NextiraOne veut se faire un nom sur le marché de la sécurité

Jean-Maurice Fritsch a été nommé président de NextiraOne en janvier 2016. Crédit photo : D.R.

Jean-Maurice Fritsch a été nommé président de NextiraOne en janvier 2016. Crédit photo : D.R.

L'intégrateur NextiraOne disposera à compter du mois prochain d'une filiale exclusivement dédiée à la sécurité des réseaux et des systèmes de communication. Sa création doit faire passer le chiffre d'affaire du groupe dans ce domaine de moins de 5 M€ aujourd'hui à plusieurs dizaine de millions d'euros d'ici trois ans.

Depuis son rachat par Butler Industries à la barre du tribunal de commerce en juin 2015, NextiraOne fait évoluer sa stratégie. La dernière action en date de l'intégrateur allant dans ce sens est la création d'une nouvelle filiale uniquement dédiée à la sécurité des réseaux et des systèmes de communication des entreprises. NextiraOne Security, c'est son nom, sera opérationnelle au début du mois prochain. Pour diriger cette entité, le groupe a récemment recruté Emmanuel Kapferer qui en est devenu le directeur général. Ancien directeur de la division sécurité, virtualisation et stockage de SFR Business, l'homme a l'expérience requise pour mener à bien le développement de la nouvelle filiale de NextiraOne. En 1998, c'est lui qui avait piloté le lancement de l'activité sécurité de l'intégrateur réseaux Arche Communications. Pour mener à bien sa mission, il disposera initialement d'une équipe de 20 personnes aux profils techniques. Cet effectif devrait monter à une trentaine de personnes d'ici la fin de l'année.

Renforcer l'activité sécurité en lui donnant plus de visibilité

La sécurité n'est pas une nouvelle activité chez NextiraOne. Le prestataire délivre déjà des services d'intégration, d'accompagnement et de maintien en conditions opérationnelles dans ce domaine. Jusqu'ici, toutefois, il le faisait principalement dans le cadre de projets centrés sur le WAN et les communications unifiées. « En créant une filiale dédiée, nous souhaitons mieux mettre en avant notre activité dans la sécurité auprès des clients et, de fait, lui donner une dynamique plus forte», explique Jean-Maurice Fritsch, le président de NextiraOne depuis début 2016. Portée par les équipes commerciales de NextiraOne, l'offre de sécurité proposée par la nouvelle filiale devrait rester peu ou prou identique à celle déjà délivrée par sa maison mère. Du moins, à moyenne échéance. « Actuellement, nous dégageons entre 4 et 5 M€ de chiffre d'affaires dans la sécurité. Nous nous donnons trois ans pour porter ces revenus à plusieurs dizaines de millions d'euros. Nous nous poserons alors la question d'ajouter de nouvelle offres à notre portefeuille de prestations, possiblement dans des domaines tels que l'audit et la gouvernance », ajoute Jean-Maurice Fritsch.

Les premières signatures de l'équipe grands comptes attendues d'ici peu

Avant de se lancer dans la création d'une nouvelle filiale, NextiraOne avait déjà entrepris de se diversifier mais sur la plan de sa cible de clientèle. Traditionnellement spécialisé sur les PME de 200 à 500 salariés, le groupe s'est doté d'une agence grands comptes basée à Paris à la fin 2015. Constituée de six commerciaux dédiés à la chasse, elle prospecte les entreprises de plus de 5000 collaborateurs. Aux dires de Jean-Maurice Fritsch, le démarrage se déroule dans de bonnes conditions. Les premières affaires devraient être signées entre la fin du premier semestre et le début du second semestre 2016.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité