Les PME plus inquiètes de leurs fournisseurs que de leurs banques

Le cabinet d'audit KPMG, associé à la CGPME, publie la dixième édition de son baromètre « sur le financement et l'accès au crédit des PME ». Ces entreprises semblent amorcer leur sortie de crise, mais butent toujours sur des facteurs anciens (l'accès au crédit) ou nouveaux (les hausses de prix).

Premier enseignement de cette étude (*), le nombre d'inquiets (tout à fait inquiets ou plutôt inquiets) diminue. Il est actuellement, en mai  2011, de 66%, contre 77% au mois de décembre 2010 et  69% en septembre 2010. Il avait culminé en juin 2010, il y a un an, avec 85% et en février 2009 avec 87%. Les PME sont entrées dans l'après crise, mais leur inquiétude n'est pas où on l'attendait.

La première crainte, très loin devant toutes les autres, des PME, est celle liée à la hausse des prix pratiqués par les fournisseurs. C'est le sentiment de 69% des entreprises interrogées.  Dans l'industrie et le BTP, ce pourcentage monte respectivement à 86 et 84%. La baisse du chiffre d'affaires n'obtient que 36% des réponses. La trésorerie recueille 26% des opinions. C'est donc moins le climat général, la santé de leurs clients qui les préoccupe, que l'attitude de leurs fournisseurs et  les relations inter entreprises.

63% des PME  ont un besoin de financement

Les banques, régulièrement mises en cause dans l'étude, passent au second plan, mais restent très présentes. L'accès au crédit est encore impacté par la situation économique. 20% des répondants expriment ce sentiment au mois de mai dernier, ils étaient 28% en décembre, 37% en janvier 2010. Les PME  ressentent à 63% au moins un besoin de financement. Il s'agit à parts presque égales de besoins de financement d'investissements (39%) et de besoin de financements d'exploitation (trésorerie, escomptes etc...) à 33%. 37% des entreprises interrogées n'expriment aucun besoin de financement. 

Celles qui ont des besoins de crédit sont à même de les détailler. Dans 51% des cas, il s'agit de crédits pour remplacer ou entretenir le parc de l'entreprise, dans  47% pour l'équiper (véhicules, informatiques etc...), dans 19% pour réaliser de la croissance externe, dans 19% également pour financer l'innovation.

Les banques ne sont pas toujours présentes aux côtés des PME. 23% d'entre elles assurent qu'en raison des difficultés d'accès au crédit, elles réduisent leurs demandes. Ce durcissement des conditions d'accès est détaillé. A 48%, le durcissement se manifeste par des frais élevés ou des montants plus faibles que prévus, 36% voient passer des demandes de garanties supplémentaires, pour 32% des PME les crédits ou les facilités de trésorerie se trouvent réduites, 23% doivent en passer par des cautions, 23% déplorent les délais d'attente.

(*) méthodologie

Ce baromètre est issu d'une étude menée fin mai 2011, par l'Ifop. 400 dirigeants d'entreprises de 10 à 500 salariés ont été interrogés par téléphone, un échantillon redressé par la méthode des quotas.


Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité