Microsoft simplifie le MPN et l'adoption de ses offres cloud par ses revendeurs

Gwénael Fourré, responsable stratégie et programmes partenaires de Microsoft France .

Gwénael Fourré, responsable stratégie et programmes partenaires de Microsoft France .

L'éditeur clôt l'année sur une série d'évolutions touchant aux spécialisations présentes dans son programme partenaire Microsoft Partner Network, à sa politique de promotion de ses offres cloud auprès du channel, et à la politique de rémunération qu'il propose à ses grands revendeurs de licences.

Depuis son lancement il y a plus de deux ans, le programme partenaire Microsoft Partner Network ne cesse d'évoluer. Pour mémoire, ce dispositif a introduit la notion de compétences accolées aux labels Gold, Silver et Platinium. Le but : permettre aux entreprises de cerner plus facilement le savoir-faire des revendeurs sur les technologies Microsoft. A la mi-novembre, leur nombre est passé à 26 contre 30 auparavant par le jeu de la fusion de différentes compétences existantes et le remaniement de certaines d'entre elles. Microsoft en a ainsi consolidé trois relatives à Sharepoint (« collaboration et portail », « Marketing Digital» et « gestion de contenu »), son offre de travail collaboratif, au sein d'une nouvelle compétence baptisée « Collaboration et Contenu ». Certaines compétences liées aux développement d'applications (« ISV », « Logiciel et Développement » et « Développement Web » ont été fusionné au sein de la nouvelle compétence «Développement d'Applications ». Quant à l'ancienne compétence « Desktop », elle a été renommée « Device et Deploiement » pour mieux prendre en compte le fait que Microsoft n'est pas seulement présent sur le segment des PC mais aussi sur celui des tablettes.

Pour l'heure, la portée de ces changements se limite à des modifications d'appellations et à une simplification de la lecture du catalogue de compétences proposées par Microsoft. En effet, l'obtention des nouvelles compétences par un revendeur n'implique pas qu'il passe un plus grands nombre d'examens, bien que leur contenu soit plus large. Du moins, pas pour le moment indique Gwenael Fourré, le responsable stratégie et programmes partenaires de Microsoft France : « A termes, les choses vont évoluer pour que les examens à passer soit fusionnés. Il n'est pas encore possible de dire si cela les rendra plus compliqués. »

Les solutions SaaS de Microsoft gratuite pour tous les membres du MPN

L'autre nouveauté que Microsoft a réservée à ses partenaires pour cette fin d'année concerne son programme Cloud Essentials. Jusqu'ici, l'accession à ce programme, qui permet, entre autre, d'obtenir gratuitement (pour un usage interne uniquement) 25 licences d'utilisation des applications hébergées de l'éditeur (Office 365, Windows Intunes et CRM Online) était réservée aux revendeurs qui en avaient fait la demande et passer un examen spécifique en ligne. Désormais, les 11 000 revendeurs français inscrits au programme Microsoft Partner Network vont bénéficier cet avantage. De fait, alors que le programme Cloud Essentials compte aujourd'hui 1500 membres en France, Microsoft espère qu'en l'ouvrant sans formalités à l'ensemble de ses revendeurs certifiés ce nombre croisse de façon très importante. « Initialement, la mécanique d'accès à Cloud Essentials avait été conçue de telle sorte que nos partenaires devaient montrer leur envie d'entre sur le marché du cloud. Nous étions alors dans une période où les revendeurs se posaient la question d'y aller ou non. Aujourd'hui, il est acquis que personne ne peut faire l'impasse », explique Gwenael Fourré.

Moins rémunérer la gestion des relations client chez les LARS

Au chapitre des différentes évolutions mises en oeuvre par Microsoft dans sa politique de distribution, la suivante touche exclusivement ses LARS, des revendeurs présents auprès des grosses PME et des grands comptes. Ces partenaires vont voir leur rémunération liée à la gestion des relations avec les entreprises utilisatrices (basés sur le volume de contrat et de PC qu'ils ont dans leur parc clients Microsoft) baisser. « Nous souhaitons moins rémunérer la gestion de la relation avec les clients existants pour encourager d'avantage leur action commerciale », explique Gwenael Fourré. Dans cette optique, l'éditeur a donc remonté parallèlement la rémunération dont vont bénéficié les LARS sur les renouvellements de contrats chez les grands clients qui disposent d'un contrat Enterprise Agreement avec l'éditeur.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Publicité