l'année avec un carnet de commandes record de 513 M$ », dévoile Ed Meyercord, CEO d'Extreme. Il a toutefois précisé que la société avait libéré près de 20 M$ de commandes au cours du trimestre. « Nous prévoyons de continuer à alimenter le carnet de commandes pour les prochains trimestres. Sur la base des délais d'exécution et des engagements, nous prévoyons qu'il commencera à diminuer d'ici le quatrième trimestre de l'exercice 2023 », continue-t-il.

Gartner a indiqué qu'avant la pandémie, les délais de livraison des produits étaient de quatre à six semaines. « Aujourd'hui, ils sont de 200 à 300 jours, et nous avons vu des clients citer par écrit des délais de plus de 430 jours. Nous nous attendons à ce qu'ils restent élevés jusqu'au début de l'année 2023, puis à ce qu'ils s'améliorent lentement au fil des mois », a précisé le cabinet d'études dans un récent rapport.

F5 et Cisco s'en sortent plutôt bien

« Alors que les défis liés à la chaîne d'approvisionnement continuent de limiter notre capacité à expédier des équipements, nos indicateurs de demande restent forts, et nous restons en avance sur notre plan de demande initial pour l'exercice 20222 », explique François Locoh-Donou, CEO de F5 Networks aux analystes lors de sa dernière conférence.  « Bien que nous n'ayons pas constaté d'amélioration significative des volumes d'approvisionnement au cours des trois derniers mois, nous n'avons pas non plus constaté de nouvelle détérioration », termine-t-il.

Cisco de son côté publiera ses résultats dans le courant du mois, mais son carnet de commandes s'élevait à 15 Md$, auxquels s'ajoutaient 2 Md$ de commandes de logiciels dans son dernier rapport datant de mai. À ce moment-là, Cisco avait déclaré qu'elle prévoyait des difficultés d'approvisionnement au quatrième trimestre sur environ 250 composants critiques et sur un total de 41 000 pièces uniques. « Chaque jour, nous nous efforçons de remédier à ces pénuries, et chaque jour, certaines d'entre elles sont résolues tandis que d'autres s'ajoutent à la liste », a déclaré l'équipementier.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité